En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© John MACDOUGALL / AFP
De Mutti en Töchter
Et la moins mauvaise nouvelle semaine pour Emmanuel Macron est...
Publié le 08 décembre 2018
Après 18 années passées à la tête de la CDU, Angela Merkel cède son siège à Annegret Kramp-Karranbauer, sa protégée, qui a battu de 35 voix son concurrent Friedrich Merz, qui était soutenu par l'emblématique Wolfgang Schauble.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après 18 années passées à la tête de la CDU, Angela Merkel cède son siège à Annegret Kramp-Karranbauer, sa protégée, qui a battu de 35 voix son concurrent Friedrich Merz, qui était soutenu par l'emblématique Wolfgang Schauble.

Atlantico : Après 18 années passées à la tête de la CDU, Angela Merkel cède son siège à Annegret Kramp-Karranbauer, sa protégée, qui a battu de 35 voix son concurrent Friedrich Merz, qui était soutenu par l'emblématique Wolfgang Schauble. Comment analyser ce vote du point de vue de la politique intérieure allemande ? Quels sont les changements à attendre, notamment pour Angela Merkel elle-même ? 

Edouard Husson : Le vote a été très serré. Au premier tour, Annegret Kramp-Karrenbauer (A2K), obtient 45% des voix, Friedrich Merz 39% et Jens Spahn 16%. Première contestation, le rapport entre la droite et le centre, au premier tour, est 55/45. A2K souhaite gouverner avec les Verts et les Libéraux tandis que Friedrich Merz et Jens Spahn ont surtout été préoccupés de reprendre des voix à l’AfD. Au deuxième tour, environ 90 voix de Spahn se reportent sur Friedrich Merz contre une soixantaine pour A2K. A cela deux explications, complémentaires: la première, c’est que le parti a voté, finalement, pour la personne jugée être le meilleur futur candidat à la Chancellerie; la seconde: A2K est plus conservatrice sur les sujets de société que l’actuelle chancelière et pouvait donc rallier à elle un nombre de voix conservatrices non négligeables. 
En ce qui concerne la politique allemande, ce n’est pas une nouvelle complètement réjouissante parce que cela signifie que la CDU ne s’est pas fixé comme priorité de faire reculer l’AfD. Nous allons devoir vivre encore un moment avec les ambiguïtés de cette droite dure allemande, véritable Janus, dont un profil regarde vers le conservatisme et l’autre vers le néo-nazisme. 

Quant à Angela Merkel, certains disent que c’est sa dernière victoire. Je suis sceptique: il n’y aura pas de place pour les deux femmes d’ici quelque temps, pour une raison assez simple: les autres partis ne s’allieront pas avec la CDU tant que Merkel sera chancelière. Par ailleurs, je propose que l’on tourne vraiment la page: cela n’a plus d’intérêt de parler d’Angela Merkel; elle n’aura plus d’influence. On dira juste, si l’on veut  être indulgent, qu’elle a réussi sa sortie. 

En quoi ce vote place Annegret Kramp-Karranbauer dans une position de future chancelière, et donc, potentiellement, de dirigeant le plus influent d'Europe ? Quelles en sont les conséquences au niveau européen ? 

Tant que la CDU et la CSU resteront la force politique la plus importante aux élections, elles fourniront le chancelier. Il est donc très probable que la nouvelle présidente de la CDU sera rapidement chancelière, à la tête d’une coalition avec les Verts et les Libéraux. Ensuite, il faut bien voir que le prochain chancelier ne pourra pas se comporter comme Madame Merkel, qui s’attribuait tous les profits des actions de ses partenaires. Il lui faudra gouverner de manière collégiale. Ce sera une bonne école pour une Europe où le leadership de Madame Merkel est de plus en plus contesté. En Europe aussi, A2K va devoir composer avec des partenaires moins dociles, qu’il s’agisse des pays d’Europe centrale, de l’Italie ou même de la France. 

Du point de vue Français, comment envisager la suite des négociations entre Allemagne et France sur la base de l'agenda de réformes souhaité par Emmanuel Macron ? 

Là aussi une page se tourne. Il est significatif que Madame Merkel s’en aille au moment où Emmanuel Macron se trouve confronté au dilemme: changer de politique ou être réduit à l’impuissance. Il faut donc comprendre que pour la classe politique allemande, la mauvaise conscience vis-à-vis d’un Emmanuel Macron qu’Angela Merkel aurait laissé devant la porte sans le faire entrer, c’est fini. Dans un premier temps, les dirigeants allemands vont s’apitoyer sur une France décidément irréformable. Mais il n’est pas à exclure que, dans un second temps, le mouvement des Gilets Jaunes ait des répercussions sur une Allemagne où les emplois précaires sont nombreux, les inégalités croissantes et un enfant sur cinq grandit dans une famille qui vit en dessous du seuil de pauvreté. 

Plus généralement, il faut bien comprendre que l’Allemagne est entrée, depuis septembre 2017, en crise politique. Il est probable que la Grande Coalition éclatera, ce qui favorisera l’arrivée d’une Coalition dite jamaïcaine (noire-jaune-verte); or cette dernière va devoir inventer une nouvelle façon de gouverner après l’absence de débat qu’avait imposé Madame Merkel. Tout conduit chacun des pays européens à se concentrer sur la résolution de ses problèmes intérieurs. Or ce n’est pas compatible avec l’approfondissement de la zone euro - ni même la survie de cette monnaie. Il se peut donc que la France et l’Allemagne aient, un jour moins éloigné que ce qu’on pourrait penser, à négocier ensemble la fin de la monnaie unique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
02.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
03.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
04.
La guerre du pétrole n’aura pas lieu. Mais avec Donald Trump qui veut asphyxier l’Iran, on joue avec le feu
05.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
06.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
07.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
del1968
- 08/12/2018 - 19:56
retour au 19e siècle ?
"un enfant sur cinq grandit dans une famille qui vit en dessous du seuil de pauvreté" ... c'est le retour au 19e siècle. A quoi nos dirigeants (européens) pensent-ils ? Quelle valeur accordent-ils à l'être humain ? A leurs concitoyens ? Pour qui et quoi travaillent-ils ?
Gré
- 08/12/2018 - 16:39
A2K ?
Je me suis posé la question en voyant ce sigle bizarre : Pourquoi A2K et pas AKK ? Et puis j'ai rigolé en me disant que l'auteur de l'article avait peut-être eu peur de relents scatophiles. Dans ce cas, c'est raté. Pour le coup, ça fait penser à quelque chose à laquelle on n'aurait pas pensé ...