En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 25 min 34 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 heures 52 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 26 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 8 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 33 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 15 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 52 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 49 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 19 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 30 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 24 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 20 heures 3 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Et la santé bien sûr

Baisses des marchés boursiers de Noël : pourquoi ces bûches ? Powell viré ?

Publié le 24 décembre 2018
En cette fin d'année, on ne compte plus les « bûches » qu’ont prises les marchés boursiers. En cause, la hausse des taux décidée par la Fed.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En cette fin d'année, on ne compte plus les « bûches » qu’ont prises les marchés boursiers. En cause, la hausse des taux décidée par la Fed.

-4,2% en deux jours (les 20 et 21 décembre) pour le Dow Jones, -2% pour le DAX allemand, - 2,4% pour le CAC 40 et ainsi de suite : on ne compte plus les « bûches » qu’ont prises les marchés boursiers ! Quel Noël financier ! Mais que s’est-il passé ? La réponse est simple : Jerome Powell parle le 19 décembre et nous dit qu’il est confiant sur la croissance américaine pour les deux ans qui viennent ! Tout va bien. Après 3% de croissance en 2018, ce sera 2,3% en 2019, puis 2% en 2020, puis 1,8% en 2021, un ralentissement donc, mais qui correspond en fait au potentiel de l’économie. Normal, donc. En même temps, le taux de chômage baisserait à 3,5% l’an prochain (un minimum historique), puis remonterait doucement vers 3,8% en 2021 avec, à ce moment, 2,1% d’inflation seulement. De la croissance, pas de chômage, des salaires qui montent sans inflation : Jerome Powell pensait annoncer un bel ensemble de cadeaux ! Et donc, puisque c’est son métier, afin de bien garantir cette progression, il ajoute qu’il va monter les taux. Ce sera encore une fois en cette fin d’année, puis deux fois en 2019 et non pas trois comme précédemment annoncé, puis une fois et pas deux en 2020, puis plus rien. En fin de compte, puisque les choses vont toujours bien, mais un peu moins, il va continuer de monter les taux pour les régulariser, mais un peu moins.

Mais patatras ! Les « bonnes nouvelles n’en sont pas » : les marchés rêvaient qu’il arrête les hausses de taux, ce qui n’était pas possible. Ils pensaient au moins qu’il allait les freiner, ce qu’il a fait, mais en tenant des propos un peu moins toniques, plus compréhensifs, ce qu’il n’a pas fait. Les marchés américains broient du gris, mais la Fed et Jerome Powell du rose. Un conflit de vision qui ne pardonne pas, à court terme au moins.

Le « désastre » de communication de Jerome Powell, qualificatif donné par certains commentateurs américains, pouvait être évité ? Pas facile. Mais il aurait pu être atténué par un Powell plus prudent, moins allant, plus ouvert à modérer sa trajectoire : rien de cela. Plutôt, il se préparait à des questions plus politiques, plus précisément sur la façon dont il prenait en compte les réactions, violentes, de Donald Trump. Jerome Powell savait bien ce qu’il devait répondre, en mettant en avant ses obligations devant le peuple américain, donc le Congrès, avec le respect de son double mandat : autant d’emploi que possible sans inflation (autour de 2%). Il devait donc affirmer que les considérations politiques (Trump) n’avaient pas de place dans ses choix de politique monétaire. Il l’a fait, c’était obligatoire, mais il n’a pas pris en compte le mood des marchés, qui était ailleurs. Contre les marchés et contre Trump : c’est beaucoup.

Bien sûr, nous sommes là dans l’épidermique. On ajoutera que si les gestionnaires boursiers vendent en fin d’année, encaissant une perte sur les indices américains (modeste par rapport aux autres bourses), ils préparent une bonne année 2019, puisqu’ils achèteront moins cher ! On sait aussi que les dernières décisions militaires de Donald Trump (Syrie et Afghanistan) ne vont pas aider, moins encore la fermeture de certaines administrations (shutdown), le Congrès ne voulant pas financer « le mur » avec le Mexique. Les tensions vont monter partout, avec les Démocrates sur le mur avec le Mexique, avec certains Républicains inquiets des dernières décisions militaires, le tout en attendant que Robert Mueller dépose ses conclusions. Rien n’est donc sûr entre ces deux forces de plus en plus proches, États-Unis et Chine, pour ne pas perdre la face. Même chose aux États-Unis, entre Donald Trump et le Congrès. Sans compter les multiples foyers de tension qui naissent, gilets jaunes ou pas, Brexit ou pas.

Mais tout n’est pas forcément si « désastreux ». La croissance se poursuit aux États-Unis. La Chine a intérêt à un accord avec les États-Unis. La baisse du prix du pétrole soutient l’activité. L’Italie a trouvé un accord sur son budget avec Bruxelles… Des forces multiples pèsent, sinon pour une détente des tensions, du moins vers un ralentissement graduel de la croissance, pas une chute.

Pourquoi donc tant de bûches boursières américaines, avec 3% de croissance ? Parce que le soutien à l’économie y devient plus poussif et risqué ? Parce que le cycle mondial de croissance s’est retourné, et les anticipations de tous avec ? Pour beaucoup en effet, un revenu qui croît moins vite, c’est devenu un revenu qui décroît. Cette logique, typiquement boursière, serait-elle en train de se répandre partout ? C’est là un vrai danger, pour gâcher ce qui reste de fête.

Mais si l’on veut un vrai désastre, Donald Trump pourrait virer Jerome Powell, ce dont il aurait parlé selon Bloomberg « according to people familiar with the matteron conditions of anonimity». C’est juridiquement possible, le texte étant vague : il pourrait le virer comme Président de la Fed, pas comme membre du Board. Mais alors, à la place de « bûches boursières », ce sera un bûcher.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires