En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 2 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 3 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 4 heures 47 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 9 heures 57 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 10 heures 26 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 11 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 13 heures 44 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 15 heures 24 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 3 heures 1 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 3 heures 56 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 6 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 10 heures 12 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 10 heures 43 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 12 heures 40 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 14 heures 56 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 15 heures 27 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
(Dés)ordre public

Violence à Paris : mauvaise gestion + problème de fond = risque de dérapage incontrôlé

Publié le 03 décembre 2018
Après les scènes de violences de samedi, il n'est pas inutile de se poser la question des capacités réelles des forces de l'ordre à assurer la sécurité de tous.
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les scènes de violences de samedi, il n'est pas inutile de se poser la question des capacités réelles des forces de l'ordre à assurer la sécurité de tous.

Atlantico : Après le marasme de samedi en sommes-nous vraiment arrivés à un moment où les forces de l'ordre ne peuvent plus contenir un mouvement insurrectionnel ?

Xavier Raufer : Si elles le peuvent bien sûr, et ce qui advient depuis trois samedis est une honte. Pillages et déprédations sont le fait, d'une part des Blacks Blocks et de l'autre, des racailles de banlieue. Voyons tour à tour ce qu'il en est.
A Paris et alentours (92, 93, 94) la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP, ex-RGPP), l'outil de renseignement civil le plus ancien de France - et sur son territoire, le plus affuté.L'auteur est formel : la DRPP connaît un par unles deux ou trois cents pires anars et Black blocks et peut aisément, sur instruction, les cueillir au nid avant émeute (dans les beaux quartiers ou divers squats...) pour les isoler quelques heures ; les codes en vigueur le permettent. 
En prime, ces milieux anarchistes grouillent d'indicateurs. En Ile-de-France, la PP connaît ainsi en détails les préparatifs d'une émeute.De plus, l'Europe du renseignement existe : quand trente émeutiers allemands (les plus aguerris), belges ou italiens, partent pour Paris se joindre à la "fête", un signalement nominal est fourni. Ces alertes donnent l'immatriculation des véhicules, des itinéraire, etc. (les "indics", toujours...). Dans ce cas, un barrage filtrant règle le problème.
Ainsi, tout gouvernement français peut,sinon neutraliser une émeute - du moins, en limiter à 90% les dégâts. Exemple : avant l'élection présidentielle, les Black blocks voulaient ravager le secteur du Zénith le 17 avril 2017, lors d'une réunion du Front national. Prévenue (comme d'usage), la police agit et l'affaire avorte. Or cela, elle le peut toujours - même en décembre 2018.
Racailles : voulant pourrir la situation et salir les manifestants, les autorités ont rouvert le RER-Champs-Elysées le premier samedi de manifestation des "Gilets-Jaunes". C'est alors que les pillages ont commencé. De la banlieue nord, des bandes ontinvesti les "beaux-quartiers". Policiers et gendarmes de terrain l'affirment tous : c'est en fin de journée que les racailles surgies du RER ont pillé.Voilà la réalité.

 

Le gouvernement ne prendrait-il pas un risque à amalgamer les casseurs et les gilets pour des raisons purement politiques, étant donné le pouvoir de nuisance des ultras et casseurs observé à Paris ?

Agir ainsi est une folie politique. Le président Macron, son Premier ministre et leur cour ont négligé une règle cruciale, s'agissant de la France et du peuple français. Règle que TOUS les présidents de la Ve République ont sinonobservé avec soin : attention aux peuples régicides. Sur les quelques cent vrais Etats-nations au monde, trois ont tué leur souverain - non attentat ou accident, mais exécution délibérée : l'Angleterre, Charles Ie, janvier 1649 ; la France, Louis XVI, janvier 1793 et le Tsar, juillet 1918. Ces peuples-là subissent, courbent l'échine, acceptent tout - soudain, un jour comme un autre, renversent violemment la table. 
le Président Macron et sa cour n'ont pas réalisé à quel point la révolte approchait. Ils ont négligél'effrayant avertissement de Toqueville, dansL'ancien régime et la révolution: "Il est curieux de voir dans quelle sécurité étrange vivaient ceux qui occupaient les étages supérieurs de l'édifice social au moment même où la Révolution commençait, de les entendre, discourant entre eux sur les vertus du peuple, sa douceur, son dévouement, ses innocents plaisirs ; quand déjà 93 est sous leurs pieds : spectacle ridicule et terrible".

En définitive, jusqu'à quel point la gestion par le ministère de l'Intérieur de cet événement est-elle à mettre en cause ?


Chacun sait - d'abord les dirigeants de la police et de la gendarmerie - que M. Castaner ne connaît rien à la sécurité ni au maintien de l'ordre et que M. Nunez est le de facto ministre. Cela importe car le général en chef jouit d'un crucial pouvoir d'impulsion sur toute bataille sérieuse. Mais en l'occurrence, après les trois samedis terribles vécus par la capitale, tous les doigts accusateurs sont pointés sur le préfet de police. Manipulations obscures visant à piéger les manifestants, à les égarer et discréditer ; à faire pourir la situation, comme déjà dit plus haut. En privé, les syndicats de police sont furieux - et inquiets de l'avenir proche. A mesure que les samedis passent, ils voient se multiplier les demandes d'arrêt-maladie, dans les forces de l'ordre du terrain. 
De l'épuisement bien sûr - mais aussi un sourd dégoût, un refus de réprimer ceux d'en face - qui comme eux, sont aussi de la France d'en bas, partagent leurs frustrations et colères. Comme déjà souligné, la IVe République s'effondra suite à une grève de la police. Là encore, l'histoire existe ; la négliger est lourd de conséquence.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
von straffenberg
- 04/12/2018 - 17:19
Incapacite ou incapable
Il se dit dans les médias que notre président n'aime pas réagir rapidement comme ses prédécesseurs .Je suis très inquiet de la réaction lente du pouvoir qui; de surcroit ne propose , qu 'un moratoire . La mine déconfite de Castanier et Philippe dimanche dernier en dit long sur leurs désarrois .Que faut il faire pour que nos dirigeants comprennent qu'il faut changer radicalement de politique En finir avec l'idée que taxe et radars sont les seuls remèdes pour grossir les impôts indirects . Une augmentation du SMIC avec une révision de la fiscalité me parait obligatoire ; cela dit notre pays doit être modernisé …….A samedi croisons les doigts
TPV
- 03/12/2018 - 23:01
État d'âmes
Des forces de l'ordre. Comme les gardes françaises en 1789.
Ça ira bien...Ça ira!
liliesse
- 03/12/2018 - 20:09
décryptage
encore un bon article de Xavier Raufer.