En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Jacquerie moderne

Mouvement des Gilets jaunes : comment en est-on arrivé là ?

Publié le 09 décembre 2018
La crise actuelle illustre de façon presque caricaturale cette fameuse cassure entre les élites et la population dont tout le monde parle depuis plusieurs années mais que personne n’a vraiment analysée.
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise actuelle illustre de façon presque caricaturale cette fameuse cassure entre les élites et la population dont tout le monde parle depuis plusieurs années mais que personne n’a vraiment analysée.

Comment expliquer qu’un pays riche et démocratique comme la France se trouve face à ce qui pourrait bien devenir l’une des pires crises de l’après-guerre froide, une crise qui n’est pas sans évoquer les anciennes jacqueries, et qui illustre de façon presque caricaturale cette fameuse cassure entre les élites et la population dont tout le monde parle depuis plusieurs années mais que personne n’a vraiment analysée ?

Un paradoxe saute pourtant aux yeux : jamais nous n’avons eu autant de sondages, d’études d’opinion, d’universitaires en tout genre pour scruter la société française dans le moindre détail, mais jamais l’effet de surprise n’a été aussi patent.Un tel décalage interpelle, d’autant que cette situation s’est déjà produite pour un autre événement : les attentats islamistes. Bien sûr, les gilets jaunes et les attentats islamistes sont deux événements d’une nature radicalement différente. Mais la manière dont ils ont (ou pas) été anticipés trouve son origine dans le même aveuglement idéologique.Car comment expliquer autrement, sinon par l’idéologie, cette absence d’anticipation, ce refus d’écouter les lanceurs d’alerte, ceux-là mêmes qui, tels des Cassandre modernes, ont annoncé les crises sans être jamais pris au sérieux, quand ils n’ont pas été purement et simplement méprisés et ostracisés ?

Il va sans dire que le phénomène des gilets jaunes a des causes multiples. Les facteurs conjoncturels sont très importants. On peut notamment citer : un président dont le socle électoral est fragile (24% des voix pour Emmanuel Macron au premier tour) ; un gouvernement composé de novices ou de laissés-pour-compte du PS et de l’UMP ; une Assemblée nationale quasi-transparente ; un style présidentiel qui oscille entre grandiloquence et proximité, entre préciosité et jeunisme ; une communication régulièrement parsemée de saillies désobligeantes à l’égard des gens ordinaires (les « Gaulois réfractaires »).

Il reste que les causes de la crise sont plus profondes. Elles doivent être recherchées dans deux types de facteurs. Le premier concerne les traumatismes liés aux attentats islamistes de 2015-2016. Ces attentats, les pires subis sur le territoire métropolitain depuis bien longtemps, ont tendance à être éclipsés, mais il ne fait aucun doute qu’ils ont eu des effets psychologiques considérables, créant un sentiment d’insécurité auquel les gouvernements n’ont pas vraiment répondu faute d’avoir engagé une réflexion sérieuse sur les causes qui les ont produits. En dehors des dispositifs sécuritaires, quelles mesures ont été adoptées pour traiter le problème à la racine ? Quelles leçons ont été tirées ? La lutte contre la radicalisation est-elle prise au sérieux ? Le malaise est d’autant plus vif que tout ceci intervient dans un contexte d’insécurité culturelle liée à l’immigration et à la crise des banlieues, deux problèmes face auxquels les pouvoirs publics semblent passifs ou accommodants. Telle est d’ailleurs la raison pour laquelle les appels du gouvernement en faveur du respect de l’ordre et de la loi risquent d’être inaudibles puisqu’une partie des manifestants accusent justement les autorités d’être incapables de remplir leurs missions basiques, que ce soit pour le contrôle des frontières, l’expulsion des clandestins,la lutte contre les incivilités et la criminalité, l’éradication de la menace islamiste.

Le second élément concerne les transformations de la société française sous l’effet de la globalisation et de l’européanisation, deux processus qui ont conduit à concentrer les richesses et les activités dans les grandes métropoles. Une nouvelle alliance de classes en a résulté, qui repose sur un contrat tacite entre les élites cosmopolites et les populations migrantes. Ayant des intérêts et des valeurs en commun, notamment un goût prononcé pour le consumérisme et un rejet des appartenances nationales, ces deux mondes se retrouvent pour faire de la figure du nomade la référence cardinale de la société, ce quine les empêche pas de pratiquer au quotidien un séparatisme strict, tant sur le plan territorial que sur le plan culturel.Pour l’opinion publique, cette alliance se donne à voir à travers plusieurs signes troublants comme l’affaire Benalla, la lamentable photo d’Emmanuel Macron à la Martinique (le fameux doigt d’honneur) ou encore les photos du garde du corps présidentiel en compagnie de Jawad Bendaoud, le logeur de Daech.

Cette transformation socioéconomique s’est accompagnée d’une recomposition de l’espace public de la discussion. Les débats sont aujourd’hui phagocytés par une série d’acteurs (médiatiques, artistiques, associatifs) dont les intérêts et les valeurs coïncident avec la vision des élites. Financé ou soutenu par les pouvoirs publics, ce petit monde délimite le cadre de la discussion, balise le champ de l’acceptable et de l’inacceptable, prononce les anathèmes et les excommunications.Le monde universitaire, loin de résister à cette évolution, y contribue fortement. Les sciences sociales sont entrées dans une crise inédite à force d’avoir effacé la frontière entre la connaissance et l’engagement. Sous couvert de scientificité, les recherches actuelles servent surtout à légitimer les tabous et les dogmes contemporains. Les militants et les chercheurs sont souvent les mêmes personnes. Leurs centres d’intérêt se polarisent sur la théorie du genre et la question postcoloniale. Se disant progressistes, ils restent pourtant indifférents au sort des femmes ou des juifs dans les banlieues. Un nouvel obscurantisme fait son apparition, qui se manifeste par une fascination pour l’islam, un recours obsédant aux catégories raciales,des grilles d’analyse exclusivement victimaires, et un néo-créationnisme à peine masqué concernant la théorie du genre.

De ce fait, les débats qui préoccupent désormais les milieux politico-médiatiques et les campus se concentrent sur des thèmes comme l’écologie, le sexisme ou les discriminations, autant de sujets qui sont remarquablement absents des revendications des gilets jaunes. De leur côté, ces derniers ont bien compris qu’ils étaient les perdants de la mondialisation. Ils éprouvent un sentiment de déclin généralisé ; ils voient que, progressivement, les choses vont de moins en moins bien, que les commerces ferment, que les services publics se délabrent, que les routes sont de moins en moins entretenues, tandis que, dans le même temps, le gouvernement semble passif à l’égard de l’évasion fiscale. La dégradation relative de leur situation est d’autant plus douloureuse qu’elle est ignorée par la statistique publique, laquelle évalue mal l’évolution de l’inflation et du pouvoir d’achat.

Mais leur défaite se situe aussi sur le terrain symbolique. Les gilets jaunes voient bien qu’ils ne sont plus au cœur de la société, de son récit, de son imaginaire. La valorisation des femmes et des minorités visibles s’est accompagnée d’une dévalorisation symétrique des hommes et de « Français de souche », catégorie certes floue mais dont tout le monde comprend ce qu’elle veut dire, surtout lorsque ses détracteurs entendent en dénoncer la surreprésentation dans les médias et la classe politique.Les nouveaux clercs brandissent volontiers le besoin de reconnaissance pour les minorités, mais ils refusent d’admettre que ce besoin est aussi réclamé par les « mâles blancs », selon la formule d’Emmanuel Macron.Le sort des gilets jaunes n’intéressent plus personne, si bien que plus personne ne les connaît. Bourdieu disait naguère que les sondages posent des questions qui n’intéressent que les élites. Sur ce point, il n’avait pas tort : avant la crise des gilets jaunes, combien de sondages ont été réalisés sur le prix du diesel ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
gilets jaunes, crise, fracture
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

05.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

06.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

07.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 09/12/2018 - 18:04
Écrémer le superflu
Déjà diminuer le nombre d’elus rémunérés semble impératif et conforme au programme de l’arrogant-jeunot
Curieusement cela semble avoir disparu des radars bien-pensants.
Plafonner le montant des retraites semblerait de bonne gestion car ce que le quidam ignore c’est le nombre et le montant des multi-retraités zélus,zelites ou pas ,
Regardez l’autre gonze et ses multi-salaires franco japono ......
Les gilets jaunes triompheront :je l’ai lu !!!

Loupdessteppes
- 09/12/2018 - 17:53
Démocratie non représentative
Les principales raisons ne sont pas évoquées ou si peu : pourquoi les votations directes sont elles si rares en France ? Pourquoi les fausses élites ont peur des réactions populaires ? Pourquoi la France porte le flambeau des taxations directes et indirectes ? Pourquoi noyer tout cela dans les élucubration sociologiques et des discours économiques douteux ? La fracture est bien là et aucun politique ne s'aventure actuellement à avancer vers sa résolution . Beaucoup se réclament du Grand Charles, mais aucun ne reprend ses idées... Courage, fuyons et surtout parlons-en...
lilasbleu
- 09/12/2018 - 14:42
bonnne gestion
lors des baisses de subvention aux collectivités locales et suppression progressive la taxe d'habitation, ma ville a baissé les aides aux associations en charges des femmes maltraitées!!! jamais le "pognon de dingue " mis dans le foot n'est diminué , le foot doit se prendre en charge, ils ont suffisamment de fric pour y consacrer une partie
Jamais les députés et sénateurs ne baisseront leur nombre: ceci aurait du être fait par referendum des l'élection de Macron et ce serait réglé. Il est impératif de prendre l'habitude de faire des referendums: on ne peut confier pour 5 ans à des incapables ( élus de tout poil des 30 années passées)la gestion de sujets aussi importants que la sécurité, l'immigration et la gestion du "pognon de dingue" . Il n'y a pas de contrôles, de garde fous , impunité totale des mauvais gestionnaires. Les budgets des grands travaux doublent sans contrôle. Quand on va à l'étranger, lors de visites de monuments ou autres réalisations, il est couramment expliqué que les travaux sont arrêtés puisque le budget est consommé ..inimaginable chez nous : on dépense et ensuite on taxe pour combler ces dépenses imprévues, incontrôlées