En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 16 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 22 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 17 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 11 heures 49 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 30 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 14 heures 46 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 18 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 10 heures 33 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 14 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 29 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 14 heures 40 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 14 heures 53 min
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
À toutes fins utiles

Crise de défiance généralisée : petits rappels à ces démocrates ayant perdu le sens de la démocratie

Publié le 22 décembre 2018
Alors que le grand débat national actuel pose la question de ce qu'est véritablement la démocratie, comment peut-on la définir au travers de ses tensions internes ? Concernant les points suivants, comment placer le curseur de la démocratie ?
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le grand débat national actuel pose la question de ce qu'est véritablement la démocratie, comment peut-on la définir au travers de ses tensions internes ? Concernant les points suivants, comment placer le curseur de la démocratie ?

1-Entre la règle de la majorité et la protection de la minorité 

Jérusalem, Athènes, Rome. Nous ne sortirons pas de ce triangle, si nous voulons comprendre les fondements de la politique moderne et de la démocratie. Les prophètes d’Israël nous ont inculqué l’idée la plus fondamentale: un individu peut avoir raison seul contre la société quand il proclame la vérité. Certains ont dit que les prophètes étaient les inventeurs du socialisme; c’est en partie un contre-sens car tous, d’Amos à Sophonie, en passant par ces géants que sont Isaïe, Jérémie ou Ezéchiel, ne séparent pas la justice sociale de la reconnaissance du caractère unique de chaque personne. C’est plutôt Athènes et Rome qui nous ont appris à penser la société comme une réalité politique. Mais là encore, il faut s’arrêter sur une distinction fondamentale: la forme du gouvernement paraît moins importante à Platon, Aristote ou Cicéron que la question du « bon gouvernement ». La monarchie a son double obscur, la tyrannie; l’aristocratie peut dégénérer en oligarchie, au sens du gouvernement d’un petit nombre selon ses intérêts propres et non l’intérêt général; quant à la démocratie, elle dégénère facilement en démagogie: chez Platon, Aristote ou Cicéron, l’analyse politique antique nous aide à penser la tension entre la république et son idéal de constitutionnalité et la démocratie qui ne serait au fond qu’une tyrannie de la majorité, par exemple pour confisquer les biens des riches. Les philosophes antiques auraient considéré Hugo Chavez comme l’exemple même de la possible dégénérescence d’une république en démagogie, d’une incapacité de la démocratie à trouver son équilibre. 

2- L'opposition entre liberté et égalité 

Restons dans les réflexions des Anciens. Thucydide ou Cicéron nous aident à réfléchir sur le fondement profond de la démocratie. Pour ne dégénérer ni en oligarchie - à la façon du parti démocrate américain version Hillary Clinton - ni en régime démagogique - façon Chavez -, la démocratie doit être essentiellement une isocratie, c’est-à-dire un gouvernement des égaux. L’expérience des Trente Glorieuses nous fait bien comprendre l’importance des classes moyennes pour permettre le bon fonctionnement de la démocratie. Dans leur version conservatrice comme dans leur version social-démocrate, les pays européens des années 1950-1975 sont des isocraties. Pensons à la République Fédérale d’Allemagne d’Adenauer et Willy Brandt structurée essentiellement par deux Volksparteien, deux partis capables de rassembler chacun 40 à 45% de l’électorat. On ne peut cependant pas se contenter de penser redistribution des richesses, modération des hauts salaires ou équilibre entre capital et travail pour fonder cette isocratie qu’est la démocratie équilibrée. Il faut se rappeler que le fondement de l’isocratie est l’isonomie. L’égalité de tous devant la loi. A cet égard, notre époque est caractérisée par une inflation législative, qui est le produit de l’action des lobbys et qui rend impossible l’égalité des citoyens devant la loi puisque seuls les spécialistes et les experts savent comment l’appliquer. Friedrich Hayek a bien vu le danger de l’inflation législative. Mais il avait par ailleurs une pensée inutilement antidémocratique - il se méfiait du règne de la majorité qui imposait des politiques de redistribution qu’il pensait contraires à l’efficacité économique et à la liberté. En fait, Hayek connaissait mal la philosophie antique. Il ne voyait pas que la réflexion sur l’isonomie nous mène rapidement à la question de l’isothymie: l’égalité en dignité de tous les citoyens. C’est le fondement premier de la démocratie. Nos modernes oligarques, qui ont largement vidé la démocratie de sa substance, ne sont au fond pas convaincus de l’égale dignité de tous les citoyens. C’est de cette égalité dans la dignité que, fondamentalement, se réclament les Gilets Jaunes. 

3- la supériorité de la norme entre droit national et droit international 

Emmanuel Todd vient de dresser, ici même dans Atlantico, une magistrale opposition entre la démocratie initialement xénophobe, au sens neutre du terme, dans la mesure où pour réaliser pratiquement l’idéal de liberté et d’égalité au sein d’une communauté, elle doit se couper de la plus grande partie de l’humanité; et l’empire universaliste qui proclame théoriquement l’égalité de tous les hommes mais en pratique met en place un système de domination et d’enrichissement de quelques-uns aux dépens d’une multitude détournée de penser à sa misère par « le pain et les jeux ». De l’Empire romain à l’Union Européenne, l’empire est toujours destructeur de la liberté et de l’égalité concrètes. Au nom de la supériorité de la norme internationale sur le droit national, on a consciencieusement, ces dernières années, vidé la démocratie de sa substance. Or la démocratie ne peut être que nationale ou infranationale, par exemple urbaine. Une démocratie supranationale, ça n’existe pas. Les régimes fondés sur le principe de supériorité du droit international sur le droit national sont soit des oligarchies (l’empire américain informel des années 2000 ou l’Union. Européenne d’aujourd’hui) soit des dictatures (de l’Empire romain aux différentes formes qu’ont pris les califats musulmans depuis l’expansion de l’Islam). Ce qu’il y a de profondément émouvant dans le mouvement des Gilets Jaunes, c’est ce soulèvement d’un peuple pour la démocratie, qui sent parfaitement que la démocratie est forcément nationale ou infranationale. Je suis d’ailleurs étonné que l’on n’ait pas rapproché le mouvement des Gilets Jaunes des grands mouvements démocratiques qui ont ébranlé les régimes de type soviétique dans les années 1980: tous les pays dits de l’Est ont combattu, à l’époque, à la fois pour la démocratie et pour la libération de leur nation de la tutelle impériale soviétique. 

4- La possibilité de réformer la Constitution

Il faut se méfier car notre pays n’a pas cessé, depuis qu’il a coupé la tête à son roi, de changer d’institutions. De Gaulle a stabilisé la République. Il n’y avait aucune raison de toucher à ce qu’il avait fait. La Vè République a d’ailleurs, après sa mort, finalement mis en place la décentralisation que voulait le Général. Mais, parallèlement, les successeurs du général, au lieu de tâcher de grandir pour être à la taille du costume qu’il avait taillé, ont décidé de le rétrécir, selon leur humeur. Pompidou, d’habitude mieux inspiré, a préparé l’instauration du quinquennat. Giscard a théorisé la cohabitation, Mitterrand et Chirac l’ont pratiquée avec le cynisme des rois fainéants qu’ils étaient en partie. Si l’on analyse plus profondément, on trouve bien un dénominateur commun à tous les successeurs du Général: vider la République de la vie démocratique que lui avait insufflée le fondateur de la Vè République. C’est l’abandon du référendum - ou son travestissement: en 1992, lorsque le vieux coquin qui siégeait à l’Elysée mit en scène l’annonce de sa maladie pour faire basculer le résultat de Maastricht; entre 2005 et 2007 lorsque le parti post-gaulliste s’arrangea pour contourner le vote des Français hostile au Traité Constitutionnel européen. Les cohabitations relèvent de la même logique: faire échapper le président à la question de confiance devant le peuple français. Mentionnons aussi l’inversion de la décentralisation depuis François Hollande: création de grandes régions sans logique organique; création de communautés de communes qui sont largement des usines à gaz; suppression de la taxe d’habitation, qui asphyxie les maires etc....

Alors, oui, les Gilets Jaunes ont raison de vouloir reprendre le contrôle démocratique du pays. Mais si l’on avait un seul conseil à donner: cessons de déchirer le costume du Général pour le rapiécer ensuite maladroitement. Revenons à l’esprit de la Vè République. 


5- Tension entre démocratie et tradition républicaine ou comment les valeurs sur lesquelles s'est construite la République doivent, ou non, évoluer ? 

La monarchie était un régime enraciné dans la diversité des populations françaises, des libertés locales, des pays - comme on désignait à cette époque les territoires. Le XVIIIè siècle est le siècle le plus heureux de l’histoire de notre pays, à l’époque le plus prospère d’Europe et qui pouvait se permettre d’avoir un roi faible comme Louis XV sans que cela portât à conséquence. Puis vint Louis XVI, roi aussi passionné de science et de progrès technique qu’il était fidèle à l’héritage capétien. Contrairement au mensonge propagé après son assassinat par les révolutionnaires et les contre-révolutionnaires d’accord pour camoufler leur forfait, Louis XVI fut jusqu’à sa mort adulé par le peuple français parce qu’il était un plus efficace réformateur qu’Henri IV et un authentique décentralisateur. Ainsi va l’histoire: le sommet d’une civilisation est aussi son moment de plus grande fragilité.  La République est née de l’idéologie, de la violence et de la terreur; de la guerre civile totalement inutile dans laquelle s’est plongé un peuple qui venait de connaître pendant deux ou trois générations cette « douceur de vivre » tout à fait unique dont parle Talleyrand. 

Il ne s’agit pas de cultiver des nostalgies mais de comprendre que la République fut au départ un régime oligarchique, fondé non seulement sur meurtre d’un grand roi mais aussi sur la rapine des biens de l’Eglise et l’enrichissement personnel qu’en tirèrent les moins sucrupuleux; enfin sur la peur du suffrage universel.  Ce n’est que progressivement que république et démocratie ont convergé en France. Il faut attendre 1946 pour que les femmes votent! Et je me rappelle ce professeur d’histoire de khâgne dans les années 1980, authentique républicain mais qui insistait, pour le déplorer, sur le fait que c’était les femmes qui avaient fait passer de Gaulle contre Mitterrand en 1965. Avec le temps, la République s’est civilisée:  1848 voit la fraternité rejoindre la liberté et l’égalité dans la devise républicaine; et elle est la première expérience républicaine où l’on accepte pleinement le suffrage universel. La IIIè République crée un authentique parlementarisme français, même s’il est gâché par un anticléricalisme borné. Et ce régime a duré plus longtemps, pour l’instant, que la Vè République. La IVè République représente le moment définitif de choix de la démocratie par la République. Et de Gaulle consolide cette oeuvre. Mais on ne peut qu’être étonné de constater combien notre République est tentée par le retour en arrière: de Gaulle avait craint le retour du régime des partis et on a eu, en fait, la confiscation de la démocratie par une république des hauts fonctionnaires, dont le rêve est saint-simonien, abolir la politique. Les Gilets jaunes représentent le choc brutal entre la République des énarques et des grands corps et la démocratie de la France périphérique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 24/12/2018 - 09:22
"grand débat national"
La dernière arnaque , je suis de plus en plus effarée, la dictature mondialiste avance ,et les convulsions sont là, être ou ne pas être "comploriste, ", telle est est la question .......Les guerres ont-elles changé de nature,? eh bien non, pas tellement finalement !
cloette
- 23/12/2018 - 13:49
La vérité
Est que les classe moyennes représentées par ces gilets jaunes s'est paupérisée, et avec la gouvernance actuelle que l'on sait, ses choix politiques ,économiques, ses discours, la situation s'est révélée explosive . Macron actuellement déjeune avec les soldats, en effet, il a intérêt à ce que l'armée n'intervienne pas , les coups d'Etat se font ainsi .... On en est là !!!
lasenorita
- 23/12/2018 - 10:36
La partialité de ceux qui nous gouvernent!
Les moyens utilisés par Castaner ,contre les GJ,devraient être aussi employés contre la racaille des banlieues,dans les ''zones de non-droit'' où les musulmans caillassent nos forces de l'ordre,accueillent nos ministres avec des tirs de kalach...Un GJ insulte un préfet,il est ''mis en examen'',des GJ encourent ,eux,jusqu'à 15 ans de prison.. tandis que des islamistes et des ''fichés S''propagent leur haine pour la France et les non-musulmans,en toute impunité..Depuis 40 ans:des voitures brûlent,des policiers sont assassinés chez eux ou brûlés dans leur voiture..les ordures de racailles,qui sont à la charge de notre société et qui cassent les biens de ceux qui travaillent,eux, ne sont pas punis!Les islamo-collabo disent:''Touche pas à mon pote''..aussi l'islamo-racaille n'a pas peur de notre police et de notre ''Justice'' parce que nos lois la place sous une certaine immunité!Nos gaucho-islamo disent que ''le F.N. attise la haine'' parce que le F.N. dit ce que TOUS les Français voient!Les racailles des banlieues s'infiltrent dans nos manifestations pour casser les vitrines des commerces et voler..ces pillards prennent de l'assurance..ils vont célébrer nos fêtes à ''leur'' manière!..