En direct
Best of
Best Of
En direct
© FRANCOIS LO PRESTI / POOL / AFP
Ubu roi de Bercy
Les 5 raisons pour lesquelles le prélèvement à la source est une absurdité
Publié le 01 janvier 2019
Ce premier janvier commence officiellement le prélèvement à la source. Et ce n'est pas forcément une bonne affaire pour le gouvernement et les Français.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce premier janvier commence officiellement le prélèvement à la source. Et ce n'est pas forcément une bonne affaire pour le gouvernement et les Français.

Le prélèvement à la source est un vieux serpent de mer! Le ministère des Finances l’évoque depuis plus de dix ans, au nom d’un mimétisme moutonnier bien connu: tous les autres pays le font, pourquoi pas nous? D’où une réforme portée de longue date auprès des gouvernements successifs, que les technocrates de Bercy ont accusé de ne pas vouloir réformer le pays. Il a fallu l’arrivée de François Hollande pour que la mesure passe… avec mise en place au quinquennat suivant, au terme d’une réglementation de 25 pages introduite en loi de finances pour 2017, que très peu de contribuables ont lue. 

Or le ministère des Finances semble avoir commis quelques erreurs dans la conduite de cette réforme, dont on en énumérera ci le florilège.

Le prélèvement à la source ou le contraire du pragmatisme

Officiellement, le prélèvement à la source est une mesure de simplification. Dans la pratique, il ne supprime pas l’obligation de déclarer ses ressources une fois par an. De ce point de vue, il n’apporte rien par rapport à la mensualisation, qui permettait de couvrir plus de 90% des contribuables sans difficulté apparente.

Dès le 2 janvier, 7 millions de contribuables devront entamer des démarches pour adapter le prélèvement 2019 à leur situation réelle. Cette étape administrative aurait pu être évitée en généralisant la mensualisation au lieu de lancer la réforme voulue par Bercy. Une fois la demande de rectification de situation enregistrée, l’administration disposera de trois mois pour la rendre effective. 

Toutefois, les demandes formulées après le 1er avril ne donneront pas lieu à rectification avant l’été 2020! 

Mais qui a parlé de simplification? Encore faut-il ajouter que cet échéancier repose sur la capacité de l’administration fiscale à traiter dans les délais les 7 millions de réclamation prévisibles en dehors de tout bug. Or, comme l’ont souligné les organisations syndicales, les moyens supplémentaires prévus pour traiter l’afflux annoncé à partir de janvier sont notoirement insuffisants. Tout ça pour ça?

Une réforme du prélèvement sans réforme de l’impôt

Le bon sens aurait voulu que le passage au prélèvement à la source soit précédé par une simplification de l’impôt lui-même. Entre le quotient familial, les crédits et les niches, l’impôt sur le revenu des personnes physiques en France est d’une complexité inouïe, d’autant plus qu’il ne touche effectivement que la moitié des ménages. 

Pour garantir la réussite de cette opération sensible, une remise à plat de ces différentes strates n’aurait pas été inutile. Faute d’avoir pris ce soin, Bercy a fait basculer une épaisse couche de réglementation difficile à manier en temps réel, comme le remboursement de certains frais de garde, qui a obligé le gouvernement a annoncé en urgence un versement anticipé de 60% en septembre… pour ceux qui en bénéficiaient en 2017.

Autrement dit, tous ceux qui ont commis la bêtise de recruter pour la première fois en 2018 un salarié à domicile en seront pour leurs frais. Voilà une belle façon de lutter contre le chômage.

Pourquoi deux collecteurs en France?

Autre manoeuvre qui aurait pu être le signe d’un vrai bon sens: la fusion, évoquée sous François Hollande, de la CSG et de l’impôt sur le revenu. Cette mesure systémique déchargerait Bercy de la collecte de l’impôt et en confierait le soin aux URSSAF.

Cette mesure intelligente serait pour le coup une véritable simplification. Était-elle trop rapide ou trop révolutionnaire pour la technostructure bercyenne? Au nom de la réforme, la France conservera donc son impôt sur le revenu collecté par Bercy (via les employeurs…), et sa contribution sociale collectée par les URSSAF, avec des assiettes et une prétention à l’universalité identiques. Allez comprendre!

Y aura-t-il vraiment des gains de productivité?

Dans le discours de la technostructure bercyenne, on peine à lire la mesure des gains que cette réforme devrait produire en termes de productivité. Il est question de 10.000 suppressions d’emplois d’ici à la fin du quinquennat, soit une baisse d’effectifs dans les services des finances publiques inférieure à 10%. Alors que la collecte est désormais confiée aux employeurs, on ne s’attendra donc pas à une baisse drastique des effectifs. 

Compte tenu de l’ampleur du phénomène, on aurait pu imaginer une division par deux des bataillons qui oeuvrent dans les trésoreries, un peu partout sur le territoire. Au lieu de ces 50.000 ou 60.000 suppressions d’emplois, il faudra se contenter d’une mesurette. Là encore, la technostructure se garde la part belle. 

Une complication immédiate et à haut risque

Dans l’immédiat, les services fiscaux vont devoir traiter 7 millions de dossiers comportant des changements… Pourquoi la technostructure bercyenne a-t-elle systématiquement refusé d’anticiper les corrections, et a-t-elle contraint ses services à ne recevoir les demandes qu’à compter du 2 janvier? Les syndicats de salariés s’en sont beaucoup plaint. 

Officiellement, la bascule d’un système à l’autre est supposée se faire sans embûches et le directeur général des finances publiques s’est publiquement vanté de ne pas avoir de plan B en cas d’échec. Cette légèreté peut être vécue comme rassurante ou comme inquiétante. Les loupés informatiques majeurs des ministères ces dernières années (Louvois à la Défense, SIRH à l’Éducation Nationale), qui ont coûté environ un milliard aux contribuables sans qu’aucune sanction majeure ne soit prise, devraient pourtant inciter à la prudence. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Brexit : à J-9, les 4 scénarios impossibles. A croire que le chaos annoncé profite à beaucoup de monde
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 02/01/2019 - 22:05
D'accord sur tout Mr Verraeghe SAUF....
SUR LA FUSION CSG-IMPOT SUR LE REVENU, scandale immense qui transformerait un impôt de type flat tax (la CSG) en impôt dépendant du revenu....rêve de tout gouvernement technocratique libéral -libertaire qui ne souhaite qu'une seule chose : en arriver à un système où plus aucune prestation ne dépend d'autre chose que votre revenu....Il y est déjà arrivé avec les allocations familiales. Il vaut mieux être pauvre ou immigré pour faire des enfants que "riche" , en pratique, toute la classe moyenne française a été exclue du bénéfice des allocations familiales....
Il faudrait maintenant que la CSG, concue pour faire contribuer tout revenu au modèle social français, très protecteur et très égalitariste (vous recevez des soins en fonction de votre maladie et non en fonction de votre revenu....) devienne proportionnelle au revenu.
Lisez donc un peu Michéa et vous comprendrez Mr Verraeghe, que le modèle consistant à rendre tout l'environnement humain marchandisable commence par ce genre de mesure.
Clodo31
- 02/01/2019 - 19:04
BUGS
Il va y avoir tellement de bugs que Bercy va être obligé d'embaucher. Résultat: on surcharge les entreprises d'un travail inutile, on ne simplifie rien, au contraire, on complique et cela va encore coûter la peau des f.... Tout cela pour flatter l'ego du lobby des hauts fonctionnaires de Bercy qui, vont demander des augmentations puisqu'ils vont avoir plus de travail et de fonctionnaires à gérer.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 02/01/2019 - 11:52
Dans 3 ans :L’impot sera indolore
Pour les élites qui négocieront leurs salaires ‘ net d’impot’ Comme le font déjà les footeux et autres pdg ....