En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

02.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Les dirigeants les plus polluants

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 55 min 35 sec
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 1 heure 11 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 1 heure 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 2 heures 12 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 20 heures 28 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 21 heures 43 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 11 sec
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 1 heure 52 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 2 heures 36 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 4 heures 28 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 19 heures 49 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 21 heures 27 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 1 jour 21 min
© John MACDOUGALL / AFP
© John MACDOUGALL / AFP
De Mutti en Töchter

Et la moins mauvaise nouvelle semaine pour Emmanuel Macron est...

Publié le 08 décembre 2018
Après 18 années passées à la tête de la CDU, Angela Merkel cède son siège à Annegret Kramp-Karranbauer, sa protégée, qui a battu de 35 voix son concurrent Friedrich Merz, qui était soutenu par l'emblématique Wolfgang Schauble.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après 18 années passées à la tête de la CDU, Angela Merkel cède son siège à Annegret Kramp-Karranbauer, sa protégée, qui a battu de 35 voix son concurrent Friedrich Merz, qui était soutenu par l'emblématique Wolfgang Schauble.

Atlantico : Après 18 années passées à la tête de la CDU, Angela Merkel cède son siège à Annegret Kramp-Karranbauer, sa protégée, qui a battu de 35 voix son concurrent Friedrich Merz, qui était soutenu par l'emblématique Wolfgang Schauble. Comment analyser ce vote du point de vue de la politique intérieure allemande ? Quels sont les changements à attendre, notamment pour Angela Merkel elle-même ? 

Edouard Husson : Le vote a été très serré. Au premier tour, Annegret Kramp-Karrenbauer (A2K), obtient 45% des voix, Friedrich Merz 39% et Jens Spahn 16%. Première contestation, le rapport entre la droite et le centre, au premier tour, est 55/45. A2K souhaite gouverner avec les Verts et les Libéraux tandis que Friedrich Merz et Jens Spahn ont surtout été préoccupés de reprendre des voix à l’AfD. Au deuxième tour, environ 90 voix de Spahn se reportent sur Friedrich Merz contre une soixantaine pour A2K. A cela deux explications, complémentaires: la première, c’est que le parti a voté, finalement, pour la personne jugée être le meilleur futur candidat à la Chancellerie; la seconde: A2K est plus conservatrice sur les sujets de société que l’actuelle chancelière et pouvait donc rallier à elle un nombre de voix conservatrices non négligeables. 
En ce qui concerne la politique allemande, ce n’est pas une nouvelle complètement réjouissante parce que cela signifie que la CDU ne s’est pas fixé comme priorité de faire reculer l’AfD. Nous allons devoir vivre encore un moment avec les ambiguïtés de cette droite dure allemande, véritable Janus, dont un profil regarde vers le conservatisme et l’autre vers le néo-nazisme. 

Quant à Angela Merkel, certains disent que c’est sa dernière victoire. Je suis sceptique: il n’y aura pas de place pour les deux femmes d’ici quelque temps, pour une raison assez simple: les autres partis ne s’allieront pas avec la CDU tant que Merkel sera chancelière. Par ailleurs, je propose que l’on tourne vraiment la page: cela n’a plus d’intérêt de parler d’Angela Merkel; elle n’aura plus d’influence. On dira juste, si l’on veut  être indulgent, qu’elle a réussi sa sortie. 

En quoi ce vote place Annegret Kramp-Karranbauer dans une position de future chancelière, et donc, potentiellement, de dirigeant le plus influent d'Europe ? Quelles en sont les conséquences au niveau européen ? 

Tant que la CDU et la CSU resteront la force politique la plus importante aux élections, elles fourniront le chancelier. Il est donc très probable que la nouvelle présidente de la CDU sera rapidement chancelière, à la tête d’une coalition avec les Verts et les Libéraux. Ensuite, il faut bien voir que le prochain chancelier ne pourra pas se comporter comme Madame Merkel, qui s’attribuait tous les profits des actions de ses partenaires. Il lui faudra gouverner de manière collégiale. Ce sera une bonne école pour une Europe où le leadership de Madame Merkel est de plus en plus contesté. En Europe aussi, A2K va devoir composer avec des partenaires moins dociles, qu’il s’agisse des pays d’Europe centrale, de l’Italie ou même de la France. 

Du point de vue Français, comment envisager la suite des négociations entre Allemagne et France sur la base de l'agenda de réformes souhaité par Emmanuel Macron ? 

Là aussi une page se tourne. Il est significatif que Madame Merkel s’en aille au moment où Emmanuel Macron se trouve confronté au dilemme: changer de politique ou être réduit à l’impuissance. Il faut donc comprendre que pour la classe politique allemande, la mauvaise conscience vis-à-vis d’un Emmanuel Macron qu’Angela Merkel aurait laissé devant la porte sans le faire entrer, c’est fini. Dans un premier temps, les dirigeants allemands vont s’apitoyer sur une France décidément irréformable. Mais il n’est pas à exclure que, dans un second temps, le mouvement des Gilets Jaunes ait des répercussions sur une Allemagne où les emplois précaires sont nombreux, les inégalités croissantes et un enfant sur cinq grandit dans une famille qui vit en dessous du seuil de pauvreté. 

Plus généralement, il faut bien comprendre que l’Allemagne est entrée, depuis septembre 2017, en crise politique. Il est probable que la Grande Coalition éclatera, ce qui favorisera l’arrivée d’une Coalition dite jamaïcaine (noire-jaune-verte); or cette dernière va devoir inventer une nouvelle façon de gouverner après l’absence de débat qu’avait imposé Madame Merkel. Tout conduit chacun des pays européens à se concentrer sur la résolution de ses problèmes intérieurs. Or ce n’est pas compatible avec l’approfondissement de la zone euro - ni même la survie de cette monnaie. Il se peut donc que la France et l’Allemagne aient, un jour moins éloigné que ce qu’on pourrait penser, à négocier ensemble la fin de la monnaie unique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
del1968
- 08/12/2018 - 19:56
retour au 19e siècle ?
"un enfant sur cinq grandit dans une famille qui vit en dessous du seuil de pauvreté" ... c'est le retour au 19e siècle. A quoi nos dirigeants (européens) pensent-ils ? Quelle valeur accordent-ils à l'être humain ? A leurs concitoyens ? Pour qui et quoi travaillent-ils ?
Gré
- 08/12/2018 - 16:39
A2K ?
Je me suis posé la question en voyant ce sigle bizarre : Pourquoi A2K et pas AKK ? Et puis j'ai rigolé en me disant que l'auteur de l'article avait peut-être eu peur de relents scatophiles. Dans ce cas, c'est raté. Pour le coup, ça fait penser à quelque chose à laquelle on n'aurait pas pensé ...