En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
Evènement

Salon 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 7 min 10 sec
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 53 min 41 sec
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 1 heure 1 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 1 heure 26 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 1 heure 35 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 11 heures 17 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 15 heures 57 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 18 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 38 min 1 sec
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 1 heure 30 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 3 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 28 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 17 heures 38 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 20 heures 41 min
© PHILIPPE BOUCHON / AFP
© PHILIPPE BOUCHON / AFP
Bonnes feuilles

Les grandes heures de la BRI sous l’autorité de Robert Broussard

Publié le 15 décembre 2018
Dans son ouvrage "BRI, histoire d’une unité d’élite" (publié chez Mareuil éditions), Danielle Thiéry donne la parole à ces hommes qui ont fait et font encore l'histoire de cette unité exceptionnelle de la PJ parisienne. Ces hommes et ces femmes risquent leurs vies pour sauver la nôtre. Extrait 1/2.
Danielle Thiéry est l’une des premières femmes de la police française à avoir accédé au grade de commissaire divisionnaire. Au cours de sa carrière, elle s’est intéressée aux mineurs en danger en passant par la police criminelle ou bien encore la lutte...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Danielle Thiéry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Danielle Thiéry est l’une des premières femmes de la police française à avoir accédé au grade de commissaire divisionnaire. Au cours de sa carrière, elle s’est intéressée aux mineurs en danger en passant par la police criminelle ou bien encore la lutte...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son ouvrage "BRI, histoire d’une unité d’élite" (publié chez Mareuil éditions), Danielle Thiéry donne la parole à ces hommes qui ont fait et font encore l'histoire de cette unité exceptionnelle de la PJ parisienne. Ces hommes et ces femmes risquent leurs vies pour sauver la nôtre. Extrait 1/2.

Inventée et installée par François Le Mouël, la BRI ne cesse de grandir et de s’affirmer. Notamment sous l’autorité de son patron le plus connu, Robert Broussard. Issu d’une famille modeste de Charente, passionné de rugby, le jeune Broussard s’est forgé le caractère à l’armée. Officier, tour à tour au Maroc et en Algérie, où les horreurs vécues le marqueront durablement, il est âgé de vingt-trois ans quand il décide de ne pas rempiler. Il se tourne vers la police où il entre par la petite porte : commis aux écritures au commissariat d’Argenteuil.

Promu officier de police adjoint, il est affecté dans une brigade territoriale où il fait le triste apprentissage des braquages à répétition. Constatations qui sonnent comme un constat d’échec avec des affaires qui ne sortent pas et des témoins qui ont peur de témoigner. Après quelques années de ce régime morose, il se trouve un jour dans la ligne de mire de François Le Mouël, venu exposer les méthodes de la toute nouvelle BRI. À la fin de son intervention, Le Mouël prend Broussard à part : « Je vais avoir besoin d’un adjoint ». Pour Broussard, c’est un choc : « Je connaissais Le Mouël. Inspecteur en BT, j’avais eu la chance d’obtenir des tuyaux et de les transmettre à la BRI qui les avait exploités. Quelques affaires en étaient sorties… mais de là à imaginer, que moi, petit inspecteur de banlieue, j’allais accéder au saint du saint, au cœur de la citadelle imprenable du 36…

Évidemment, j’étais séduit ! Rien n’était acquis pour autant. Pas question de passe-droit, il fallait que je passe le concours de commissaire et que je sorte suffisamment bien classé pour grimper là-haut… »

En homme de défi, Broussard passe le concours et sort deuxième de sa promotion. Un classement remarquable, et un passeport pour le 36 quai des Orfèvres et ses brigades prestigieuses. Après ses stages, le jeune commissaire passe un an à la Crim’. Il n’aura pas la chance de travailler avec Le Mouël, parti entre-temps à l’Office central de répression du trafic des stupéfiants. Mais le patron dont il est adjoint à la Crim’, Jean Sautereau, prend les rênes de la BRI et…  l’emmène avec lui. Malheureusement en mauvaise santé, Sautereau sera peu présent au 36, laissant le jeune Broussard se charger de la marche de la brigade. Il restera encore numéro deux avec Marcel Leclerc, pendant quatre ans, le temps de parfaire son « éducation » et de prendre la pleine mesure du service. Au départ de Leclerc, il devient chef de la BRI. Il y restera jusqu’en 1982. Dix ans de fusion, une période exceptionnelle pour lui et pour la police française.

Car, à cette époque, l’Antigang est sur tous les fronts. Dans cette « folle » décennie, elle intervient une soixantaine de fois dans des affaires diverses. Si le braquage est son fonds de commerce, ce n’est pas le seul domaine d’activité de l’Antigang. Prises d’otages dans des avions, des banques, des ambassades, enlèvements d’enfants, d’industriels ou de banquiers contre remise de rançon. Cette suractivité place la BRI sous le feu des projecteurs… et à la une de France-Soir. Citons pour mémoire l’arrestation mouvementée de la famille Zemour, une association mafieuse devenue tristement célèbre après une fusillade dans le bar Le Thélème, boulevard Saint-Germain, à Paris. On ne peut oublier non plus les arrestations de Jacques Mesrine, en septembre 1973, de Jean-Charles Willoquet, dit « le coiffeur de Nevers », en décembre 1975. Deux redditions identiquement obtenues par le commissaire Broussard. Négociées devant la porte des appartements où se tenaient retranchés les malfrats, acceptées à la condition que Broussard vienne les chercher seul, sans protection et sans arme. Des actes de bravoure qui intéressent les médias et fascinent l’opinion publique. Poussé en avant par les politiques pressés de montrer l’efficacité de la police ou intéressés par des affaires qui font opportunément diversion dans un contexte social agité, Broussard intervient pour la première fois sur un plateau de télévision. C’est le ministre de l’Intérieur, Raymond Marcellin, qui lui a demandé d’aller au « feu »… des projecteurs.

En plein week-end du 15 août 1973, il lui enjoint d’aller raconter comment il a dénoué les fils d’une prise d’otages, à Brest. Deux malfrats, un Breton et un Sicilien, s’étaient retranchés au domicile d’un couple de personnes âgées. Le mari avait été laissé dehors tandis que le tandem retenait la femme à l’intérieur de la maison. Une affaire qui a nécessité 36 heures de négociation pour Broussard et pour laquelle la France entière s’est passionnée. Broussard rechigne à se montrer à la télévision, ce n’est pas une bonne chose pour la discrétion que nécessite son travail. Mais le ministre fait le forcing avec un argument de poids : « Comprenez-moi, Broussard. Pendant qu’on parlera de votre affaire de Brest, on ne parlera plus de Lip et des montres. »

Une prise d’otages réglée en douceur, une mamie sauvée par un super-flic, voilà qui était à l’évidence plus porteur qu’une situation sociale enlisée dans un conflit à rallonge, mettant en scène des employés de l’usine d’horlogerie Lip de Besançon, qui, prêts à tout pour sauver leur emploi et leur usine, vendaient à la sauvette les montres sur le trottoir !

La première intervention télévisée du patron de l’Antigang est un franc succès. La presse se prend de passion pour cette BRI qu’elle découvre et qui obtient, enfin, des succès, contrairement à la police traditionnelle, décriée, mise à toutes les mauvaises sauces depuis que mai 68 est passé par là.

Extrait du livre de Danielle Thiéry, "BRI histoire d'une unité d'élite" (Mareuil éditions)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires