En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Mise au vert

De Fessenheim aux éoliennes, ces gaspillages massifs dont l’Etat se rend responsable

Publié le 11 décembre 2018
Une question reste sans réponse : qui va payer la facture de la fermeture de Fessenheim ; et, question subsidiaire : qui paiera les prochaines fermetures ?
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une question reste sans réponse : qui va payer la facture de la fermeture de Fessenheim ; et, question subsidiaire : qui paiera les prochaines fermetures ?

On chiffre généralement le coût de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim,  prématurée et injustifiée techniquement, à 4 milliards d’Euro. Compte -t-on là-dedans les souffrances des salariés et de l’ensemble de la cité ? On peut en douter, mais retenons néanmoins cet ordre de grandeur . Ce chiffre de 4 milliards on le retrouve aussi dans les hausses de taxes, sur la baisse de l’ISF…c’est devenu une unité de compte.

« Où passe notre argent, celui de nos impôts », scandent les manifestants tous les jours, et l’on jette de l’huile sur le feu en travestissant la réalité car on oublie  systématiquement le coût d’une politique énergétique absurde et décidée depuis une dizaine d’années sous la pression de militants antinucléaires se disant écologistes. 

Moi je regarde le secteur de l’énergie, car depuis le Grenelle de l’Environnement nous payons très cher une politique suicidaire et comme l’Etat est impécunieux, il est allé chercher l’argent d’abord chez les producteurs d’électricité (EDF et ENGIE avec des ventes d’actifs) puis chez les consommateurs d’électricité (15% de CSP+15% de TVA) )  et enfin chez les automobilistes (la TIPP devenue la TICPE 60% des pleins de carburants) . 
Fermer pour des raisons idéologiques des installations (parmi les 58 réacteurs nucléaires) qui marchent et qui sont amorties est stupide et supposerait que nous soyons riches , très riches et que nous ayons envie de gaspiller l’argent des français. Certains irresponsables ont commencé par Fessenheim et veulent continuer les prochaines années , il me semble que les Français s’expriment en disant qu’ils ne veulent plus payer… on ne peut que les approuver. Si les centrales nucléaires, après carénage, sont aptes à poursuivre leur fonctionnement, il est scandaleux de vouloir les arrêter en oubliant de dire que les consommateurs vont devoir payer le double ou le triple leur électricité, accepter des ruptures de courant, et des augmentations des dépenses de carburants. 

Ensuite on a orienté le pays vers les énergies renouvelables en déclarant «  le soleil et le vent nous donnent de l’énergie gratuite ». Où est la gratuité ? Les énergies renouvelables nous coûtent 8 milliards d’Euro par an, en attendant beaucoup plus si les éoliennes en mer voient le jour !  Et ce sont désormais les automobilistes qui paient l’addition en plus de toutes les autres. On peut décider d’une politique , encore faut-il avoir le courage de la présenter au peuple. Qui sait aujourd’hui en faisant son plein d’essence qu’il paie les éoliennes réalisées  avec du matériel importé ?  

Enfin on entend depuis des semaines que la complémentarité de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables est désormais assurée ! Et ainsi on oublie la nécessité de l’énergie thermique (les affreux fossiles) pour assurer les pics de production rendus nécessaires par le caractère intermittent du climat, du soleil et du vent . De qui se moque-t-on ? La France est-elle assez riche au point de pouvoir faire fonctionner en flexibilité une énergie bâtie comme une base ! N’importe quel élève de sciences physiques sait que ce qui est dit là est absurde, non pas techniquement mais économiquement . Les réacteurs nucléaires sont faits pour fonctionner en base, en continu, au maximum de leurs possibilités, c’est ainsi que l’on peut les rentabiliser et assurer leur longévité. Je pense, à cet égard, avoir eu de bons professeurs, ce sont ceux qui ont construit notre potentiel électrique. Découvrir aujourd’hui pour satisfaire des démagogues voulant plaire aux anti nucléaires que l’on va « flexibiliser » le fonctionnement des centrales nucléaires jusqu’à 80% et ceci deux fois par jour est dément , l’électricité nucléaire sera ainsi plus chère et les centrales se fragiliseront. Pourquoi dit-on cette énormité ? Pour faire passer une augmentation des éoliennes et autres jusqu’à 40% de la production ! La production à base de vent est intermittente, mais comme il n’y a pas de stockage elle est prioritaire sur le réseau et on juge que la complémentarité est thermique, gaz ou charbon, comme nous l’ont montré les allemands. En diminuant le nucléaire et en augmentant le renouvelable intermittent, on demande au flexible évident de prendre le relais des « pics » de consommation, c’est-à-dire aux  énergies fossiles. Diminuer le nucléaire revient donc à augmenter les fossiles et donc les émissions de CO2, le carbone considéré comme un crime contre le climat. 

Il faut savoir ce que l’on veut 

Si le climat est prioritaire , les centrales nucléaires doivent toutes être conservées  et produire au maximum de leurs possibilités. Il ne faut pas mettre sur le réseau trop d’énergies intermittentes pour ne pas entamer la rentabilité de ces réacteurs. La situation actuelle est largement suffisante, arrêtons le programme de multiplication des éoliennes ! En ce qui concerne le solaire l’utilisation des toits peut être un bon moyen d’équilibrer le réseau, mais les fermes solaires conduisent aux mêmes problèmes que les éoliennes. Hydraulique et méthanisation sont pilotables et ne sont donc pas en cause . Et, bien  sur  comme on l’a vu les hivers derniers, le maintien du thermique à 5000 MW installé est une nécessité , inutile de faire de la démagogie sur les centrales charbon qui sont 1% du fonctionnement et qui , en plus , sont en train de se transformer en mix biomasse-charbon. Tout autre solution est techniquement stupide et économiquement mortifère. Dites le aux gilets jaunes ! 

Si l’on regarde le problème de la pollution des villes , il faut, soit limiter la concentration urbaine , soit réaliser des programmes de mobilité alternatifs, cela n’a rien à voir avec la production électrique.

Si l’on veut réduire la note des consommateurs et des contribuables il faut arrêter le programme dit de concurrence conduisant les producteurs à vendre leur production à leurs concurrents, EDF affronte 70 concurrents en France ! De qui se moque-t-on ? Des Français bien sur  qui n’arrêtent pas de recevoir des offres alléchantes de compagnies qui leur promettent des tarifs exceptionnels et une électricité » verte » et « propre » sur le dos d’EDF et donc du contribuable et sur leur dos de consommateur. 

Oui , il est clair pour  l’énergie que  l’idéologie antinucléaire (dite écologiste) et l’idéologie libérale (la concurrence dans un monopole naturel) envoient le pays dans le mur et les Français dans la rue , ayons pour une fois le courage d’affronter cette réalité .     

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Twitter banni de l'Assemblée?

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/12/2018 - 01:10
Ces écolo -regressifs sont des fours-furieux!
Comme les collabos de l’immigration, ils seront jugés par les résistants, à la libération, pour crime contre la Nation.
2bout
- 11/12/2018 - 20:08
Au bout du bout
Décarboner l’économie est une impérieuse et urgente nécessité. Mais la seule chose qui est certaine, c’est que ce que nous sommes en train de faire en France au système électrique ne peut en aucun cas se revendiquer de ce domaine d’action, ni même d’une quelconque analyse rationnelle des risques. Cette dernière commanderait plutôt d’arrêter demain matin de mettre le moindre euro supplémentaire dans l’éolien et le solaire, qui en France vont déjà nous couter près de 100 milliards « pour rien » [...].
Ce qui doit recueillir notre financement, et d’urgence, c’est la rénovation du bâtiment, la modification des systèmes de transport, la baisse et la décarbonation des flux de transformation de matière (ce que l’on appelle « industrie » en général), la modification des systèmes agricoles, ou encore la création d’un enseignement et de règles économiques adaptés au monde en contraction que nous allons avoir, et non au monde infini dont nous rêvons encore. Il n’y a pas vraiment le luxe de perdre notre temps et notre argent dans des illusions !
https://jancovici.com/transition-energetique/renouvelables/100-renouvelable-pour-pas-plus-cher-fastoche/
2bout
- 11/12/2018 - 20:04
Plus d’emplois ?
Dernier avantage parfois évoqué dans cette histoire : développer l’emploi. Malheureusement, le bilan net de l’affaire est l’exact inverse de ce qu’il nous faudrait : le développement de l’éolien et du solaire en détruit !
La raison est toute simple : pour produire un MWh de nucléaire (un MWh = 1000 kWh), il faut importer environ 2 euros d’uranium. Avec du solaire ou de l’éolien, il faut importer environ 20 à 30 euros de composants par MWh (l’amortissement dans la durée des composants importés – le module pour le solaire, la nacelle pour l’éolien – coute environ 20 à 30 euros par MWh produit par ces moyens). En passant du nucléaire à l’éolien ou au solaire, on augmente donc les importations à consommation constante, et ce faisant on diminue le PIB, et donc, toutes choses égales par ailleurs, l’emploi.
C’est un peu comme à l’époque de l’essor de la grande distribution, où ses promoteurs faisaient remarquer que dans leurs magasins on créait de l’emploi : dans les hypers, c’était certain. En bilan net dans la distribution, c’était l’exact inverse !