En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© MOHAMMED ABED / AFP
Francophobie
Cette police communautaire qui tente de faire taire les Musulmans français critiques
Publié le 24 décembre 2018
Eclairage sur cette "police communautaire" qui insulte sans cesse les Françaises et Français musulmans qui assument leur francité ou posent un regard critique sur l'islam. Derrière, se cache un sentiment profond : la francophobie.
Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eclairage sur cette "police communautaire" qui insulte sans cesse les Françaises et Français musulmans qui assument leur francité ou posent un regard critique sur l'islam. Derrière, se cache un sentiment profond : la francophobie.

« Traitre », « vendu », « pute des français », « chienne », « sale harki »… Ce n'est là qu'une infime partie du chapelet d'injures que des individus égrènent à longueur de temps dans les réseaux sociaux. Leurs victimes : tout citoyen français de culture ou de confession musulmane dont la pensée est jugée non conforme à la bien-pensance islamo-communautaire. Confortablement installés derrière leur écran d'ordinateur ou de téléphone, ils s'évertuent à assassiner symboliquement ces penseurs, hommes et femmes, qui osent poser un regard critique sur la religion musulmane. De fait, ils se sont constitués en une terrifiante "police communautaire" dont la violence verbale reflète une sinistre réalité : la haine sourde, invétérée, implacable, de la France…

Il est vrai que certains propos émis par telles ou telles personnalités de culture ou de confession musulmane peuvent être de nature à susciter des controverses tant, parfois, lesdites personnalités, incapables de cerner la complexité du réel, pèchent, trop souvent hélas, par un manque cruel de réflexion et d'analyse contextualisée. Ainsi, la thèse de la militante Zineb el Rhazoui, développée sur la chaîne d'information CNEWS, il y a peu, et selon laquelle les menaces de mort relèvent d'« une stratégie islamiste » dont l'objectif est de « faire taire toutes les voix critiques pour pouvoir islamiser la société en toute quiétude », est de toute évidence une vue excessive et simpliste du monde réel. Insistons cependant sur le fait, et c'est fondamental, que cette femme a été maintes fois menacée de mort par la "police communautaire". Il nous faut donc la soutenir, sans ambages, au-delà des désaccords que l'on peut légitimement avoir avec quelques-unes de ses positions.

Cela étant dit, et c'est tout le sens de cet écrit, il est important de comprendre, que la "police communautaire" ne puise pas sa détestation de la France uniquement dans une lecture salafisante des sources canoniques de l'islam. Tant s'en faut ! Et pour cause ! Cette police, usant allègrement de la terreur intellectuelle comme d'un outil pervers de dissuasion, n'est autre que l'hydre de la francophobie. Un sentiment qui peut être sans lien aucun avec l'islam, Dieu et les Textes sacrés. Les dérives indigénistes, victimaires, mais aussi l'essentialisation de l'histoire de France dont on ne retient que les aspects les plus sombres, etc., sont autant d'éléments contribuant à développer la francophobie dans les cœurs de certains français originaires des anciennes colonies. Fragilisés par une fracture identitaire interne qui peine à se réduire sous le poids des discours peu constructifs, voire stigmatisants, des jeunes gens basculent alors dans l'identitarisme "musulman". Dès lors, la France devient cet exutoire dans lequel s'épanchent leurs frustrations, leur mal-être, leurs ressentiments. Avec d'autres, ceux-là même qui sont portés par des motivations à caractère religieux, ils forment cette inquiétante « police communautaire » qui commande le « Bien » et poursuit le « Mal », à l'instar de l'horrifique police religieuse sévissant en Arabie saoudite. Par suite, ces françaises et français de culture ou de confession musulmane qui font preuve, par leurs déclarations, leurs écrits, tantôt d'un amour charnel pour la France, tantôt d'un esprit critique vis-à-vis de l'islam, se voient aussitôt fustigés, calomniés, invectivés, outragés de la pire des façons, etc.  

La fréquence et la violence des vociférations poussées par les petits agents auto-assermentés de la "police communautaire", via les réseaux sociaux, sont de bons indicateurs permettant d'attester, en effet, de la prégnance du communautarisme ethno-musulman. Insistons, au risque de nous répéter, que cette haine charriée par la "police communautaire" a au moins deux composantes. L'une religieuse, évidente ; l'autre ethno-identitaire, dépourvue de réels fondements islamiques. Les insultes, pléthoriques, du type « Arabe de service », « sale bledarde », « chien des français », etc., témoignent de cette haine "laïque", si je puis dire, de la France. Une haine d'autant plus tenace qu'elle est, en partie, irrationnelle car basée sur des préjugés aggravés par une profonde méconnaissance de l'histoire, complexe et nuancée, de notre pays.

Ce constat établi, il est bon de rappeler que la "police communautaire", pathologie lourde de l'intégration, est cette funeste force qui, vaille que vaille, tente d'empêcher les français musulmans de s'émanciper et, partant, de sortir de la citadelle ethno-communautaire qu'elle s'acharne à renforcer chaque jour que Dieu fait. Pour ce faire, elle essaie, au-delà du terrorisme intellectuel et de la peur, ses armes de prédilection, de distiller des sentiments de culpabilité chez les individus en les assimilant à des « traitres » ; un qualificatif récurrent lorsque l'on scrute le vocable des inquisiteurs ethno-communautaires.

Aujourd'hui, quatre sources apportent, indirectement, leur écot, par leurs éléments de langage, à la consolidation de cette "police communautaire". En premier lieu, les apôtres de la théologie indigéniste racialisant dangereusement la parole publique. Ensuite, les tenants de la posture abusivement victimaires, vitupérant, avec emphase, un État français conduisant une politique prétendument « néocoloniale » et « raciste », et ce de temps immémorial. Troisième groupe : la mouvance islamo-contestataire fulminant sans relâche, et avec un manque criant de recul, contre l'islamophobie. Non pas que celle-ci soit une vue de l'esprit, évidement. Mais ne serait-il pas plus intéressant et surtout plus constructif de débattre sereinement des causes historiques sous-tendant, en France, en effet, cette suspicion vis-à-vis de la religion musulmane ? Enfin, le wahhâbo-salafisme produisant de l'islamopathie virulente, une névrose intégriste, fruit du rapport éminemment conflictuel entre les fortes exigences religieuses wahhâbo-salafistes et le mode de vie occidental libéral et permissif.

Ainsi donc, derrière cette "police" du communautairement-correct se cachent des françaises et des français, minoritaires mais actifs, trouvant dans ses quatre sources différentes sèves permettant d'abreuver leur cœur de cette passion anti-française. Dieu merci, il n'existe aucune fatalité. Il ne tient qu'à nous d'assécher ces sources-là. Non par des envolées faciles, caricaturant les quartiers populaires, et qui de surcroit renforcent ce sentiment d'hostilité à l'égard de la France, mais par l'intelligence et le débat serein. Car la démagogie, d'où qu'elle vienne d'ailleurs, ne résiste que très rarement à une analyse sérieuse des faits. Si en plus, l'on n'y met quelques éléments de grandeur française, alors, oui tout est possible ! Car la France est ce pays, dont la richesse historique autant que culturelle, dépasse l'entendement. Le drame c'est que beaucoup l'ignorent. Y compris nombre de nos responsables politiques. Difficile dans ces conditions d'enchanter les discours publics. Est-ce à dire que la "police communautaire" a de beaux jours devant elle ? Non ; puisque de plus en plus de français musulmans, brisant la loi du silence, ont pris le parti de dénoncer cette réalité sous-estimée : la francophobie et son bras armé, la "police communautaire.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
02.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Ces deux personnalités que testent Renault et Bercy pour succéder à Carlos Ghosn même s’il n’est officiellement question de rien
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Petit mémoire sur le prix que la France a dû payer pour sortir de la phase sans-culottes
07.
Mais pourquoi les Danois ou les Néerlandais parlent-ils mieux anglais que nous ? Indice : la réponse se trouve dans la télévision
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
04.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
05.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
06.
Le Cac 40 a versé 57,4 milliards d’euros à ses actionnaires, de quoi encore enflammer certains ronds-points encore occupés par les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Olivier Roy : « L’Europe ne comprend plus les croyants et nous y perdons tous beaucoup »
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 26/12/2018 - 09:54
à Mimine95
merci pour le lien. Je ne peux être plus d'accord avec l'analyse de B Sansal.
L'histoire jugera sévèrement la lâcheté de la classe politique et médiatique à l'égard de la montée du péril vert.
Et pourtant ,on a eu les années 30...
Gré
- 25/12/2018 - 20:39
Cinq sources
A ces "quatre sources qui apportent, indirectement, leur écot, par leurs éléments de langage, à la consolidation de cette "police communautaire", il faut peut-être en ajouter une cinquième : un président qui déclare à Abu Dhabi « Ceux qui veulent faire croire où que ce soit dans le monde que l’islam se construit en détruisant les autres monothéismes sont des menteurs et vous trahissent », et assimile de facto à des traîtres les musulmans qui s'élèvent contre les dérives historiquement prouvées de l'expansion islamique. Autant dire qu'avec un tel blanc-seing présidentiel, la police communautaire a de beaux jours devant elle ...
Bérurier74
- 25/12/2018 - 15:24
Bien sûr, et la marmotte?
Monsieur Bezouh, à partir d'un constat lucide, courageux et intelligent, prône le recours à "l'intelligence et au débat serein"
Je partage son souhait, mais pas son espoir.
Quand on estime les chances d'aboutir à un débat sérieux et serein avec des Castaner ou des Griveaux, on peut être dubitatif sur sa mise en oeuvre vis à vis d'obscurantistes fanatisés et largement frustrés.
C'est la raison pour laquelle j'ai mis depuis des années 15.000km entre la France et moi

Pour autant, je suis dévasté de ce qui se produit et va dépasser l'imaginable..