En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 5 min 35 sec
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 2 heures 12 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 3 heures 39 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 20 heures 51 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 21 heures 25 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 23 heures 15 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 38 min 39 sec
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 3 heures 3 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 20 heures 57 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 22 heures 4 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 23 heures 49 min
© Tolga AKMEN / AFP
© Tolga AKMEN / AFP
Base militaire

Vers une base britannique à Singapour : derrière la morosité du Brexit, quel espoir de retour pour l'Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais" ?

Publié le 04 janvier 2019
Le retour de la Grande-Bretagne "à l’est de Suez" ?
Thibaud Harrois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibaud Harrois est maître de conférences en civilisation britannique à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 et ancien élève de l'École Normale Supérieure de Lyon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le retour de la Grande-Bretagne "à l’est de Suez" ?

Atlantico : Pour quelles raisons le Royaume-Uni souhaite-t-il implanter une nouvelle base militaire en Asie du sud-est? Ce projet a-t-il des chances d'aboutir?

 
Thibaud Harrois : La volonté du Royaume-Uni d’implanter de nouvelles bases militaires en Asie du Sud-Est participe d’une stratégie plus large de retour « à l’est de Suez ». En 1967, le gouvernement Wilson avait annoncé le retrait des forces britanniques présentes dans la région dans un contexte de décolonisation et de guerre froide. Mais alors que le Brexit menace la place du Royaume-Uni sur la scène internationale en l’affaiblissant considérablement, Boris Johnson, alors ministre des Affaires étrangères, a annoncé dans un discours prononcé à Bahreïn en décembre 2016 le « retour » de la Grande-Bretagne « à l’est de Suez », signifiant ainsi la volonté du pays de redevenir un acteur de premier plan dans la région. Les Britanniques ont déjà renforcé leur présence dans le Golfe avec l’ouverture d’une base militaire permanente à Bahreïn en 2018 (47 ans après leur départ en 1971). L’ouverture de nouvelles bases en Asie du Sud-Est participerait de la même dynamique et permettrait de renforcer les alliances déjà existantes avec des partenaires régionaux comme l’Australie pour garantir la sécurité dans l’océan Indien et en mer de Chine méridionale.
 

Le Royaume-Uni est-il travaillé par une nostalgie de l'empire, dont le Brexit serait un symptôme? Souhaite-t-il redevenir une grande puissance?

 
Le Royaume-Uni est entré dans la Communauté économique européenne (CEE) en 1973, à un moment où le processus de décolonisation l’avait conduit à perdre l’influence que son empire lui garantissait sur la scène internationale. Mais c’est justement la CEE, puis l’UE, qui ont permis à la Grande-Bretagne de se maintenir au rang des « grandes puissances », militaires et surtout commerciales. Le vote en faveur de la sortie de l’Union a été motivé en partie par l’idée que les Britanniques pourraient renouer des liens forts avec d’anciennes colonies aujourd’hui membres du Commonwealth, c’est le sens du discours sur « Global Britain ». Mais l’idée que les Brexiteers se font de l’empire et des liens qui perdurent avec ces anciennes colonies est très largement fantasmée. La Grande-Bretagne a beaucoup moins à offrir seule que dans le cadre de l’UE et le déclin qu’a connu le pays ces dernières années en termes de puissance et d’influence ne pourra pas être enrayé par la décision de quitter l’Union européenne. Au contraire, le Brexit conduira très certainement le pays à être plus isolé sur la scène internationale.
 
 

Quelle est l'influence actuelle du Royaume-Uni en Asie du sud-est? Le Royaume-Uni post-Brexit a-t-il des chances d'y accroître son influence et de contrer l'influence de la Chine? A-t-il les moyens de ses ambitions?

 
Le Royaume-Uni est un acteur important de la sécurité en Asie du Sud-Est. Il fait partie des Five Power Defence Arrangements (FPDA), un ensemble d’accords de défense qui le lient depuis 1971 à l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Malaisie et Singapour. A l’origine, l’ambition des FPDA ne dépassait pas celle d’être un forum de discussion multilatérale, mais les cinq puissances organisent désormais des exercices militaires conjoints et les FPDA constituent un partenariat militaire crucial pour la sécurité de la région. Le renforcement de la présence militaire britannique en Asie du Sud-Est participe de l’effort mené par ses partenaires dans la région, au premier rang desquels l’Australie, pour contrer les ambitions hégémoniques chinoises.
Mais au-delà des questions stratégiques, il est encore difficile d’évaluer les conséquences du Brexit pour l’avenir des relations économiques de la Grande-Bretagne dans cette région. La sortie de l’UE fait perdre aux Britanniques l’important levier que l’Union lui procurait pour négocier avec d’autres organisations comme l’ASEAN ou l’APEC.
Dans tous les cas, le Royaume-Uni ne pourra pas s’imposer seul comme une puissance de premier plan dans la région. Les coupes budgétaires de ces dernières années l’ont conduit à revoir ses ambitions en termes de déploiement militaire et le Brexit soulève de nombreuses interrogations encore sans réponse sur la volonté des potentiels partenaires régionaux de renforcer leurs liens commerciaux avec une Grande-Bretagne isolée.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires