En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© LUCAS BARIOULET / AFP
Champs réservés
Le choc Gilets jaunes : comment les démocraties ont fini par s’affaiblir à force de vouloir se préserver des passions populaires
Publié le 15 décembre 2018
Les démocraties occidentales semblent incapables de répondre aux menaces actuelles (populisme, islamisme...), notamment parce qu'elles ont exclu leurs citoyens des débats de fond.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les démocraties occidentales semblent incapables de répondre aux menaces actuelles (populisme, islamisme...), notamment parce qu'elles ont exclu leurs citoyens des débats de fond.

Atlantico : Face à la montée d'adversaires des démocraties occidentales (populisme, islamisme…) celles-ci semblent incapables de répondre à cette menace, et leurs stratégies pour se défendre ces dernières années semblent même au contraire  prêter le flanc aux assauts de leurs adversaires. Est-ce que, paradoxalement, les démocraties occidentales n'ont pas fini par s'affaiblir à force de vouloir se renforcer contre leurs ennemis ?

Edouard Husson : Il faudrait être sûr que nous sommes d’accord sur les termes employés. Les démocraties occidentales ont, sauf exception, été en partie vidées de leur substance par le libéralisme. Rien d’étonnant à cela: l’un des maîtres à penser de la révolution néolibérale est Friedrich Hayek, qui dit ouvertement dans son oeuvre se méfier de la démocratie, vue comme un système qui conduit immanquablement à la demande d’un Etat-Providence donc à une perte de liberté. Il ne faut donc pas inverser les facteurs: les libéraux, depuis le début des années 1990, c’est-à-dire depuis le moment où le bloc soviétique s’est définitivement effondré, ont mis en place un système consistant à limiter la démocratie. Ils ont transféré à des systèmes de décision non démocratiques (l’Union Européenne, l’OMC, les conférences sur le climat) des thématiques et des sujets qu’ils voulaient soustraire au contrôle démocratique. Le populisme n’est qu’une réaction au néolibéralisme, une volonté de réaffirmer la démocratie dans l’environnement hostile de la solidarité des dirigeants néolibéraux de tous les pays. L’islamisme, lui, est une réaction totalitaire à la modernisation des sociétés et des populations musulmanes. 

Une des grandes faiblesses des démocraties occidentales ces dernières années semblent d'avoir souvent opté par une voie plus technocratique ou supranationale. En témoigne l'exemple récent du Pacte de Marrakech. A tellement vouloir se protéger nos démocraties n'en finissent-elles pas par exclure leurs citoyens de l'action politique, lesquels se retournent contre eux ?

L’exemple du Pacte de Marrakech est flagrant: les néolibéraux de tous les pays sentent bien que le sol se dérobe sous leurs pieds. Les peuples ne veulent pas d’une immigration non contrôlée. Vous pouvez, un temps, crier à la xénophobie et au racisme mais la formule s’épuise. Que vous reste-t-il à faire? Imaginer un texte signé par tous les gouvernements, qui affirme la supériorité d’un engagement « global » sur tout débat démocratique national. Bien entendu, il s’agit d’un texte non contraignant mais ce n’est qu’un prélude. D’autres suivront, à propos desquels on expliquera que, puisque l’immigration est un problème, et qu’il n’est pas soluble au niveau national, on doit renforcer l’arsenal supranational. L’euro repose sur un raisonnement similaire: la monnaie est un sujet trop sérieux pour être laissé entre les mains des gouvernements nationaux; alors même que la monnaie touche à ce qu’il y a de plus caractéristique d’une culture politique, on a proclamé l’indépendance des banques centrales et leur organisation dans un système supranational, qui a vocation à être régulièrement renforcé. 

Une autre des faiblesses de nos démocraties n'est-elle pas qu'elles sont fondées sur des grandes décisions qui ne peuvent être annulées, qui ne laissent pas le choix, qui n'envisagent qu'une seul voie ? Quand on pense à l'actuelle situation du Brexit par exemple, ne doit-on pas en conclure que le problème est que nos systèmes de la même façon qu'ils n'ont pas envisagé qu'une sortie de l'UE était possible, ne semblent pas en mesure de proposer des structures qui permettent une véritable alternance ?

Angela Merkel a largement utilisé le slogan « Il n’y a pas d’alternative ». Mais on peut remonter plus longtemps en arrière: l’euro a été pensé comme si les peuples ne voulaient jamais en sortir. Nous pourrions prendre chacun des grands sujets: culture, politique, économie, finance, environnement, etc....et nous découvririons à chaque fois le même phénomène: il a été affirmé à un moment qu’il n’y avait qu’une politique possible. Et cela a justifié que l’on effectue des « transferts de souveraineté », qui sont en fait des affaiblissements de la démocratie. Cela fait des décennies que la paix est assurée en Europe entre les anciens belligérants de la Seconde Guerre mondiale; mais vous remarquerez que l’on continue à utiliser cet argument (« l’Europe c’est la paix ») pour pousser un autre objectif, très différent de ce qu’avaient imaginé Schuman, Adenauer ou de Gasperi: nos modernes européistes imaginent la création d’une Europe de la démocratie limitée. Le cas du Brexit est instructif dans la mesure où l’on voit bien ce que produit le fait de se fréquenter entre dirigeants en permanence, au détriment du débat national. Alors même que la négociation était possible, Theresa May a laissé traiter le sujet par des « technos »: au lieu de d’appuyer sur le Parlement et de profiter du Brexit pour renforcer son emprise politique. 

Quelles voies s'ouvrent à nous dès lors pour sortir de cette spirale négative ?

Le mouvement des Gilets Jaunes offre une occasion de reconquête de la décision au profit de la démocratie. Après tout, Emmanuel Macron, lorsqu’il prend la décision de lâcher du lest, budgétairement parlant, le fait en ignorant la règle du déficit limité à 3% du PIB. Cette règle, comme beaucoup de celles qui gouvernent l’euro, est parfaitement conventionnelle, arbitraire même. Le chiffre des 3% avait été fixé à l’époque de la négociation de Maastricht, au doigt mouillé. Ce faisant, Emmanuel Macron ne fait qu’entamer un processus de réappropriation de la décision budgétaire par la politique nationale. Evidemment, si l’on prend au sérieux le vote du budget par le parlement national, on doit prévoir d’avoir, un jour, un retour des finances publiques à l’équilibre. Mais ce sera une décision prise dans un cadre réaliste et cohérent, celui de la nation. D’une manière générale, il faut, dans tous les domaines, retrouver la voie du débat démocratique, du contrôle par le Parlement. Tout ce qui a été retiré à la démocratie comme pouvoir de décision doit lui être rendu. Et il faut encore renforcer la démocratie: là aussi utilisons la crise des Gilets Jaunes: mais il faut aller beaucoup plus loin encore que le débat proposé par Emmanuel Macron. 
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
06.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
07.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
06.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
06.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Cervières
- 16/12/2018 - 23:14
Néos....
De la technocratie, des décisions irrévocables, illibérales, non pas non démocratiques mais carrément anti-démocratiques, Monsieur Husson parle de "néolibéralisme". Personne ne sait vraiment ce que c'est mais ça ressemble lourdement au contraire du Libéralisme de Bastiat et de bien d'autres. La Liberté est une quête très difficile, surtout quand elle doit être associée à la responsabilité et respecter la Liberté d'Autrui (le nombre de gens qui veulent vous imposer leurs opinions alors qu'à l'évidence chacun est le meilleur juge pour mener sa propre vie). Il est vrai que dans les gens qu'a fréquenté Monsieur Husson, certains se font appeler libéraux (ou le nom de leur sous-mouvement politique) alors que tous leurs choix n'ont jamais été que socialistes (socialistes de Droite certes mais socialistes, n'est-ce pas Madame Pécresse). Il faudrait peut-être à la description que vous donnez vous employiez le terme correct de néo-socialisme (là, tout devient cohérent, ordre, contrôle, irrévocabilité, tyrannie de la majorité,....).
vangog
- 16/12/2018 - 16:12
Le populisme, c’est la volonté du peuple!
RIC, assemblée divisée par deux, fin du Sénat et des grosses commissions de copains-coquins...Et c’est une démocratie beaucoup plus responsable que cette cinquième Ripoublique en décomposition, où des dépités sont élus avec à peine 9% des voix du corps électoral...
cloette
- 15/12/2018 - 19:47
les livreurs
C'est le métier d'avenir, de l'ère du nouveau monde façon Macron .