En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : ce que le gouvernement devrait faire d’urgence pour sauver la crédibilité de la parole publique

02.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

03.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

04.

Ordre de grandeur : les retraites des fonctionnaires représentent un montant supérieur au budget de l’Education nationale

05.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

06.

Deux brunes et une blonde lorgnent vers l’Elysée

07.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

01.

Martine Aubry atteinte du "syndrome Fillon" ?

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

02.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron veut se débarrasser de LREM, Marine Le Pen se repositionner comme une gentille maman; Schiappa agace l’Elysée, le Covid le déboussole; Les écolos ? Des Hitler du bien pour Depardieu
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Atteinte aux libertés

Loi Avia : retoquée en France, recyclée à Bruxelles

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Santé
Impact de la maladie

Alzheimer est aussi un défi économique pour la société mais personne ne semble comprendre pourquoi il est essentiel de s’en préoccuper

il y a 3 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Les Républicains
Bruno Retailleau est favorable au passage aux 37 heures
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Environnement
Virus des forêts

Epidémies à tous les étages : les virus qui s’attaquent aux forêts sont en nette augmentation à travers la planète

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Politique
Nouvelles restrictions

Covid-19 : ce que le gouvernement devrait faire d’urgence pour sauver la crédibilité de la parole publique

il y a 5 heures 31 min
décryptage > France
Paradoxes de la société française

La France, cette grande malade de la liberté

il y a 5 heures 58 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 21 heures 28 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 23 heures 55 min
décryptage > Défense
Budget

L’absence de plan de relance pour la Défense est une faute

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Economie
Chiffres

Ordre de grandeur : les retraites des fonctionnaires représentent un montant supérieur au budget de l’Education nationale

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Economie
Effets d'aubaine

Diriger l’épargne des Français vers les PME : cette vieille lune qui exempte banques et fonds d’investissement de leurs responsabilités

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Chronique résolument féminine

Deux brunes et une blonde lorgnent vers l’Elysée

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Fortnite part à l’attaque de Google et de Apple et sonne l’heure de la révolte contre les GAFA

il y a 5 heures 20 min
pépites > High-tech
Téléphonie
Nice : une élue écologiste soutient ceux qui ont incendié une antenne 5G
il y a 5 heures 38 min
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 19 heures 37 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 21 heures 56 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 22 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 1 jour 17 min
© STR / AFP
© STR / AFP
Ligne jaune

François Ruffin est-il devenu un danger pour la République ?

Publié le 22 décembre 2018
Les propos du député insoumis vis-à-vis d'Emmanuel Macron, selon lesquels le chef de l'Etat pourrait finir "comme Kennedy", ne sont pas passés inaperçus. Et posent la question de son intégrité en tant qu'élu de la République.
Jean-Philippe Moinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique et initiateur de l’Observatoire de la démocratie (avec l’institut Viavoice) et, depuis début 2020, président de l’institut Marc...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les propos du député insoumis vis-à-vis d'Emmanuel Macron, selon lesquels le chef de l'Etat pourrait finir "comme Kennedy", ne sont pas passés inaperçus. Et posent la question de son intégrité en tant qu'élu de la République.

Atlantico : Les propos très durs de François Ruffin sur Emmanuel Macron, notamment sur le président qui "va terminer comme Kennedy", selon les mots d'un "gilet jaune" qu'il avait relayés, amènent à se demander s'il est toujours un démocrate. Est-ce le cas, selon vous ? L'a-t-il déjà été ? Il y a-t-il ici un plus grand danger pour la République que le FN (ex-RN) depuis sa création ?

Jean-Philippe Moinet : Oui, on peut se demander si François Ruffin reste un vrai démocrate et jusqu’où sa dérive populiste va le pousser, en terme de violence verbale, d’irresponsabilité publique et d’extrémisme idéologique. Le même député FI de la Somme vient de rendre hommage à un « gilet jaune », Etienne Chouard, réputé depuis des années pour ses thèses quasi-complotistes, les applaudissements qu’il a pu enregistrer dans la mouvance du négationniste et antisémite notoire Alain Soral. Comme l’a très bien dit le Président de la Licra, Mario Stasi, dans un tout récent texte d’interpellation, le député François Ruffin ne peut pas ne pas connaître les thèses de ce personnage sulfureux qu’il vient d’ostensiblement montrer en exemple.
 
Je pense que François Ruffin, comme cela a malheureusement été le cas tragiquement dans l’histoire, est de cette gauche radicale et de ces esprits faibles, qui peuvent sombrer dans une forme d’aveuglement dérivant vers le fachisme. Depuis quelques semaines, on a vu ce député « France Insoumise » se soumettre avec une certaine délectation mortifère aux éructations des plus radicaux des « gilets jaunes », dont il prétend porter la parole. Sa sortie surréaliste, seul sur les Champs Elysées, appelant à la démission du Président de la République et surtout colportant des propos d’une violence haineuse inouïe, n’est évidemment pas passée inaperçue, y compris à gauche. Au sein même de son groupe parlementaire, certains y ont vu une dérive solitaire qui fleurait l’opportunisme le plus cynique, un positionnement radicalisé qui a sans doute pour objectif de chercher à déborder Jean-Luc Mélenchon sur son extrême gauche, en vue de contester son leadership sur ce mouvement d’ici la présidentielle de 2022.
 
Quoi qu’il en soit des pensées et des arrière-pensées de ce personnage sulfureux, qui devrait rejoindre l’extrême gauche (ou l’extrême droite) pour être en cohérence avec ses postures politiques et ses connivences idéologiques, François Ruffin a clairement dépassé les bornes, il met en danger, par ses propos et ses amitiés affichées, l’esprit de la République. Je pense que les responsables de son groupe parlementaire et, plus largement, les responsables de l’Assemblée Nationale – des autres groupes et de l’institution elle-même, que préside Richard Ferrand - devraient rapidement en tirer les conséquences et, au moins au à titre d’avertissement, l’exclure des temps de parole octroyés dans l’hémicycle aux élus de la Nation. Ce ne serait pas faire acte d’ostracisme, encore moins de censure, mais simplement faire preuve de vigilance, d’intransigeance et de précaution pour l’avenir, vis-à-vis d’un député qui se complaît à honorer désormais un tenant de thèses nauséabondes et complotistes, qui doivent être strictement exclues d’un débat démocratique digne de ce nom.  Les responsables des différents groupes, y compris du sien, auront-ils ce courage ? La question est posée.

Au regard, notamment, de la réaction de Jean-Luc Mélenchon lors des perquisitions au siège de La France insoumise, à la mi-octobre, peut-on élargir ce danger à La France insoumise ?

Jean-Philippe Moinet : La France insoumise est un mouvement qui connaît quelques porosités, qui ne datent pas d’hier, avec des thèses contraires à l’esprit de la République. Thèses des « indigènes de la République » ou dites « décoloniales », qui visent à racialiser le débat public, à catégoriser les citoyens en fonction de leurs origines ethniques. Certains députés FI sont en prise directe avec cette tendance qui, tout en prétendant s’opposer à l’extrême droite lepéniste, rentre de fait dans un trouble jeu racialiste, où  les « identitaires » de l’ultra-droite trouvent naturellement leur compte. On voit bien une alliance objective s’organiser, qui met à mal l’esprit et le droit républicain.
 
La réaction de Jean-Luc Mélenchon lors des perquisitions du siège de son parti est d’un autre ordre mais elle est aussi problématique quant au respect des règles de la démocratie et de l’Etat de droit. La violence de sa réaction - « la République, c’est moi ! », renvoie à une conception autoritaire et hyper-personnalisée du pouvoir, de type robespierriste. La violence n’est pas loin. Et sa critique radicale des contre-pouvoirs, justice, police, mais aussi médias, révélée au grand public par cette séquence, démontre une culture politique qui a plus à voir avec l’autocratie qu’avec la démocratie. Son admiration de la Russie de Poutine est d’ailleurs une autre net penchant de Jean-Luc Mélenchon, qui le rapproche de Marine Le Pen.

Pourquoi un parti d'extrême gauche - dont les élus appellent quasiment au meurtre du président -, sont-ils moins marginalisés, pointés du doigt, lorsqu'ils dérapent, qu'un parti d'extrême droite ?

Jean-Philippe Moinet : C’est en effet un problème : sous prétexte de partager toutes «les souffrances sociales » du monde, les dérapages idéologiques ou comportementaux d’une partie de la gauche radicale – et le cas de François Ruffin est, au sens étymologique, exemplaire – suscitent parfois d’étranges bienveillances, ou en tout cas des circonstances atténuantes, qui ne devraient en aucun cas avoir lieu d’être. Dériver vers des violences verbales, qui peuvent cautionner et même amplifier des violences physiques, devrait se voir opposer des condamnations fermes et intransigeantes, quelle que soit l’étiquette de l’auteur de ces dérives, et quel que soit l’argument invoqué. Les périodes de tensions sociales que la France vient de traverser a révélé les complaisances de certains politiques qui, en dehors de tout esprit de responsabilité – qui doit amener tout élu de la République à écarter les risques de violences déchaînées – en ont rajouté dans la radicalité, populiste et comportementale.
 
François Ruffin a incarné une dérive, avec la même inconscience –ou le même cynisme- et peut-être le même calcul, par exemple qu’un Nicolas Dupont-Aignan qui a manifestement cherché depuis des semaines à récupérer les virulences des « gilets jaunes », en espérant déborder Marine Le Pen sur son extrême droite national-populiste et ramasser une mise sur le plan électoral. Ces calculs et ces comportements sont dans les deux cas totalement –et visiblement- irresponsables. Ils participent d’opérations politiques à très courte vue. La recherche, par de telles méthodes, d’une adhésion populaire est assez pathétique, là encore au sens étymologique d’un pathos, elle renvoie à une logique, qu’on a vue dans certaines périodes de l’histoire où des repères et des personnes ont pu sombrer, où les extrêmes peuvent se rejoindre pour s’en prendre aux fondements de la démocratie et de la République. Ces deux personnages sont certes encore marginaux. Mais leurs tentations sont bien perceptibles. Elles constituent un vrai danger qui, quand il vient de la gauche radicale, ne doit en rien être sous-estimé, encore moins excusé.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 23/12/2018 - 09:49
Au Pouvoir !
François Ruffin a-t-il ''souhaité'' que Macron finisse comme Kennedy ?
Non, il le ''craint'' ! Ce n'est pas pareil !
Mr. Moinet nous abreuve de textes hystériques envers les Populistes.
Chacun gagne sa croûte comme il le peut !
François Ruffin est le successeur probable de J.L. Mélenchon : s'il condamne l'immigration, il pourra s'allier à Marine Le Pen et accéder au pouvoir !
Et appliquer le programme des Gilets Jaunes !
ginseng
- 23/12/2018 - 08:08
obsession poutinienne
bon article,mais inutile de relayer les obsessions anti poutine qui proliferent dans la presse française et ailleurs.amitiés.
Themistokles
- 22/12/2018 - 20:01
ὁστρακίζω
Rappelons que l'ostracisme était justement une mesure politique.