En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

05.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Epicentre
L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans
il y a 27 min 9 sec
pépites > Politique
Secret de polichinelle
Municipales à Paris : Anne Hidalgo devrait officialiser sa candidature "dans les prochaines semaines"
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
Effet de mode ?

Vraie fausse valeur : de Meghan Markle à Jean-Luc Mélenchon, anatomie de l'insoumission contemporaine

il y a 3 heures 48 min
light > Insolite
"Pleure pas nostalgie"
Didier Barbelivien relate le souvenir du jour où lui et Nicolas Sarkozy ont failli mourir en avion
il y a 4 heures 49 min
pépites > Politique
Vision politique
Valérie Pécresse plaide pour un "choc d'autorité" sur la question de l'immigration
il y a 5 heures 43 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ovni : l’U.S. Navy dévoile des vidéos de "phénomènes aériens non identifiés" ; Un fossile rare datant de 10 millions d’années éclaire l’évolution de l’Homme
il y a 8 heures 17 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Education
Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Social
Manifestation

Acte 45 des Gilets jaunes : ni retour en force ni convergence des luttes

il y a 9 heures 31 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
Journée sans voiture : les images surréalistes des rues de Paris
il y a 1 heure 8 min
pépites > Société
Engagement
Extension de la PMA : Agnès Buzyn ne partage pas les réserves émises par l'Académie de médecine
il y a 2 heures 35 min
pépites > Justice
Cour de justice de la République
Affaire Karachi : Edouard Balladur et François Léotard sous la menace d’un procès
il y a 4 heures 12 min
décryptage > France
Entretien

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

il y a 5 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Convictions
"ONPC" : François-Xavier Bellamy interpellé sur sa position sur la PMA et l'avortement
il y a 6 heures 50 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Le chemin intérieur des prêtres face à la crise des vocations

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

L'opacité de l'utilisation des deniers publics : un véritable fléau français

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Société
Etat nounou, Papa Macron

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Economie
Etat des lieux

A la suite de politiques de Quantitative Easing, l'ensemble des banques centrales du monde se trouvent dans un corner

il y a 9 heures 14 min
pépite vidéo > Culture
Emotion
Le coq de Notre-Dame de Paris est exposé pour les Journées du patrimoine
il y a 21 heures 10 min
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Elysée ou Matignon ?

Macron/Philippe : pour qui l’année 2018 a-t-elle été la plus dure

Publié le 26 décembre 2018
Et le grand gagnant est...
Chloé Morin est Chargée de projets internationaux chez IPSOS, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est Chargée de projets internationaux chez IPSOS, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et le grand gagnant est...

Si l'on doit faire la rétrospective de l'année 2018, qui, entre le chef de l'Etat et le chef du gouvernement a passé l'année la plus difficile ? 

 
Chloé Morin : Si l’on observe leurs courbes de popularité respectives, la première chose que l’on constate est l’ampleur de la chute de popularité du couple exécutif : de 40% en janvier dernier, Emmanuel Macron a chuté à 20%. Quant à Edouard Philippe, il est passé de 35% à 22% (données issues du baromètre politique IPSOS-Le Point). Le second élément qui est frappant, est que quelques brèves périodes mises à part, leurs courbes de popularité évoluent de concert. En octobre, Edouard Philippe a connu une hausse de popularité alors qu’Emmanuel Macron stagnait - 31% de popularité pour le premier, contre 26% pour le second - et l’on a alors cru à un découplage de leurs popularités, le Premier ministre parvenant à affirmer son propre style aux dépends du Président. Mais depuis novembre, l’impopularité a rattrapé les deux de la même manière. De ce point de vue, il n’est pas possible de dire que l’un aurait connu une meilleure année que l’autre. 
 
Si l’on considère en revanche leurs images respectives dans l’opinion, il est clair qu’Emmanuel Macron fait l’objet d’un rejet sans doute beaucoup plus marqué qu’Edouard Philippe, dont la personnalité reste moins affirmée et moins clivante. Cette différence tient cependant en grande partie à la nature de nos institutions, où la légitimité du Premier ministre est nécessairement moins forte aux yeux de l’opinion, et où par conséquent celui qui est rendu responsable de tout, et que l’on blâme lorsque les choses ne vont pas, est le Président de la République qui a été élu au suffrage universel. 
 
Mais il y a une troisième manière d’analyser les choses, en s’attachant non pas à la popularité, mais à la capacité du gouvernement à tenir les promesses faites à ses électeurs. Or, quoi que l’on en dise, une bonne partie de la feuille de route gouvernementale, fixée par Emmanuel Macron pendant sa campagne, semble avoir été mise en place. Pendant longtemps, le fait que le gouvernement tenait ses promesses et appliquait à la lettre son programme a fait partie d’une des principales raisons de sa popularité, ou du moins de la résignation plus ou moins optimiste avec laquelle une partie des Français observaient son action. Aujourd’hui, par un retournement de situation, la fidélité aux promesses faites, hier louée, est devenue aux yeux de beaucoup une rigidité teintée de mépris pour les classes populaires et moyennes. Cela ne doit pas nous faire oublier qu’il y a encore peu, beaucoup appréciaient la capacité du Président à tenir le cap, conserver sa feuille de route, réformer malgré l’impopularité… ce sont d’ailleurs des qualités qu’il essaie de préserver dans la tempête, et que lui reconnait encore son coeur de cible électorale.
 

Cela a-t-il toujours été en ce sens ? 

Le Président est devenu un paratonnerre, le bouc émissaire tout désigné des erreurs politiques, des promesses non tenues, ou des aspirations déçues. Compte tenu de la configuration institutionnelle actuelle, il semble que cela soit devenu le « new normal ». Ce fut déjà le cas avec Hollande ou Sarkozy. Le rejet dont le Président est l’objet est à la hauteur de la place qu’il occupe dans l’imaginaire - centrale, pour une opinion qui a une conception présidentialiste du pouvoir - ainsi que des espoirs que ses électeurs avaient pu placer en lui… Ou, en tout cas, des espoirs qu’ils pensent a posteriori avoir placé en lui, car il convient de se souvenir que les deux tiers des électeurs d’Emmanuel Macron au premier tour avaient déclaré avoir voté pour lui « par défaut », et n’en espéraient donc sans doute pas à ce moment là la Révolution promise (pour reprendre le titre de son livre).

Le Premier ministre, quant à lui, a sans doute perdu une partie de sa raison d’être avec la réforme institutionnelle de 2008, et notamment l’alignement des calendriers électoraux des législatives et des Présidentielles et le passage au quinquennat. Il est certes le chef de la majorité, mais dès lors que cette majorité est élue dans la foulée de la Présidentielle, les députés qui la composent se sentent liés à la légitimité présidentielle, et beaucoup moins à un Premier ministre choisi par le Président. Tout remonte au Président, et le Premier ministre n’a qu’une autonomie très relative. Dès lors, il est normal que sa popularité soit calquée sur celle du Président. C’était déjà le cas du couple Ayrault-Hollande, puis Valls-Hollande - malgré une période de quelques mois où Manuel Valls, à son arrivée à Matignon, est resté significativement plus populaire que le Président. Il convient toutefois de noter une exception dans l’histoire récente : le couple Sarkozy-Fillon, ce dernier ayant achevé le quinquennat en étant nettement plus populaire que son Président. Cela tenait sans doute en partie à leurs différences de style très marquées, mais se distinguer du Président à son propre avantage est un tour de force que les successeurs de Fillon n’ont pas réussi à accomplir - Valls a terminé son mandat à Matignon en étant très impopulaire, malgré sa très nette différence de style par rapport à Hollande. Compte tenu des difficultés que tous les premiers ministres récents ont eu à définir leur place et leur rôle, les difficultés actuelles d'Edouard Philippe peuvent donc être relativisées… 

Pensez-vous que la tendance soit la même pour 2019 ? Y compris si un changement s'effectue à la tête du gouvernement ? 

Ce qui caractérise l’atmosphère politique actuelle est l’incertitude et la volatilité. Spéculer sur ce qui pourrait advenir dans 1, 3 ou 6 mois est donc sans doute encore plus hasardeux aujourd’hui qu’il y a quelques années… Tout juste pouvons nous dire que dès lors que le Président est jugé « responsable de tout », tout remaniement, quelle qu’en soit l’ampleur, ne peut avoir un impact que limité. Le sujet semble être moins « quelles têtes » (rappelons que beaucoup de membres importants du gouvernement restent méconnus d’une grande partie des Français) que « quelle politique? ». 
Mais dans votre question initiale, vous avez évoqué uniquement le couple exécutif… il me semble toutefois nécessaire de souligner que ce qui est remarquable dans la période, et permet en quelques sortes de relativiser les difficultés du Président et du Premier ministre, c’est l’extrême fragmentation du front des oppositions. Aucune opposition de semble, à ce stade, parvenir à s’imposer comme l’alternance à la fois souhaitée et crédible - les partis populistes s’imposent davantage comme des aiguillons, des lanceurs d’alerte, que comme des entités capables de fédérer demain une majorité sur un projet. 
Lorsqu’on observe les intentions de vote pour les Européennes ou les popularités des leaders ou des partis politiques d’opposition, on constate qu’ils sont également frappés d’une grande défiance. D’ailleurs, aucun n’a réussi à faire en sorte que les Gilets jaunes, dans leur diversité, se reconnaissent véritablement en eux. 
 
C’est donc une année difficile pour le gouvernement et le Président qui s’achève, mais elle n’a pas été beaucoup plus glorieuse pour le reste des responsables politiques. Et ceci nous ramène à un des éléments fondamentaux qui caractérisent notre système politique depuis des années : le rejet des « élites », le sentiment qu’ils « ne nous écoutent et ne nous représentent pas » , que le « système » fonctionne en vase clôt, à l’encontre des intérêts d’une bonne part des citoyens. 
Les convulsions politiques récentes témoignent de la difficulté croissante qu’ont nos institutions - Parlement, Syndicats, processus électoraux… - à s’emparer des aspirations et des colères, et à les traduire en solutions, en lois, en mesures tangibles. Si le mouvement des gilets jaunes a en quelques sortes réconcilié beaucoup de citoyens avec l’envie de s’emparer de leur destin pour le façonner à leur guise - et donc avec la Politique avec un grand P-, il nous place également face à un constat inquiétant : si de plus en plus de gens refusent de débattre dans le cadre de nos institutions, souhaitent des formes de démocratie directe, sans intermédiaires, jusqu’où la décomposition politique à l’oeuvre pourra-t-elle aller?
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

05.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 26/12/2018 - 18:14
Vous voulez qu'on les plaigne ?
Journalistes et sondeurs, ayez un minimum de décence !
La popularité de ces menteurs professionnels est naturellement affectée par leur aveuglement, leur cynisme et leur mépris, et vous nous sortez un article sur leur année dure ?
Ils ont des fins de mois difficiles, ces gens-là ?
"La feuille de route est mise place"... "Le gouvernement tient ses promesses"... Où voyez-vous des réformes de fond ? Où voyez-vous que le pouvoir d'achat progresse ?
Il y a bien des gens à plaindre, mais évidemment pas eux.
On souhaite à Macron et Philippe une année 2019 très très très dure. Et s'ils ne la supportent pas, on acceptera leur démission; s'ils ne démissionnent pas volontairement, on pourra les y pousser.