En direct
Best of
Best Of
En direct
© THIBAULD MALTERRE / AFP
Habile
Et si les nouveaux crédits accordés à l’armée étaient utilisés pour payer le mouvement Gilets Jaunes ?
Publié le 13 décembre 2018
Alors que l’armée saluait la décision du gouvernement de lui accorder de nouveaux crédits, cet argent ne pourrait ne jamais lui profiter.
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l’armée saluait la décision du gouvernement de lui accorder de nouveaux crédits, cet argent ne pourrait ne jamais lui profiter.

Et pour cause, la ministre des Armées a affirmé, à l’antenne d’Europe 1, qu’une partie du budget de l’armée pourrait être utilisé pour financer les mesures annoncées par Emmanuel Macron.

« Tous les ministres sont solidaires au sein d’un gouvernement, nous déciderons de la manière dont ces mesures ont vocation à être financées. Je n’exclus rien, et évidemment je suis parfaitement solidaire des décisions que le gouvernement prendra ». 

Au micro d’Europe 1, Florence Parly, ministre des Armées, n’a pas exclu de participer à l’effort de guerre qui sera demandé afin de financer les récentes mesures annoncées par Emmanuel Macron pour contenter les Gilets Jaunes. Le gouvernement pourrait puiser dans le budget consacré à l’armée qui vient tout juste d’être voté.

Un budget qui devra représenter 2% du PIC en 2025

Augmentation du SMIC (ou plutôt de la prime d’activité), baisse des taxes, suppression de la taxe carburant,… les mesures annoncées par le Président de la République pour doper le pouvoir d’achat des français risquent de coûter cher. Alors, pour les finances, le gouvernement aurait recours à un jeu de vases communiquant, en mode "je prends ici pour remettre là.

La loi de programmation militaire 2019-2025 établie par les sénateurs Cédric Perrin et Hélène Conway-Mouret prévoit une augmentation du budget des Armées de 1,7 milliard d’euros par an jusqu’en 2022, puis de 3 milliards à partir de 2023, l’objectif étant de porter les dépenses militaires à 2% du PIB d’ici 2025.

Seulement, alors qu’elle a tout juste été votée, elle pourrait déjà souffrir d’un sérieux coup de rabot alors que les deniers ne sont toujours pas arrivés dans les poches de l’armée. 

Pour rappel, l’armée est déficitaire sur ses derniers exercices malgré une activité intense. L’armée devra, par exemple, recourir à plus de réservistes et de contractuels pour son service santé. De même, le coût des opération extérieures a explosé ces dernières années. 

Le projet de loi de finances 2019 prévoit un budget de 35,9 milliards d’euros pour la Défense, en hausse de 1,7 milliard par rapport à 2018, avec notamment une provision de 850 millions d’euros pour les opérations extérieures. Une progression saluée par l’armée, lasse de jouer les variables d’ajustement budgétaire.

 

Cet article est paru sur le site Entreprise.news.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Brexit : à J-9, les 4 scénarios impossibles. A croire que le chaos annoncé profite à beaucoup de monde
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Carl Van Eduine
- 14/12/2018 - 07:53
Histoire d'un vol annoncé
Avant les gilets jaunes, l'armée savait que les promesses de "Je suis votre chef" ne seraient pas tenues et que l'argent promis ne viendrait que peu ou pas. Mensonges à l'armée, mensonge aux des maires : deux exemples de fracture sociale par cynisme. Rajoutez l'alignement sur une politique monétaire qui nous étouffe, le refus d'affronter autrement que par la lutte anti-terroriste la nécessaire lutte globale contre l'hydre islamiste _ dont le terrorisme n'est un sous-produit, l'entrisme communautariste en étant un autre _, la faiblesse de la lutte anti-corruption, l'absence d'un projet crédible et fédérateur, l'alignement sur une Allemagne exportatrice de marchandises et "importatrice d'immigrés" _ wir schaffen das _ , l'aveuglement envers une Europe dont le pouvoir non élu brise l'indépendance élue des nations : le gilet jaune cache le budget exsangue qui cache l'inanité de notre politique. Macron n'est pas responsable de tout, mais responsable d'avoir choisi le stupide "toujours plus de la même chose" pour nous sauver. Et en même temps l'armée assure la guerre européenne en Afrique contre le djihad et la police en France. En même temps et en récompense, on lui coupe les vivres
AZKA
- 13/12/2018 - 18:29
Effort de guerre donc piquer dans la Défense
Attention à la cohérence de l'article et au sens premier du mot "Effort de guerre "