En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 15 min 13 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 1 heure 9 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 1 heure 47 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 6 heures 26 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 8 heures 48 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 9 heures 26 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 48 min 14 sec
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 1 heure 33 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 4 heures 47 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 7 heures 24 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 8 heures 2 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 9 heures 28 min
Chronique d'une défaite

Sarkozy, le « petit Français de sang mêlé », qui jusqu’au bout a voulu croire à un miracle

Publié le 12 mai 2012
Nicolas Sarkozy quitte l’Élysée : un revers cinglant pour cet « animal politique » habitué à vaincre, mis au tapis par un « président normal »… C’est ce dernier combat, sans doute le plus acharné, que retracent au jour le jour Arnaud Leparmentier et Stéphane Grand, qui ont suivi la campagne du président, de réunions en meetings. Extraits de "Nicolas Sarkozy : les coulisses d'une défaite" (1/2).
Arnaud Leparmentier et Stéphane Grand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Leparmentier est journaliste au Monde, attaché à l’Élysée. Stéphane Grand, journaliste au service politique d’Europe 1, a suivi la campagne présidentielle du président candidat. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy quitte l’Élysée : un revers cinglant pour cet « animal politique » habitué à vaincre, mis au tapis par un « président normal »… C’est ce dernier combat, sans doute le plus acharné, que retracent au jour le jour Arnaud Leparmentier et Stéphane Grand, qui ont suivi la campagne du président, de réunions en meetings. Extraits de "Nicolas Sarkozy : les coulisses d'une défaite" (1/2).

Nicolas Sarkozy aura été le président d’un seul mandat. Comme Valéry Giscard d’Estaing, renvoyé par les Français le 10 mai 1981. Jusqu’au bout, le candidat UMP a voulu croire à un miracle. Seul. Les sondeurs et les commentateurs, tant de fois vilipendés, avaient bien discerné le rejet des Français. Dimanche 6 mai, à 20 heures, ce qui se susurrait sur la toile est confirmé sur les écrans de télévision : le socialiste François Hollande est élu président de la République. Après avoir fait la course en tête pendant des mois, il recueille 51,9 % des voix. À cinquante-sept ans, Nicolas Sarkozy quitte l’Élysée avec 48,1 %[1] des suffrages exprimés. Dès la fin de l'après-midi, Nicolas Sarkozy a convoqué sa plume, Henri Guaino, pour préparer le discours reconnaissant sa défaite. L'UMP, pressée de tourner la page, se lance dans la bataille des législatives.

Ainsi se scelle la défaite de celui qui prétendait incarner la majorité silencieuse. Un échec, au risque du déshonneur. Nicolas Sarkozy n’a cessé d’aller à droite, sans cesse plus à droite, pour siphonner les voix du Front national. Il a cru pouvoir réitérer sa tactique de 2007, celle qui l’avait conduit à radicaliser son discours, sur les conseils de Patrick Buisson, en inventant le ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale. La manœuvre avait permis de mettre François Bayrou hors jeu et de renvoyer Ségolène Royal à la posture traditionnelle de la gauche.

N’écoutant que son conseiller issu de la droite maurrassienne, Nicolas Sarkozy a donc viré à droite en février, voyant que son discours de janvier sur la compétitivité et l’Allemagne restait sans effet. Il a décidé de devenir le « candidat du peuple », contre « l’entre-soi des élites ». Tout fut bon, à celui qui s’était vu accuser d’être le président des riches, pour récupérer le vote populaire, au risque du populisme. Il a proposé d’user du référendum pour contourner les corps intermédiaires, à commencer par les syndicats. Il a proposé de diviser par deux l’immigration légale, sans expliquer comment. Pour flatter la France du « non », il a menacé de rétablir unilatéralement les frontières et de suspendre les accords de Schengen.

Dès le soir du 22 avril, c’est l’échec. Un double échec. Nicolas Sarkozy n’a pas réussi à virer en tête au premier tour – Giscard y était parvenu. Surtout, Marine Le Pen a réussi à battre le record de son père en 2002.

Alors, il s’est enferré. Au lieu de recentrer son discours en vue du second tour, celui qui se présentait en 2007 comme un « petit Français de sang mêlé » s’est avancé sans cesse plus loin sur les terres de l’extrême droite. Au point d’emprunter à Marine Le Pen le concept de présomption de légitime défense pour les policiers – autrement dit un « droit de tirer », dans le langage plus clair de Claude Guéant, ministre de l’Intérieur. Au point d’afficher dans son clip de campagne, réalisé à la va-vite par son conseiller Patrick Buisson, un panneau de douane en arabe et en français. Et puis, il a inventé la fête du « vrai travail », récupération antisyndicale qui a vite suscité un malaise. Il s’est d’ailleurs ravisé, reniant cette expression. Ses proches se sont affligés, constatant qu’il n’entendait plus rien, n’écoutait plus personne, devenait plus véhément au fil de ses discours transformés en diatribes. Le léger sursaut républicain des derniers discours initié par Henri Guaino, la plume néogaulliste du candidat, n’a pas suffi.

Pour le centre, les bornes étaient franchies : François Bayrou a appelé à voter Hollande. Un entre-deux-tours où tout est permis ne permet pas d’inverser une tendance. Jacques Chirac n’y était pas mieux parvenu en 1988, distancé par François Mitterrand, chantre de la France unie : la libération des otages du Liban, l’assaut sanglant de la grotte d’Ouvéa en Nouvelle-Calédonie, rien n’y avait fait.

Le débat avec François Hollande, où Nicolas Sarkozy est apparu agressif, n’a pas permis de miracle. Le président suscitait des superstitions, tant on l’annonçait fort dans le duel. Mais il est apparu démuni. Le candidat socialiste a pu débiter à quinze reprises, sans être interrompu : « Moi, président de la République…» Une anaphore qui lui a permis de faire, en creux, le procès de la pratique du pouvoir de Nicolas Sarkozy.

Car c’est aussi sur son style et sa stature présidentielle que ce dernier a échoué. La soirée au Fouquet’s au soir de son élection, la tentative de nomination de son fils Jean à la tête du quartier d’affaires de La Défense, ses écarts de conduite – du « casse-toi pauv’ con », proféré au Salon de l’agriculture, au téléphone portable pianoté lors d’une audience avec le pape Benoît XVI – ont abîmé l’image sacralisée que les Français, malgré tout, se font du chef de l’État.


[1] Estimation de l'institut Ipsos à 20 heures.

______________________

Extrait de Nicolas Sarkozy : les coulisses d'une défaite, L'archipel ( 9 mai 2012 )

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Aiglemalin
- 13/05/2012 - 12:41
Article assez médiocre
Les auteurs se contentent de ressasser un certain nombre de poncifs sous lesquels pointe le même anti-sarkozisme primaire que celui qui prévaut depuis avant 2007.
Etant donné que Sarko a perdu, toutes les explications peuvent sembler pertinentes, mais c'est loin d'être le cas.
Ce travail d'étude et d'explication devra être fait par de vrais analystes, des historiens dignes de ce nom. Pas par des journalistes qui fonctionnent comme des girouettes.
Camille L
- 13/05/2012 - 11:39
Analyse très légère...
... dans laquelle, comme souvent, un journaliste semble se fixer une directionnalité narrative presque romanesque aux dépens d'un traitement rigoureux des faits ; c'est ici manifeste sur au moins trois points :

1/ pour critiquable qu'il soit, le rapprochement opéré par Sarkozy vers les électeurs du FN pendant l'entre deux-tours ne peut être vu comme une erreur stratégique. Rappelons qu'au cours de ces deux semaines, il a remonté dans les intentions de vote de façon spectaculaire (de 42% pour finir à 48,3 %). Le fait que ça n'ait pas suffi ne discrédite pas la tactique en tant que telle.

2/ à 48,3 %, un candidat est à moins de 2 % de la victoire. Qualifier une telle défaite de "cinglante", relève plus de la (mauvaise) poésie que du journalisme. D'autre part c'est faire fi de la conjoncture économique européenne et des conséquences qu'elle électorales observées partout ailleurs.

3/ Si déclarer Sarkozy perdant du débat est un point de vue défendable (quoique discutable), corréler la prose anaphorique de Hollande à une faiblesse de Sarkozy est tout bonnement idiot : chacun avait le droit à sa conclusion, il n'allait pas lui sauter au cou pour l'empêcher de parler.
Demos
- 13/05/2012 - 11:38
Après la Fatwa lancée sur lui
Après la Fatwa lancée sur lui dès son dépôt de candidature en 2007 et les tombereaux d'immondices et d'insultes déversées sur lui par les petits imams de la gauche et leurs séides scribouillards des médias on peut considérer que Sarkozy s'en ést très bien tiré, avec quelques 600.000 voix et des poussières en plus il aurait renvoyé Hollande dans son fief de Corrèze où il aurait eu tout son temps pour remettre de l'ordre dans les affaires du département. Sarkozy n' a pas été un Président normal: il a désacralisé la fonction dit-on . (Vieille nostalgie de l'ancienne monarchie). La fonction est-elle sacrée?
Soit, Sarkozy aura été un mauvais Président, mais je pense qu'il fut un bon Homme d'Etat.
Je souhaite que nous ne connaissions pas l'inverse