En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 13 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 51 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 31 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 36 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 29 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 13 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 28 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 43 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 38 min
© Bryan R. Smith / AFP
© Bryan R. Smith / AFP
Markit

Pourquoi 2019 est bien partie pour être (encore) une sale année pour l’industrie française

Publié le 03 janvier 2019
Selon les données publiées par Markit, « La conjoncture se détériore pour la première fois depuis vingt-sept mois dans le secteur manufacturier français en décembre », et ce, dans un contexte européen affichant également une baisse.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les données publiées par Markit, « La conjoncture se détériore pour la première fois depuis vingt-sept mois dans le secteur manufacturier français en décembre », et ce, dans un contexte européen affichant également une baisse.

Atlantico : À quoi peut-on s’attendre concernant le secteur manufacturier français pour cette année 2019 ? Quels sont les risques principaux ? 


Michel Ruimy : De manière plus précise, l’indice composite PMI des directeurs d’achats est passé le mois dernier, pour la première fois, depuis 27 mois, sous la barre des 50 points… un seuil qui distingue croissance et contraction de l’activité. 
Sur le terrain, les ventes du secteur manufacturier ont enregistré leur plus forte baisse depuis août 2016, sous l’effet d’un affaiblissement de la demande dans le secteur de l’automobile et des mouvements de protestation des « Gilets jaunes ». Le niveau des nouvelles commandes, quant à lui, a chuté pour le troisième mois consécutif entraînant une importante baisse de la production et des ventes au plus-bas depuis l’été 2016. Dans ce contexte, les fabricants français ont réduit leurs effectifs pour le deuxième mois de suite.
Mais, cette situation n’est pas propre à la France. Le secteur manufacturier de la zone euro a terminé 2018 sur une note de faiblesse et rien ne laisse présager une reprise en ce début d’année 2019. Les enquêtes de conjoncture montrent que l’Italie est restée en zone de contraction où elle a été rejointe par la France. En Espagne comme en Allemagne, la croissance du secteur manufacturier a ralenti. Chez notre voisin allemand, c’est la onzième fois en 2018 que l’indice PMI allemand manufacturier a reculé, traduisant le ralentissement de la croissance de la première économie de la zone euro, dont le Produit intérieur brut s’est contracté au troisième trimestre. Il faut dire qu’après la légère surchauffe de la fin 2017, une correction était inévitable, mais c’est l’ampleur du ralentissement qui est, quelque peu, surprenante. 
Concernant la France, le climat des affaires pour 2019 est morose. Plus que l’optimisme, c’est le pessimisme qui prédomine. Les nuages sont en train de s’amonceler et, ces dernières semaines, les marchés ont joué à se faire peur.
En effet, au niveau interne, nous pourrions notamment nous inquiéter d’une faiblesse prolongée de la demande alors que ce mois-ci est mis en place le prélèvement à la source qui pourrait, en dépit des mesures envisagées en matière de pouvoir d’achat, conduire à une contraction de la demande au cours du premier semestre de l’année. Mais la faiblesse économique que nous observons résulte largement de facteurs conjoncturels. La dynamique pourrait reprendre, une fois ces chocs temporaires résorbés. Mais la prudence est, tut de même, de mise.
Au niveau international, les inquiétudes persistantes autour du commerce mondial avec, en particulier, les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, la poursuite d’incertitudes politiques en Europe comme, par exemple, l’impact d’un Brexit désordonné, chaque semaine plus plausible, et le résultat des élections européennes sur l’activité du second semestre de l’année sont quelques interrogations pour les mois à venir… sans imaginer un « cygne noir » (événement,de tout ordre,imprévisible qui a une faible probabilité de se produire et qui, s’il se réalise, a des conséquences d’une portée considérable et exceptionnelle). De quoi faire trébucher une économie mondiale qui, si elle a progressé de 3,7% en 2018, devrait mollir cette année.
Pour autant, le pire n’est pas sûr.
Markit poursuit son analyse en indiquant : « Après une stabilisation éphémère des niveaux de production en novembre, l’activité manufacturière s’est fortement repliée en décembre. Parallèlement, le recul du volume global des nouvelles commandes s’est accéléré au cours du mois, la demande en provenance de l’étranger affichant sa plus forte baisse depuis trente-deux mois ». 

Dans un contexte de dégradation de la demande étrangère, que peut faire le gouvernement ?


En matière de commerce internationale, les difficultés des entreprises industrielles françaisesdepuis des années face à la concurrence s’expliquent,pour partie, par une dégradation de leur compétitivité-coût. Les coûts salariaux unitairesde l’industrie ont progressé plus rapidement en France que dans certains pays, enparticulier l’Allemagne. Les industriels français ont également subi une hausse du coût deleurs consommations intermédiaires de biens et de services. Cette dégradation de leurcompétitivité-coût les a contraints à concéder des efforts de marge importants afin demaintenir leur compétitivité-prix, ce qui a pu contribuer à retarder la modernisation del’appareil productif. 
Les entreprises françaises semblent, par ailleurs, se caractériser parune moindre capacité à différencier leurs produits sur des critères hors-prix (innovation,savoir-faire, réputation), ce qui les rend plus vulnérables à la concurrence internationale.
Dans ce contexte et en réponse à ces difficultés, dont les sources sont à la fois diverses et interdépendantes, le rôle de l'État est d’abord de concevoir un environnement favorable au développementdes entreprises, au travers de deux types de mesures.
Tout d’abord, des mesures« horizontales » et coordonnées touchant, àla fois, au coût du travail, aux conditions definancement, à l’environnement juridiqueet fiscal des entreprises, à la formationscientifique et technique, au soutien à laRecherche &Développement(R & D) ou encore aux innovations nontechnologiques. 
Ensuite, la mise en place depolitiques « verticales » efficientes,visant à pallier les horizons temporels trop courts, l’aversion au risque, les contraintes de liquidité des marchés, destinées à soutenir certaines industries,doit viser à pallier les défaillances demarché propres à chaque secteur(caractère appropriable de la R&D, effetd'entraînement sur d’autres secteurs,difficultés de financement, disponibilité ducapital humain, externalités, situation demonopole naturel à réguler …).
Mais ces mesures prennent du temps avant de prendre effet... Donc, en attendant, l’initiative reste aux entreprises.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 04/01/2019 - 12:05
L'état (de délabrement) français
On ne peut tout à la fois financer une myriade de fonctionnaires en surnombre inouï et les PMI qui non seulement ne reçoivent que des µmiettes mais payent à proportion les impôts, taxes et charges les plus élevés qui soient à Bercy
vangog
- 03/01/2019 - 23:48
C’est mort pour la France gauchiste!
Depuis le socialisme à tous les étages, se dégrade l’environnement favorable au développement des entreprises...le macronisme n’est que la suite de cette dégradation, en accéléré ! L’annee 2019 sera l’annee de tous les dangers pour cette vieille idéologie en fin de course...tant mieux!