En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

07.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 10 min 9 sec
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 56 min 14 sec
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 1 heure 51 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 6 heures 37 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 19 heures 20 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 21 heures 31 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 22 heures 51 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 11 min 31 sec
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 4 heures 46 sec
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 5 heures 37 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 6 heures 49 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 30 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 22 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 23 heures 45 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Gestion

Déficit record pour 2019 : mais comment trier le bon du mauvais gras de de la dépense publique ?

Publié le 21 décembre 2018
Selon les dernières données disponibles le déficit de la France dépassera les 100 milliards d'euros pour l'exercice 2019, en hausse de 80% par rapport à 2017.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les dernières données disponibles le déficit de la France dépassera les 100 milliards d'euros pour l'exercice 2019, en hausse de 80% par rapport à 2017.

Atlantico :  En regardant les grands postes de dépenses publiques, comment faire le tri en "le bon et le mauvais gras" ? Quels sont les grands postes dont le niveau de dépenses est justifié et ceux pour lesquels un effort mérite d'être réalisé ?

Philippe Crevel : 2019 ne sera pas un bon cru budgétaire. Avant même la crise des gilets jaunes, le déficit était en hausse par rapport à 2017 du fait de la transformation du CICE en exonération de charges qui provoque une double imputation sur l’exercice budgétaire. En effet, le CICE dans sa version initiale était versé avec un décalage d’une année quand l’exonération de charges sociales est attribuée en année N. Les mesures annoncées le 10 décembre aboutit à une dérive de 0,2 à 0,3 point de PIB. Par ailleurs, il faut y ajouter l’effet du ralentissement de la croissance contribuant à minorer les dépenses et à accroître les dépenses. En matière de réduction de dépenses, le problème provient qu’il est très difficile de distinguer le bon du mauvais gras. Bien évidemment, certains souligneront qu’il est possible de diminuer le train de vie de l’Etat, de réduire les dépenses les élus. Mais, un, les sommes en jeu ne sont pas considérables, deux, taper sur les rémunérations des élus peut favoriser la corruption et contribuer à leur nivellement par le bas. Les grands pôles de dépenses sont l’éducation, la sécurité, les dépenses de solidarité, les aides aux territoires  et le service de la dette. Pour ce dernier, le seul moyen efficace pour le réduire est de ne pas s’endetter et donc de rétablir l’équilibre de notre budget. Pour l’éducation, le sujet est sensible. La France est distancée en matière de formation des jeunes tout en ayant un nombre élevé de professeurs. Sans nul doute, il convient de réduire les effectifs en charge de la gestion administrative. La recherche du qualitatif devrait primer sur le quantitatif. Vaste chantier, délicat à mener compte tenu de la force des bastions syndicaux. Question sécurité, les économies ne sont pas à l’ordre du jour tout comme pour la lutte contre la précarité ou les aides aux territoires.

Ce n’est pas en jouant sur les missions que des économies seront réalisées. La technique du rabot a échoué. Il convient de savoir quelles sont les missions qui doivent rester dans le périmètre de l’Etat, celles qui peuvent être privatisées ou confiées à d’autres acteurs publics qui seront plus efficients. La règle de la subsidiarité doit s’appliquer afin d’éviter la remontée au sommet et les redondances. Par ailleurs, la généralisation par les acteurs de terrain de l’autoévaluation, la mise en place d’outils et de règles de gestion à tous les niveaux est à préconiser. L’administration devrait être capable de fermer des services devenus inutiles ou peu performants. Est-il obligatoire de conserver des musées n’ayant que quelques visiteurs par jour ?

Alors que la France dépense une large part de ces recettes du côté des prestations sociales, quelles sont celles dont l'évolution semble plutôt maîtrisée et celle qui sont manifestement excessives ?

Les dépenses sociales seront amenées à progresser dans les prochaines années en raison du vieillissement de la population. Les dépenses de retraite, le premier poste de dépenses sociales de la Nation, plus de 320 milliards d’euros par an, ne peuvent qu’augmenter car le nombre de retraités passera de 17 à 25 millions d’ici 2060. La majoration de la CSG et l’indexation partielle des pensions montrent bien la difficulté de réaliser es économies sur ce poste. En matière d’assurance maladie, les pouvoirs publics ont, ces dernières années, comprimé au maximum les dépenses en réduisant les investissements, en transférant certaines charges aux complémentaires et en opérant des déremboursements impopulaires de médicaments. Dans les prochaines années, un ressaut apparaît inévitable. A cela, il faut ajouter les dépenses liées à la dépendance qui devraient doubler d’ici 2040. Restent les dépenses logement, les dépenses de lutte contre la pauvreté et celles en faveur de l’emploi. Pour le logement, la France dépense 40 milliards d’euros pour un retour sur investissement négatif. En effet, ces aides loin de régler le problème de l’accès au logement semble au contraire l’accroître. Mais le logement est un sujet sensible comme le Gouvernement l’a constaté en réduisant les APL de 5 euros. En outre, le secteur de la construction constitue un puissant lobby. Au niveau de la lutte contre la pauvreté, le même constat pourrait être fait. En ce qui concerne l’emploi, le Gouvernement a demandé aux partenaires sociaux la présentation d’un plan d’économies de 4 milliards d’euros sur 3 ans qu’ils récusent pour le moment.

Paradoxalement, et malgré un niveau de dépenses publiques sur PIB des plus élevés, peut-on considérer que certaines dépenses sont insuffisantes dans certains secteurs ?

Il y a quelques années, la qualité des infrastructures françaises étaient louées. C’est de moins en moins le cas. Le réseau routier non concédé se délabre. Les projets de modernisation des ports, la mise à niveau des voies fluviales sont reportés. De même, la France n’investit pas suffisamment dans l’enseignement supérieur et la recherche. Les universités sont souvent vétustes et les moyens mis à la disposition des étudiants fiables au regard des standards internationaux. La défense nationale a également été délaissé au nom des économies budgétaires. Les programmes d’équipement ne sont pas respectés. La question du 2e porte avion est renvoyée d’année en année, et bientôt il faudra remplacer le Charles de Gaulle. La France est en retard en ce qui concerne les drones. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
francoise34
- 22/12/2018 - 01:01
Investissement public
Mettez nous au moins un réseau portable et internet
Nous éviteront alors les transports et les médecins
C est le manque de réseau qui crée les déserts
lasenorita
- 21/12/2018 - 19:07
Nos gouvernants dépensent nos sous ''sans compter''
Les migrants coûtent des milliards d'euros au détriment des travailleurs et des retraités!Nous avons 20 milliards de fraudes par an:1,8 millions de faux numéros de sécurité sociale et 80% des faux documents sont d'origine algérienne,marocaine,congolaise,malienne!Abdelkrim Chekatt,père de l'assassin islamiste,a 12 enfants et 2 femmes;arrivé clandestinement,en France,chômeur et ''fiché S'',il perçoit 5.400€ par mois d'allocations familiales!..Les musulmans ont tué et torturé des ''civils innocents'' afin d'être ''indépendants,ils ont chassé TOUS les non-musulmans de leur pays natal en leur disant:''La valise ou le cercueil'',maintenant ils viennent chez nous,en France,ils achètent des propriétés avec de ''l'argent sale'',ils ''cassent tout'',égorgent des innocents,etc..au lieu de RESTER dans ''leur'' pays ''indépendant''...
lexxis
- 21/12/2018 - 15:20
LA MISÈRE ET LA HONTE!
Chaque année, plus de fonctionnaires, plus de dépenses, plus d'impôts, plus de dettes... Macron a roulé tout son monde dans la farine et les réformes effectuées sont largement en demi-teintes. Incapable de trancher dans la dépense, empilant les impositions les unes sur les autres, écolo-démagogue sans jamais se poser la question de ce que représente le poids exact de la France dans les équilibres de la planète, arrogant et méprisant envers son peuple, on n'est pas loin du carton plein. Et nous allons retrouver une nouvelle fois ces années bénites, où nous irons humblement quémander à Bruxelles un nouvel atermoiement pour nos déficits, en arguant pitoyablement qu'ils ne ressemblent en rien à ceux d'une l'Italie affreusement populiste et qui vote mal... Pendant ce temps-là, l'Allemagne flaire le bon coup et insiste pour que nous partagions avec elle notre siège de membre permanent au Conseil de Sécurité de l'ONU, sans provoquer aucune réaction ni de l'Élysée, ni du Quai d'Orsay. La France dévisse inexorablement...