En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Nouvelle donne
Vers la fin de l’austérité salariale ? Comment l’émergence de nouvelles majorités politiques pourraient profondément changer les équilibres économiques dans l’OCDE
Publié le 30 décembre 2018
Si les salaires ont eu tendance à moins augmenter que la productivité dans les pays de l'OCDE depuis 20 ans, la situation pourrait s'inverser.
Patrick Artus est économiste.Il est spécialisé en économie internationale et en politique monétaire.Il est directeur de la Recherche et des Études de Natixis. Patrick Artus est le co-auteur, avec Isabelle Gravet, de La crise de l'euro: Comprendre les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Artus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Artus est économiste.Il est spécialisé en économie internationale et en politique monétaire.Il est directeur de la Recherche et des Études de Natixis. Patrick Artus est le co-auteur, avec Isabelle Gravet, de La crise de l'euro: Comprendre les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les salaires ont eu tendance à moins augmenter que la productivité dans les pays de l'OCDE depuis 20 ans, la situation pourrait s'inverser.

Atlantico : Dans une note publiée en cette fin décembre, vous indiquez que "Dans l’OCDE, d’autres majorités politiques finiront par faire d’autres politiques salariales", afin de modifier la tendance en place depuis plusieurs années. En quoi de telles politiques pourraient-elles modifier les équilibres économiques ?

Patrick Artus : Dans l'ensemble des pays de l'OCDE, sauf en France et en Italie, depuis vingt ans le partage des revenus se déforme au détriment des salariés. Ceci revient à dire, que les salaires augmentent moins vites que la productivité.

Ainsi, cette situation a eu des conséquences très importantes, en particulier la disparition de l'inflation. Comme les salaires augmentent peu, l'inflation disparaît entraînant de fait des taux d'intérêts extrêmement bas. Le fonctionnement moderne du marché du travail, qui est un fonctionnement au sein duquel les salaires augmentent très peu, est la cause de la disparition de l'inflation et des taux d'intérêts très bas dont on bénéficie actuellement. De fait, la question est de savoir pendant encore combien de temps les salariés accepteront-ils que leurs salaires ne suivent pas la productivité et que par conséquent la part des salaires dans le revenu national diminue.

Il y a une possibilité que l'équilibre actuel –donnant lieu à une inflation faible- disparaisse. Dès lors, on assisterait au retour de l'inflation, suivi de l'augmentation des salaires et de la remontée des taux d'intérêt. On reviendrait à un équilibre similaire à celui que l'on a connu dans les années 1970-1980.

Dans quelle mesure ces politiques de désindexation des salaires par rapport à la productivité sont-elles l'origine des mouvements sociaux actuels ? Quels sont les mécanismes qui ont été mis en œuvre pour se faire ?

On voit d'ores et déjà, dans de nombreux pays, se cristalliser des  réactions autour de cette question des salaires. Ces réactions se traduiront d'un point de vue politique. Par exemple, on peut imaginer que si le prochain président américain est démocrate –parti qui est de plus en à gauche- il optera pour une politique salariale différente qui impliquerait, entre autres, la revalorisation du salaire national. Une situation qui serait similaire en Angleterre, si le parti travailliste remportait les élections générales. Il en irait de même pour la France si la gauche arrivait en tête des prochaines élections présidentielles et c'est exactement ce que fait, à l'heure actuelle, le gouvernement italien.   

A l'heure actuelle, en France et Italie, les salaires n'augmentant pas moins vite que la productivité, ce n'est pas cette situation qui explique les mouvements sociaux type gilets jaunes ni le changement de gouvernement à Rome. Il y a une perception de faiblesse des salaires, mais elle n'est pas liée à un partage des revenus défavorable aux salariés. Il faut donc chercher d'autres explications à ces mouvements protestataires telle que la dégradation de la qualité des emplois (en France par exemple la désindustrialisation a vu la relocalisation des ouvriers dans des emplois de service extrêmement mal payés) par exemple. 

En revanche, dans les pays où les salaires augmentent moins vites que la productivité et où les inégalités ce sont accrues -aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne ou au Japon- ces politiques économiques peuvent donner lieu à l'apparition de mouvements sociaux. L'élection de Donald Trump aux Etats-Unis est donc, en partie, une réaction à ce choix économique de la part de la population qui a vu son salaire baisser. Le Brexit, au Royaume-Uni, en est également une illustration d'autant plus que depuis l'ère Thatcher, le pays a vu les inégalités de richesses et de revenus s'accroître alors qu'en France, ces mêmes indices, n'ont pas bougé depuis 25 ans. 

Quelles seraient les solutions disponibles pour inverser le processus de ce décrochage des salaires, sans en subir de trop lourdes conséquences économiques ?

Dans les pays où les salaires ont augmenté moins vites que la productivité, il est tout à fait possible de revoir ces mêmes salaires à la hausse. Le cas le plus extrême est le Japon où les profits des entreprises représentent deux fois leurs investissements. Les stocks étant tels, les salaires pourraient être augmentés sans problème. C'est aussi le cas pour l'ensemble des pays où les salaires sont extrêmement bas comme les Etats-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Unis, l'Espagne... 

Ainsi la réponse se fait au cas par cas : si les salaires sont augmentés dans des pays où les profits sont excédentaires, le coût économique en sera nul. A l'inverse, pour des pays comme la France, où la profitabilité des entreprises est insuffisante puisque les salaires ont augmenté plus rapidement que la productivité, le risque est de déprimer l'investissement des entreprises. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
04.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
05.
Les annonces (supposées) d’Emmanuel Macron peuvent-elles produire l’effet waouh recherché sur le pouvoir d’achat des Français
06.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
07.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 30/12/2018 - 16:53
Bas salaires ou pas
PA évoque les très bas salaires US, Allemands etc. . Aux US , pays que J'ai connu il y a peu plutôt bien, les salaires des " professionnels ", personnel très qualifié , y compris les travailleurs manuels avec un vrai metier , demandant un bon niveau de formation et d'apprentissage, sont largement mieux payés que chez nous. Il suffit de comparer , par exemple, les rémunérations des médecins, expert-comptables, informaticiens , ingénieurs, infirmières, plombiers ou électriciens, chez nous et chez eux, encore plus en prenant en compte le coût de la vie et les prélèvements obligatoires . En Allemagne et en GB, c'est un peu pareil, en mode dégradé. Les plus qualifiés gagnent plus que chez nous, les autres autant, parfois moins.
ajm
- 30/12/2018 - 16:39
Productivité Chinoise.
La vraie question c'est l'évolution réelle de la productivité. C'est un triangle des Bermudes de la recherche économique, les opinions étant très partagées sur le sujet, par exemple sur l'impact effectif ou surfait des algorithmes et de l'informatique sur la productivité. On pourrait dire que la productivité a surtout augmenté selon un schéma très, très , très traditionnel ( accumulation de capital physique, consommation accrue d'energie fossile, management militaro-fordien...) en Asie qui nous refait le coup, à une échelle démographique décuplée, de l'Angleterre victorienne des années 1850. Dans nos contrées occidentales, il n'est pas avéré, contrairement à ce que dit PA, que la productivité augmente très significativement. Par contre , le consommateur qui a encore des revenus décents et réguliers profite de l'augmentation massive de la productivité Chinoise via les bas prix de ses productions importées chez nous.