En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 2 heures 30 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 3 heures 21 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 4 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 6 heures 38 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 9 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 9 heures 59 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 10 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 11 heures 14 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 2 heures 55 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 4 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 6 heures 23 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 6 heures 56 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 8 heures 22 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 8 heures 58 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 9 heures 55 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 11 heures 26 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Convergence

Gilets Jaunes et extrémistes baptisés "casseurs" par les médias : même combat

Publié le 02 décembre 2018
A leur réveil dimanche matin les Français peuvent lire sur l’Arc de Triomphe ces slogans taggés à la hâte lors de la prise symbolique d’un monument non moins symbolique : « Les Gilets Jaunes triompheront », « Fin de régime », « On veut un président des pauvres ». Face à l’expression d’un tel mouvement de révolte on peut se demander si, comme l’écrivait François Furet : « la Révolution française est terminée » ?
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A leur réveil dimanche matin les Français peuvent lire sur l’Arc de Triomphe ces slogans taggés à la hâte lors de la prise symbolique d’un monument non moins symbolique : « Les Gilets Jaunes triompheront », « Fin de régime », « On veut un président des pauvres ». Face à l’expression d’un tel mouvement de révolte on peut se demander si, comme l’écrivait François Furet : « la Révolution française est terminée » ?

Nul ne sait quand pourra prendre fin la contestation des Gilets Jaunes ulcérés par un pouvoir politique réformiste qui les assomme de taxes sur les carburants après que son prédécesseur socialiste les ait étranglés d’impôts en tous genres.

Il semble bien que l’on ait mésestimé cette « large audience des idées radicales » que Philippe Raynaud avait analysée dans L’extrême gauche plurielle (2006) et à laquelle s’ajoutent désormais dans un même élan les radicalisés de droite, pour dire leur aversion de ce consensus libéral incarné par le réformiste « ni-droite, ni-gauche » du Président Macron. Elle conduit aujourd’hui à une crise de légitimité du pouvoir politique, sans précédent depuis 1968.

Nous sommes face à une crise de légitimité de l’exécutif autant que du législatif. Ceux qui se désignent comme « le peuple » et s’habillent de gilets jaunes forment, avec le soutien d’environ 80% des Français, une opposition au Président de la République, à son gouvernement et à sa majorité.

Cette opposition est de nature incontrôlable par définition, puisqu’elle est directe et, pour l’instant, non représentée officiellement.

Retransmis par les médias, on entend l’indignation unanime des représentants du pouvoir, ministres, députés, sociologues et autres communicants devant les violences et les exactions.

Au légitime leitmotiv du « c’est inadmissible » et à leurs exhortations : « les Gilets Jaunes doivent se désolidariser de ces casseurs », répond la logique de cette dame en gilet jaune, interrogée par BFM, non loin de l’Arc de Triomphe : Cautionnez-vous les violences? « La révolution ne peut pas se faire sans violence, hélas! »

Dans le dénuement extrême où les conduisent à la fois la crise économique liée à la mondialisation, le chômage, la baisse du pouvoir d’achat et le recul des pouvoirs publiques, les Gilets Jaunes paraissent loin de se désolidariser de ceux que Castaner a appelé « les séditieux », « les factieux ».

En fin de journée, retransmission en direct depuis Buenos Aires, de la déclaration du Président de la République, mise en scène par BFM, montrant d’un côté de l’écran les violences et les destruction dans Paris, et de l’autre, Emmanuel Macron décrivant les débats du G7, qui conclut en opposant « la violence » de « ceux qui veulent le chaos » à « l’expression pacifique d’une colère légitime ».

Il sera aussitôt démenti par un gilet jaune venu de Bar-le-Duc, dans la Meuse, avec un groupe de copains qui s’emploient à construire sous nos yeux une barricade sur l’une des avenues menant à l’Etoile : « Attaquer les pauvres c’est de la violence aussi ».

A peine esquissée samedi dernier, la porosité entre des gilets jaunes se radicalisant et les « casseurs » est évidente ce 1er décembre.

Nous assistons à une convergence des luttes d’un genre que nul n’aurait imaginée, de mémoire de toute l’histoire des mouvements sociaux.

Une convergence des luttes entre cette radicalité venue d’une partie du mouvement des Gilets Jaunes, formés de classes moyennes et les « casseurs » non identifiés, qui pour certains signent d’un grand A entouré d’un cercle.

Une alliance de fait, soutenue par celui qui s’en rêverait l’initiateur, ce chef nouvellement intronisé d’une gauche populiste et révolutionnaire, Jean Luc Mélenchon, qui tweete fièrement dès 19H29 : « Jour historique. En France l’insurrection citoyenne fait trembler la macronie et le monde du fric ».

Gilets Jaunes radicalisés et casseurs extrêmistes semblent bien avoir convergé sous l’Arc de Triomphe, hier. Ils voulaient répondre à la double trahison d’un pouvoir politique qui refuse d’accéder à leurs demandes et d'un Etat qui les écrase d’impôts depuis trop longtemps. Ils chantaient la Marseillaise et répétaient à l’envi : « On n’en peut plus et on ira jusqu’au bout », réveillant en même temps que la culture radicale française l’idée révolutionnaire elle-même. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 03/12/2018 - 12:17
Philosophie de caniveau !
Je préfère quand même Onfray : avec lui on rigole... Là, c'est plat et collabo à donf... La France grise de peur... et de mensonges... Comme disent les bouddhistes : le Samsara on y trouve tout et rien...
edac44
- 03/12/2018 - 10:02
Un pari risqué à la Castaner, cet ex joueur pro de poker
Laisser passer les casseurs sur les "Champs" dès 08h00 du matin, avant même l'arrivée des vrais gilets jaunes, allait permettre de mettre le feu aux poudres et gazer sans distinction tous les participants, piégés dès leur arrivée par les CRS sur le Rond Point des Champs Élysées, une vraie souricière à la Castaner. Cette violence voulue et déclenché sur ordre devait permettre (en principe !...) de discréditer un mouvement dont le gouvernement ne sait définitivement plus se sortir.
Seul hic : les dégâts causés par une poignée de casseurs incontrôlables (on se demande bien pourquoi ???) allaient entériner l'incapacité définitive de ce gouvernement et son arrogant prétentieux et petit morveux de président, à sortir la France de l'ornière dans laquelle ils l'ont précipitée.
Et voilà pourquoi un jeune trou du cul de président banquier arrogant et un ex mafieux joueur de poker, ministre de l'intérieur ne peuvent conduire la France qu'au désastre
KOUTOUBIA56
- 02/12/2018 - 22:30
les gilets jaunes et les casserus
avec 30000 euros par mois Mélenchon ferait bien de fermer sa grande gueule. On ne peut pas dire que ses copains Chavez et Maduro soient des bienfaiteurs du peuple !!!!!!!!!!!!!! il ne faudrait pas que les gilets jaunes se fassent aveuglés par ce cinglé