En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

07.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 39 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 9 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 3 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 10 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 17 heures 13 sec
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 1 heure 57 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 16 heures 2 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 35 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 51 min
info atlantico
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Crac-crac

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la vie sexuelle de vos voisins (européens)

Publié le 22 décembre 2018
Un récent rapport de l'Ifop dévoile les pratiques sexuelles les plus courantes dans chaque pays européen. Si celles-ci changent d'un pays à l'autre, c'est en partie pour des raisons culturelles, sociologiques et religieuses. Tour d'horizon.
François Kraus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kraus est Directeur des études politiques au département Opinion de l'Ifop.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un récent rapport de l'Ifop dévoile les pratiques sexuelles les plus courantes dans chaque pays européen. Si celles-ci changent d'un pays à l'autre, c'est en partie pour des raisons culturelles, sociologiques et religieuses. Tour d'horizon.

Atlantico : Une récente étude de l'Ifop pour le réseau social Camgirls-Wanted détaille les pratiques sexuelles des Européennes selon chaque pays. De manière générale, quels sont les mécanismes culturels, sociologiques et religieux à l'œuvre ?

François Kraus : Le principal enseignement de l'enquête est que le poids des cultures, notamment religieuses, ou des politiques publiques, jouent dans le bien-être affectif et sexuel des Européennes. Et on le voit notamment pour les Néerlandaises, qui apparaissent beaucoup plus satisfaites, sur ces questions, que le reste de la population du continent. On peut y voir la trace de l'influence protestante et de certaines politiques publiques avant-gardistes en matière d'éducation sexuelle. 

Les Françaises sont les moins épanouies sur le plan sexuel. À quoi est-ce que cela tient ?

François Kraus : Ce constat, pour les Françaises, brise un peu le cliché du mâle français qui serait, soi-disant, un très bon amant. Après, il ne faut pas toujours tout responsabiliser, porter la responsabilité sur les hommes. Toutefois il y a en France un hiatus entre les pratiques sexuelles les plus fréquemment pratiquées et celles qui sont les plus épanouissantes pour les femmes. Cela tient sans doute à une plus forte pression sociale en France, qui incite la population à la performance sexuelle, et donc à adopter des positions ou des pratiques qui ne sont pas forcément les épanouissantes pour elles. 

Plus largement, il y a aussi les spécificités de la population féminine hexagonale : un taux de chômage plus élevé que dans le reste du continent, notamment. Et on sait bien que cela plonge souvent la population dans des effets dépressifs qui ne sont pas favorables à la sexualité. Il y a également un taux d'activité professionnelle des femmes qui est l'un des plus élevés d'Europe. Et concilier vie de couple et vie professionnelle, c'est toujours plus compliqué lorsqu'on est une femme active. En France, on atteint aussi des records, comme en matière d'antidépresseurs. Et enfin, il y a aussi le fait qu'en France, les femmes adoptent des relations de couple qui s'inscrivent de moins en moins dans un cadre conjugal stable. Elles sont souvent moins dans des unions stables, à long terme, cohabitantes, ou encore dans le mariage. L'instabilité n'est pas forcément favorable sur le plan de la satisfaction sentimentale. 

À l'inverse, l'étude révèle que les Hollandaises sont les Européennes les plus épanouies sur le plan sexuel. A quoi est-ce que cela tient ? Quelles sont les conséquences de cette libération sexuelle sur le plan sociétal ?

François Kraus : Un des éléments majeurs est, je pense, l'affranchissement des Hollandaises vis-à-vis de la religion, en l'occurrence plutôt la religion protestante. On observe que plus les pays sont affranchis de l'influence de l'Église catholique - qui a toujours eu un discours répressif et culpabilisateur vis-à-vis du sexe -, plus, en général, on a un rapport plus décomplexé à la sexualité. En Hollande, la révolution a eu lieu dans les années 1950-1960 et une génération a eu une rupture assez forte sur ces questions, qui s'est traduit par des positions avant-gardistes de la population et des pouvoirs publics sur tout un ensemble de sujets comme la prostitution, l'euthanasie, l'IVG ou l'éducation sexuelle. 

Aujourd'hui, la politique d'éducation sexuelle en Hollande est l'une des plus avant-gardistes du monde. On a ainsi un taux d'IVG qui est le plus faible du monde puisque les femmes sont très informées sur le sujet. Il y a aussi le fait d'aborder très précocement les questions de plaisir sexuel. Contrairement à ce qu'on peut croire en France, cela a un impact puisque ça décomplexifie, ça déculpabilise le rapport des femmes à la sexualité en le rendant moins "sale", moins étrange, moins culpabilisateur. 

En matière de sexualité, plus on est décomplexé, plus on a des chances d'avoir du plaisir. C'est l'un des enseignements majeurs de l'enquête : lorsqu'un pays dispose d'une culture nationale, de valeurs sociétales plutôt très avant-gardistes sur ces questions, et que les pouvoirs publics mènent des politiques qui suivent - comme en matière d'éducation sexuelle -, plus ça favorise ce type de bien-être affectif et sexuel. Il y a donc une dimension politique à ce bien-être.

Je pense également que, finalement, les Françaises et les Hollandaises n'ont pas du tout le même niveau de satisfaction sexuelle alors même que, finalement, les deux se distinguent par des trajectoires et une biographie sexuelleassez intense (beaucoup de partenaires) et un répertoire sexuel assez diversifié (au niveau oral, anal, etc.). Donc, in fine, ce n'est pas forcément ce que l'on fait et la fréquence à laquelle on le fait, qui joue, mais davantage les conditions affectives, les conditions sociales, psychologiques, le moral général, qui peuvent influer sur ces questions de bien-être sexuel et affectif.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires