En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

05.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
Evènement

Salon 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 48 min 37 sec
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 1 heure 35 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 1 heure 42 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 2 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 2 heures 17 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 11 heures 58 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 16 heures 38 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 2 heures 11 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 10 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 18 heures 20 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 21 heures 23 min
© JAVIER SORIANO / AFP
© JAVIER SORIANO / AFP
Sondage

Bonne… ou mauvaise nouvelle pour la démocratie ? Ce qui se cache derrière la progression du score d’Emmanuel Macron si une présidentielle avait lieu aujourd’hui

Publié le 18 décembre 2018
Un sondage IFOP publié dans le JDD révèle que si l'élection présidentielle devait se dérouler en ce moment, Emmanuel Macron ferait un meilleur score qu'en 2017. Tout comme son adversaire, Marine Le Pen, qui arriverait même en tête.
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sondage IFOP publié dans le JDD révèle que si l'élection présidentielle devait se dérouler en ce moment, Emmanuel Macron ferait un meilleur score qu'en 2017. Tout comme son adversaire, Marine Le Pen, qui arriverait même en tête.

Atlantico : Malgré sa chute de popularité attestée à la fois par de nombreux sondages et par la crise des Gilets jaunes, 25 % des personnes interrogées indiquent qu'ils voteraient pour Emmanuel Macron . C'est un point de plus qu'en 2017 (plus haut que son niveau de popularité donc). Comment expliquer cet apparent paradoxe ? 


David Nguyen : Ces résultats peuvent effectivement apparaître comme paradoxaux : Emmanuel Macron est pratiquement aussi impopulaire que François Hollande à la même période de son quinquennat, mais il remporterait plus de suffrages qu’en avril 2017 si l’élection présidentielle devait avoir lieu aujourd’hui. Pour résoudre cette équation, il faut comprendre que la satisfaction n’est pas la même chose que le vote. Un scrutin dépasse la simple question de la popularité : il ne s’agit pas seulement de dire si on soutient telle ou telle personnalité, mais de faire un choix durable pour la direction du pays entre des forces politiques concurrentes. On ne vote pas uniquement par adhésion, mais aussi par défaut en éliminant les scénarios qui nous semblent les moins désirables. Et c’est précisément ce qu’il se passe ici. Toutes les intentions de vote, pour les élections européennes comme pour la présidentielle, indiquent une poussée du Rassemblement national de Marine le Pen qui bénéficie de la colère des gilets jaunes. Entre l’été 2018 et aujourd’hui, le parti de Marine le Pen est passé dans les intentions de vote de l’Ifop de 17% à 24% pour les européennes. Face à cette reconquête frontiste, Emmanuel Macron et la République en Marche se présentent comme le seul rempart républicain, la seule formation à même d’empêcher l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite. Autant cette stratégie n’est pas forcément la plus efficace concernant les élections européennes dans la mesure où les Français ne perçoivent pas directement le risque d’un très haut score du Rassemblement national pour leur vie quotidienne (LREM est aujourd’hui créditée de 18% d’intentions de vote), autant elle fonctionne dans le cadre d’une élection présidentielle perçue comme beaucoup plus cruciale. Il faut souligner enfin qu’Emmanuel Macron bénéficie de la faiblesse des autres oppositions qu’il s’agisse du Parti socialiste, des Républicains ou de la France insoumise : à ce jour aucune n’apparaît comme une alternative crédible.

Doit-on comprendre ici que les critères mêmes du vote ont changé ? Les gens seraient-ils prêts à voter pour un candidat qui ne leur plait par stratégie plutôt que par adhésion politique ? A-t-on basculé dans une ère plus pragmatique que politique ?


Beaucoup d’auteurs ont parlé de la fin des idéologies depuis la chute du mur. Avant même la fin de la guerre froide, Gilles Lipovetsky évoquait l’émergence d’une « ère du vide », d’une époque marquée par la disparition des grands récits collectifs mobilisateurs. Si l’on retient l’exemple du communisme, c’est-à-dire d’un modèle politique alliant une doctrine établie et englobante, un parti de masse chargé de faire vivre cette idéologie et un électorat fidèle à ce corpus scrutin après scrutin, c’est vrai que ce modèle-là n’existe plus aujourd’hui. La société est trop atomisée, trop volatile, trop réfractaire au dogme pour s’inscrire dans une logique idéologique classique. Et c’est également vrai qu’on observe que les électeurs se comportent de plus en plus comme des stratèges et non des partisans lors des scrutins majeurs en votant dès le premier tour pour celui qui a le plus de chance de gagner et/ou d’éliminer l’option qui ne leur convient pas. Pourtant, je pense que ce serait une erreur de croire que les votes ne se structurent plus du tout selon des idées ou des représentations communes du monde. Derrière le nouveau clivage qui oppose Emmanuel Macron à Marine le Pen, il y a des représentations du monde et des sociologies très différentes. Ce n’est pas uniquement une agrégation opportuniste le temps d’une élection : il y a un électorat macroniste convaincu, optimiste face à la mondialisation, libéral économiquement comme sur le plan des mœurs et qui ne retournera ni au PS ni chez LR. En face, il y a un électorat frontiste structuré par le même souhait d’une sécurité économique, matérielle et culturelle quitte à prendre ses distances avec la démocratie libérale. Dans d’autres registres, il y a des Français qui choisiront de plus en plus leurs candidats uniquement en fonction de la question écologique et on peut penser qu’une partie de l’électorat de François Fillon était profondément convaincue par sa vision conservatrice des mœurs.  Bref les idéologies englobantes ont peut-être du plomb de l’aile, mais le vote selon des idées n’a pas disparu.


Dès lors, comment analysez-vous le résultat attribué à Marine le Pen ?


La vocation du vote Front national, aujourd’hui Rassemblement national, a toujours oscillé entre vote sanction et vote d’adhésion. Aujourd’hui encore on constate très nettement que le parti de Marine le Pen se requinque grâce à la colère des Gilets jaunes et sert donc de vecteur d’opposition à Emmanuel Macron. Mais le vote d’adhésion prend de l’ampleur. D’abord parce que Marine le Pen n’est pas son père et a en partie dé-diabolisé son parti, ensuite parce qu’une partie des Français pensent fermement que son programme est le bon, enfin parce que des populistes/nationalistes ont accédé au pouvoir aux Etats-Unis, en Italie, au Brésil et que la perspective d’une victoire est désormais possible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

05.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 19/12/2018 - 15:28
j'en crois rien
Les électeurs voteraient pour Macron car les cartes seraient les mêmes en face de Marine Le Pen , donc il serait réélu, CQFD . Qui avait prévu cette arrivée soudaine de gilets jaunes à cause d'une simple taxe ? Personne ! Donc faire des prévisions "sociologiques " est tout à fait déraisonnable ! En fait ce que veut dire l'article ,c'est que le RN ne passera jamais le plafond de verre .Il tient bon la barre pourtant, et à moins que les présidences soient choisies d'avance par on ne sait quelle instance, à moins qu'on triche dans les bureaux de vote, et que ce vote soit une mascarade, on ne peut présager de rien .
TPV
- 18/12/2018 - 19:25
Journal De Dégueulasses
La Macronie quoi!
Essen
- 18/12/2018 - 18:51
Abstention
C'est surtout le taux d'abstention et de votes blancs qu'il faudrait regarder car la désaffection des urnes va croissante et aucun politique ne se responsabilise de ce fait grave : dégoûter le peuple d'un acte que nos ancêtres ont gagné durement !
La situation est telle qu'on arrive à avoir un président élu par une minorité d'inscrits. Et on s'étonne du mécontentement global !