En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© STR / AFP
Ligne jaune
François Ruffin est-il devenu un danger pour la République ?
Publié le 22 décembre 2018
Les propos du député insoumis vis-à-vis d'Emmanuel Macron, selon lesquels le chef de l'Etat pourrait finir "comme Kennedy", ne sont pas passés inaperçus.
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les propos du député insoumis vis-à-vis d'Emmanuel Macron, selon lesquels le chef de l'Etat pourrait finir "comme Kennedy", ne sont pas passés inaperçus.

Atlantico : Les propos très durs de François Ruffin sur Emmanuel Macron, notamment sur le président qui "va terminer comme Kennedy", selon les mots d'un "gilet jaune" qu'il avait relayés, amènent à se demander s'il est toujours un démocrate. Est-ce le cas, selon vous ? L'a-t-il déjà été ? Il y a-t-il ici un plus grand danger pour la République que le FN (ex-RN) depuis sa création ?

Jean-Philippe Moinet : Oui, on peut se demander si François Ruffin reste un vrai démocrate et jusqu’où sa dérive populiste va le pousser, en terme de violence verbale, d’irresponsabilité publique et d’extrémisme idéologique. Le même député FI de la Somme vient de rendre hommage à un « gilet jaune », Etienne Chouard, réputé depuis des années pour ses thèses quasi-complotistes, les applaudissements qu’il a pu enregistrer dans la mouvance du négationniste et antisémite notoire Alain Soral. Comme l’a très bien dit le Président de la Licra, Mario Stasi, dans un tout récent texte d’interpellation, le député François Ruffin ne peut pas ne pas connaître les thèses de ce personnage sulfureux qu’il vient d’ostensiblement montrer en exemple.
 
Je pense que François Ruffin, comme cela a malheureusement été le cas tragiquement dans l’histoire, est de cette gauche radicale et de ces esprits faibles, qui peuvent sombrer dans une forme d’aveuglement dérivant vers le fachisme. Depuis quelques semaines, on a vu ce député « France Insoumise » se soumettre avec une certaine délectation mortifère aux éructations des plus radicaux des « gilets jaunes », dont il prétend porter la parole. Sa sortie surréaliste, seul sur les Champs Elysées, appelant à la démission du Président de la République et surtout colportant des propos d’une violence haineuse inouïe, n’est évidemment pas passée inaperçue, y compris à gauche. Au sein même de son groupe parlementaire, certains y ont vu une dérive solitaire qui fleurait l’opportunisme le plus cynique, un positionnement radicalisé qui a sans doute pour objectif de chercher à déborder Jean-Luc Mélenchon sur son extrême gauche, en vue de contester son leadership sur ce mouvement d’ici la présidentielle de 2022.
 
Quoi qu’il en soit des pensées et des arrière-pensées de ce personnage sulfureux, qui devrait rejoindre l’extrême gauche (ou l’extrême droite) pour être en cohérence avec ses postures politiques et ses connivences idéologiques, François Ruffin a clairement dépassé les bornes, il met en danger, par ses propos et ses amitiés affichées, l’esprit de la République. Je pense que les responsables de son groupe parlementaire et, plus largement, les responsables de l’Assemblée Nationale – des autres groupes et de l’institution elle-même, que préside Richard Ferrand - devraient rapidement en tirer les conséquences et, au moins au à titre d’avertissement, l’exclure des temps de parole octroyés dans l’hémicycle aux élus de la Nation. Ce ne serait pas faire acte d’ostracisme, encore moins de censure, mais simplement faire preuve de vigilance, d’intransigeance et de précaution pour l’avenir, vis-à-vis d’un député qui se complaît à honorer désormais un tenant de thèses nauséabondes et complotistes, qui doivent être strictement exclues d’un débat démocratique digne de ce nom.  Les responsables des différents groupes, y compris du sien, auront-ils ce courage ? La question est posée.

Au regard, notamment, de la réaction de Jean-Luc Mélenchon lors des perquisitions au siège de La France insoumise, à la mi-octobre, peut-on élargir ce danger à La France insoumise ?

Jean-Philippe Moinet : La France insoumise est un mouvement qui connaît quelques porosités, qui ne datent pas d’hier, avec des thèses contraires à l’esprit de la République. Thèses des « indigènes de la République » ou dites « décoloniales », qui visent à racialiser le débat public, à catégoriser les citoyens en fonction de leurs origines ethniques. Certains députés FI sont en prise directe avec cette tendance qui, tout en prétendant s’opposer à l’extrême droite lepéniste, rentre de fait dans un trouble jeu racialiste, où  les « identitaires » de l’ultra-droite trouvent naturellement leur compte. On voit bien une alliance objective s’organiser, qui met à mal l’esprit et le droit républicain.
 
La réaction de Jean-Luc Mélenchon lors des perquisitions du siège de son parti est d’un autre ordre mais elle est aussi problématique quant au respect des règles de la démocratie et de l’Etat de droit. La violence de sa réaction - « la République, c’est moi ! », renvoie à une conception autoritaire et hyper-personnalisée du pouvoir, de type robespierriste. La violence n’est pas loin. Et sa critique radicale des contre-pouvoirs, justice, police, mais aussi médias, révélée au grand public par cette séquence, démontre une culture politique qui a plus à voir avec l’autocratie qu’avec la démocratie. Son admiration de la Russie de Poutine est d’ailleurs une autre net penchant de Jean-Luc Mélenchon, qui le rapproche de Marine Le Pen.

Pourquoi un parti d'extrême gauche - dont les élus appellent quasiment au meurtre du président -, sont-ils moins marginalisés, pointés du doigt, lorsqu'ils dérapent, qu'un parti d'extrême droite ?

Jean-Philippe Moinet : C’est en effet un problème : sous prétexte de partager toutes «les souffrances sociales » du monde, les dérapages idéologiques ou comportementaux d’une partie de la gauche radicale – et le cas de François Ruffin est, au sens étymologique, exemplaire – suscitent parfois d’étranges bienveillances, ou en tout cas des circonstances atténuantes, qui ne devraient en aucun cas avoir lieu d’être. Dériver vers des violences verbales, qui peuvent cautionner et même amplifier des violences physiques, devrait se voir opposer des condamnations fermes et intransigeantes, quelle que soit l’étiquette de l’auteur de ces dérives, et quel que soit l’argument invoqué. Les périodes de tensions sociales que la France vient de traverser a révélé les complaisances de certains politiques qui, en dehors de tout esprit de responsabilité – qui doit amener tout élu de la République à écarter les risques de violences déchaînées – en ont rajouté dans la radicalité, populiste et comportementale.
 
François Ruffin a incarné une dérive, avec la même inconscience –ou le même cynisme- et peut-être le même calcul, par exemple qu’un Nicolas Dupont-Aignan qui a manifestement cherché depuis des semaines à récupérer les virulences des « gilets jaunes », en espérant déborder Marine Le Pen sur son extrême droite national-populiste et ramasser une mise sur le plan électoral. Ces calculs et ces comportements sont dans les deux cas totalement –et visiblement- irresponsables. Ils participent d’opérations politiques à très courte vue. La recherche, par de telles méthodes, d’une adhésion populaire est assez pathétique, là encore au sens étymologique d’un pathos, elle renvoie à une logique, qu’on a vue dans certaines périodes de l’histoire où des repères et des personnes ont pu sombrer, où les extrêmes peuvent se rejoindre pour s’en prendre aux fondements de la démocratie et de la République. Ces deux personnages sont certes encore marginaux. Mais leurs tentations sont bien perceptibles. Elles constituent un vrai danger qui, quand il vient de la gauche radicale, ne doit en rien être sous-estimé, encore moins excusé.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
07.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Tetavana
- 23/12/2018 - 20:11
Un Ruffin ça fait du raffut
Un Ruffin , écrivain raté , médiocre cineaste qui eut un jour une récompense pour un documentaire polémique ne peut pas à lui seul être une menace ….Il fait du bruit parce qu'il pense , dans les temps troublés qui sont les notre en Occident , acquérir une certaine notoriété .

C'est une stratégie comme une autre pour tenter d'exister politiquement ...Nous en avons eu dans le passé des gens comme ça qui se distinguent certes de Ruffin par le talent littéraire(c'est même pour cela que l'on se souvient d'eux ) mais dont la violence n'était pas moindre ...Des Rochefort , des Béraud( " Blum le bruit d'une balle sur la poitrine d'un traitre " c'est de lui…. ça vaut bien les ruffinades ) , ...Même Céline qu'il serait évidemment insultant pour sa mémoire de comparer à un Ruffin ...Ils étaient d'avantage des symptômes d'une maladie sociale dangereuse qui allait emporter l'Europe vers la catastrophe mais certainement pas des acteurs de la catastrophe .
Ganesha
- 23/12/2018 - 09:42
Gilets Jaunes
François Ruffin a-t-il ''souhaité'' que Macron finisse comme Kennedy ?
Non, il le ''craint'' ! Ce n'est pas pareil !
Mr. Moinet nous abreuve de textes hystériques envers les Populistes.
Chacun gagne sa croûte comme il le peut !
François Ruffin est le successeur probable de J.L. Mélenchon : s'il condamne l'immigration, il pourra s'allier à Marine Le Pen et accéder au pouvoir !
Et appliquer le programme des Gilets Jaunes !
vangog
- 22/12/2018 - 13:57
Le « fascisme » et J.P. Moinet...il y avait longtemps!
Je ne veux pas défendre François Ruffin, qui n’est pas ma tasse de thé, mais ce genre d’anathèmes enfantins sur la base « il connaît le frère de la belle-sœur d’un type qui assisté à une réunion fasciste-c’est à dire « socialiste » n’est-ce-pas Moinet? -prouve d’avantage l’irresponsabilité des analystes et journaleux qui s’y livrent, plutôt que les complicités « fascistes », c’est-à-dire socialistes, qu’ils tentent désespérément de prouver...