En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Participatif

Gilets jaunes : ce plan de sortie de crise concocté par les militants de la réappropriation citoyenne de la politique

Publié le 15 décembre 2018
Le mouvement des Gilets jaunes est le symptôme d’une crise sociale et écologique mais surtout d’une crise démocratique profonde, selon le collectif Démocratie ouverte, qui propose un scénario de sortie de crise.
Jean Massiet est le fondateur de la chaîne youtube Accropolis, qui décrypte l'actualité politique française.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Massiet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Massiet est le fondateur de la chaîne youtube Accropolis, qui décrypte l'actualité politique française.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement des Gilets jaunes est le symptôme d’une crise sociale et écologique mais surtout d’une crise démocratique profonde, selon le collectif Démocratie ouverte, qui propose un scénario de sortie de crise.

Atlantico : Face à la crise des Gilets jaunes, l’association Démocratie Ouverte, collectif d’acteurs de l’innovation démocratique en France, se mobilise pour proposer une méthode de co-construction qui permettra in fine d'adopter une réforme de la Constitution. En quoi consiste ce plan de sortie démocratique de la crise que vous proposez ?

Jean Massiet : C'est un scénario proposé collectivement aux institutions et aux Gilets jaunes. Nous sommes un collectif nommé Démocratie Ouverte qui rassemble plusieurs dizaines d'innovateurs démocratiques : des projets, des start-ups, des associations, qui travaillent sur le thème de la démocratie participative pour redonner la parole aux citoyens. Suite à la crise des Gilets jaunes et à la demande démocratique portée par ce mouvement, nous avons décidé de répondre à l'Élysée qui voulait avoir des éléments de proposition. Nous avons élaboré une idée de scénario qui permet de sortie de la crise démocratiquement. Le but est d'être une note politique, pas un communiqué de presse ou un billet, mais une note opérationnelle avec quatre étapes en six mois.

Tout d'abord une annonce par le président de la République d'un grand chantier de réforme de la démocratie. Il faut porter un choix politique très fort, qui intègre tout le pays. Le président de la République propose en janvier une réforme de la constitution et surtout l'annonce d'un processus démocratique qui va permettre cette nouvelle constitution. En même temps il nomme des garants du processus, de sa transparence. Ils peuvent être issus des institutions qui existent déjà mais aussi du débat public, du groupe de recherche sur la démocratie, de l'association Démocratie Ouverte… Il faut mettre beaucoup de monde autour de la table afin de se constituer en grands garants. Enfin, un grand événement de lancement à l'Élysée de ce processus, des événements dans les préfectures ou dans les ministères. Ce sera le démarrage de la machine.

Deux mois plus tard, l'étape suivante est la consultation des citoyens. Elle passe par trois choses : une plateforme numérique qui propose aux citoyens de penser une réforme constitutionnelle avec des amendements, des propositions, une méthodologie déjà proposée par le passé. Il faut également des réunions physiques dans les territoires avec des technologies semblables. Les corps intermédiaires doivent avoir une importance au niveau social, économique et environnemental dans l'élaboration de cette constitution.

La troisième étape consiste en la nomination d'une chambre citoyenne tirée en partie en sort. Il existe un débat autour du tirage au sort mais il est important de nommer au minimum une centaine de personnes qui seraient des Gilets jaunes, des citoyens tirés au sort - mais aussi des élus non tirés au sort des députés ou des sénateurs. Cela fonctionnerait sur le même principe qu'une chambre parlementaire qui ferait des amendements, des propositions à partir desquelles ils débattraient. L'ensemble de ces travaux serait entièrement transparent et diffusé en direct sur internet. L'Assemblée auditionnerait des experts, des constitutionnalistes, des juristes, toute personne qu'elle estimerait devoir écouter. Elle travaillerait en lien avec la plateforme numérique. Pendant que l'Assemblée travaille, les citoyens pourraient participer afin d'éviter de fonctionner en vase-clos.

La quatrième étape en juin 2019 serait un référendum organisé par le pouvoir public : "Pour ou contre cette nouvelle constitution issue de cette Assemblée et de cette plateforme ?". C'est similaire à ce que l'on a déjà vu en Tunisie après le Printemps arabe ou en Islande. C'est un scénario qui permet en 6 mois de rapprocher la population et surtout de ne pas opposer les citoyens aux institutions. On ne fait pas table-rase, on propose un processus qui associe les institutions et les Citoyens.

Dans cette logique, en quoi cela permettrait-il de réimpliquer les citoyens dans le processus démocratique ? Ne serait-ce pas considéré comme un énième gadget ?

Ce que je vais dire est paradoxal mais en même temps évident : on ne peut pas imaginer réformer la participation des citoyens sans faire participer les citoyens directement dans la réflexion de ce processus. Il n'est pas question que l'on refasse "à l'ancienne" un petit groupe de travail avec des experts qui se réunissent pendant trois mois et qui proposent un rapport. Ça n'est plus pensable, les Gilets jaunes l'ont montré, ils ont l'envie de participer et de proposer. Ils mettent en avant des initiatives citoyennes, ils proposent le vote blanc. C'est intéressant, il faut juste le mettre en débat.

Le but est de se baser sur les initiatives des citoyens. Un gadget est justement le meilleur moyen de ne pas les associer à cette idée. On l'a remarqué, lorsqu'une réunion publique ne sert à rien, les citoyens ne viennent pas. Soit l'on fait les choses avec eux dès le début soit ça n'est pas la peine de faire quoi que ce soit.

En quoi ces propositions s'inspirent-ils et se rapprochent-ils des Gilets jaunes ?

Une des premières revendications des Gilets jaunes, il y a un mois, était la création d'une Assemblée citoyenne tirée au sort. C'était évidemment mal défini mais cette volonté existait et c'est ce que l'on reprend. De plus en plus les Gilets jaunes sont en train de se diriger vers la revendication d'un référendum d'initiative citoyenne et c'est exactement ce que l'on propose.

Faire un référendum dans les six mois permettra d'associer les citoyens dans la construction du projet. L'idée n'est plus de se prononcer sur quelque chose élaboré dans un bureau mais construit par tous les citoyens. Les réunions dans les territoires dont je parlais s'intègrent également dedans. Tous les Gilets jaunes ne sont pas sur les réseaux sociaux même si le mouvement s'est entièrement bâti sur Facebook. Il faut organiser des réunions publiques sur les territoires pour que les citoyens puissent aussi aller simplement dans leur mairie. C'est semblable aux cahiers de doléance mis en place par plusieurs maires. On reprend le même principe : aller voir le maire, aller déposer ses doléances, allez proposer ses projets. Cela correspond parfaitement à la philosophie des Gilets jaunes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 16/12/2018 - 10:57
Cygne noir
Ce que cette crise, qu'aucun expert,aucun prospectiviste n'a vu venir, sorte de "Cygne noir",a fait remonter à la surface le handicap indélébile des français,génération après génération :l'incapacité d'avoir un pouvoir exécutif durable. Question de mentalité. Mais dans le monde d'aujourd'hui,cela ne pardonne pas.
vangog
- 16/12/2018 - 00:55
Il faut arrêter d’inventer des usines à gaz!
Car c’est un réflexe socialiste d’ancien-monde. Non! Le tirage au sort est une idée qui existe chez certains partis politiques, mais n’est pas reprise majoritairement par les gilets jaunes. Il faut partir de l"essentiel de leurs revendications- non de nouvelles usines à gaz à la mode socialiste. 1- moins de taxes et d’impots. L'état PS-macroniste doit donc réaliser une cure d’amaigrissement drastique. S’il ne sait pas, il démissionne, et laisse la place à un Premier ministre capable de réaliser cette purge. 2- le pouvoir d’achat: Les gaucho-Macronistes pensent salaires et allocations (la prime à l’emploi), alors que les gilets jaunes pensent dépenses. Il faut baisser drastiquement les coûts: carburant, électricité (il faut donc relancer massivement le nucléaire propre et sûr), logement qui a subi une inflation monstrueuse...3- Le RIC: la mer de toutes les réformes! 500 signatures doivent permettre un référendum communal. 5000 signatures pour un référendum départemental. 50000 signatures pour un référendum national. Les autres strates n’ont plus lieu d'être...le vote électronique doit devenir la règle. Le reste, c’est du pipotage...
Anouman
- 15/12/2018 - 19:43
Usine à gaz
Drôle d'usine à gaz qui est proposée. Une assemblée élue à la proportionnelle exacte (et au suffrage direct) , exit les comités bidons genre CES (il a peut-être changé de nom) et toute les agences gouvernementales, conseils consultatifs et parasites en tous genres, pas de président, et référendums d'initiative populaire quand ça ne suffit pas. Et inscrit dans le marbre de la constitution: la loi nationale est toujours supérieure à n'importe quelle disposition supra-nationale. Avec ça on devrait limiter les nuisances des minorités et des lobbies.








si ça ne suffit pas . Et inscription dans la constitution que la loi nationale est toujours supérieure à n'importe quelle disposition internationale. Avec ça on devrait éviter la dictature des minorités et des lobbies.