En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Bryan R. Smith / AFP
Edito

Pourquoi la purge devrait se poursuivre sur les marchés financiers mais sans aller jusqu’au krach

Publié le 28 décembre 2018
Triste fin d’année sur les places financières. La fébrilité est à l’œuvre avec des sautes de cours vertigineuses, à la hausse comme à la baisse.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Triste fin d’année sur les places financières. La fébrilité est à l’œuvre avec des sautes de cours vertigineuses, à la hausse comme à la baisse.

L’angoisse étreint les opérateurs dans un univers où les mouvements sont dictés par les fameux algorythmes, ces machines aveugles qui déclenchent des mouvements brutaux, parce qu’il leur manque ce qu’apporte logiquement l’intervention humaine. Le ralentissement de la croissance aux Etats-Unis et en Chine engendre le sentiment diffus de la fin d’un cycle et l’idée de l’arrivée prochaine d’une récession hante les esprits. Dans ce contexte, l’attente d’un éventuel rebond, comme la hausse exceptionnelle de cinq pour cent en une journée à Wall Street, reste toujours sans lendemain, car elle est toujours suivie d’un repli. Et la glissade des cours se poursuit dans une ambiance fiévreuse. Le cru 2018 restera ainsi l’un des plus mauvais enregistré depuis dix ans. La locomotive américaine a perdu quelques vingt pour cent (mais en 2008, le Standard and Poor 500 avait abandonné 38%). En Europe, le Cac 40 a baissé de 15%, le Dax allemand de 20%, les autres places à l’avenant. Le secteur bancaire européen, qui est logiquement le moteur de l’activité est particulièrement affecté, avec un repli de 35% sur l’année, avec des restructurations inachevées, des concentrations qui ne se font pas alors qu’elles seraient nécessaires et l’existence réelle ou supposée de portefeuilles de créances douteuses. Partout, le pessimisme gagne. Les entreprises révisent leurs projets d’investissements, les consommateurs deviennent méfiants, les particuliers préfèrent conserver des liquidités sur leurs comptes courants – pour près de 400 milliards en France- plutôt que de les placer en Bourse ou tout simplement de les dépenser pour la satisfaction de leurs besoins. Le souci de protéger son capital l’emporte sur la moindre velléité de risque. Le pétrole, avec un effondrement des cours de près de quarante pour cent en quelques mois, accentue encore le sentiment de défiance, en raison de l’importance des stocks inutilisés. Et les taux d’intérêt qui avaient entrepris un mouvement de hausse sous la conduite des Etats-Unis, ont tendance à fléchir à nouveau face aux craintes de la réduction de l’activité.

Dans ce contexte, les milieux boursiers se montrent pessimistes à court terme. ( Ce sont les mêmes  qui pronostiquaient l’euphorie il y a un an et qui se sont lourdement trompés). Ils prévoient que la purge va encore se poursuivre pendant quelques mois et leur conseil est clair : ce n’est pas le moment d’acheter, mais il n’est plus temps de vendre. Rien de tel que l’immobilisme affiché pour favoriser la glissade des cours. Du moins, celle-ci se produit-elle d’une manière qui témoigne que les marchés conservent du ressort dès lors que les excès en hausse des dernières années ont été maintenant largement gommés. Et même si les banques centrales ont perdu une partie de leurs munitions en raison des taux d’intérêt très bas, elles conservent encore une marge de manœuvre. Le nouveau patron de la Fed témoigne au demeurant d’une fermeté face aux rodomontades permanentes de Donald Trump et sa gestion avisée est de nature à redonner confiance aux professionnels de la finance. Au demeurant, l’écroulement des cryptomonnaies, telles que le bitcoin, qui ont perdu les quatre cinquièmes de leur valeur depuis le début de l’année est un signe de l’assainissement en cours qui permettra aux marchés de revenir à de meilleurs sentiments. Car les besoins de développement ont immenses dans le monde. Les classes moyennes qui se sont multipliées dans les jeunes nations n’ont pas la résignation que l’on  trouve dans les vieux pays et entendent utiliser les outils du progrès techniques qui font entrevoir des perspectives prometteuses. Elles pourraient ainsi prendre le relais d’une reprise de l’activité qui ferait s’éloigner les perspectives d’un krach brandies par les plus pessimistes des occidentaux. C’est du moins le souhait que l’on peut exprimer au seuil d’une année nouvelle avec un retour des bonnes fées qui parait encore lointain.

Michel Garibal

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Bourse, Economie, krach, Cac 40
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

07.

Nicole Belloubet estime que l’incarcération de Patrick Balkany n’a rien "d’exceptionnel"

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires