En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 18 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 1 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 30 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 13 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 21 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 44 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 19 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 36 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 42 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 12 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 45 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 42 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 39 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 49 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 10 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 29 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 40 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Droit dans ses bottes ou à l’écoute des gilets jaunes ?

Ligne Philippe ou Ligne Bayrou : chez les sympathisants LREM, l’avantage est à...

Publié le 02 décembre 2018
Le mouvement des Gilets jaunes n'est soutenu que par un tiers des sympathisants de la République en marche, tandis que la majorité s'y oppose. Preuve du malaise de cet électorat face à la contestation sociale.
David Nguyen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement des Gilets jaunes n'est soutenu que par un tiers des sympathisants de la République en marche, tandis que la majorité s'y oppose. Preuve du malaise de cet électorat face à la contestation sociale.

Atlantico : Dans un contexte politique marqué par l'émergence du mouvement des gilets jaunes, soutenu, ou vu avec sympathie par 34% des électeurs LREM (alors que 57% de ces électeurs s'y opposent, selon un sondage Ifop du 28 novembre) comment évaluer le positionnement de cet électorat entre Edouard Philippe, incarnant l'aspect "droit dans ses bottes" du gouvernement et François Bayrou, incarnant une réponse plus sociale de la majorité ? 

David Nguyen : Il y a un malaise au sein de l’électorat LREM au sujet des Gilets Jaunes. Une majorité d’entre eux est opposée au mouvement parce qu’elle le juge trop extrême, ne se reconnait pas dans les revendications exprimées et tout simplement soutient systématiquement Emmanuel Macron. Cette partie est a priori plus proche de l'approche "droit dans ses bottes" d'Edouard Philippe. Mais, même chez ces soutiens sans faille du président, la gestion du conflit par l’exécutif crée de l’incertitude. Même s'ils peuvent, dans l'absolu, donner la priorité à la transition écologique et soutenir la taxation des carburants, ils ne voient pas l’issue du conflit et donc la perspective d’un retour à la normale. Comment poursuivre l’œuvre transformatrice du pays dans le désordre social ? A cette majorité opposée aux Gilets Jaunes mais gênée par l'attitude de l'exécutif, s'ajoute un tiers de sympathisants LREM qui comprennent ou soutiennent le mouvement. On peut penser ici qu'il s'agit d'une adhésion sur le fond, à savoir un ras-le-bol fiscal et une demande de préservation du pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires. Ce tiers pourrait théoriquement être plus proche d'une approche relativement plus "sociale". Est-ce que François Bayrou pourrait pour autant incarner un équilibre plus en phase avec le coeur des attentes de l'électorat LREM qu’Edouard Philippe ? Je n’en suis pas certain. La véritable question pour les sympathisants LREM ce n’est pas le Premier ministre, c’est Emmanuel Macron et ce qu’il va faire. Ils savent bien que si Edouard Philippe est intransigeant, c’est parce que le président l’est. L’enjeu est donc davantage une affaire de mesures concrètes pour revenir à la paix sociale, que de personnes.

Comment a pu évoluer les positions de cet électorat depuis le 1er tour de la présidentielle, toujours sur ce même clivage entre Edouard Philippe et François Bayrou ? 

Je ne pense pas qu'Edouard Philippe et François Bayrou incarnent un clivage autre que générationnel aux yeux des sympathisants LREM. Peut-être peuvent-ils y voir une différence de style, de pratique du pouvoir, mais pas de ligne. Or, sur la ligne, l'électorat LREM a certes progressivement glissé d'une composition majoritairement de centre-gauche vers le centre-droit, mais l'essentiel reste l'application du programme présidentiel, à savoir des réformes destinées à remettre la France dans la course de la mondialisation. Et s'il faut vraiment chercher un clivage Philippe/Bayrou, je pense qu'il joue en faveur du premier aux yeux des marcheurs. Le Premier ministre est perçu comme un chef du gouvernement compétent et loyal, qui applique le programme présidentiel. C'est ce qu'attend en priorité l'électorat LREM : de l'efficacité. François Bayrou stagne lui autour des 50% de bonnes opinions auprès des marcheurs depuis son départ du gouvernement en juin 2017 du fait de ses difficultés judiciaires. Le leader du Modem, s’il est probablement considéré comme un soutien indispensable pour la majorité et une voix qui porte, incarne malgré tout « l’ancien monde » tant rejeté par les LREM, celui de politiques présents dans le paysage depuis toujours, de surcroit confrontés à des affaires. 

Selon un sondage Ifop de ce mois de novembre, Edouard Philippe récolte 94% de bonnes opinions au sein de LREM, François Bayrou affiche un score de 55% auprès du même électroat. Dans quelle mesure, dans un contexte de baisse de la popularité d'Edouard Philippe, François Bayrou pourrait incarner une alternative ? 

Le cote de popularité d'Edouard Philippe ne fait que suivre celle d'Emmanuel Macron. Il connait la même chute auprès des Français depuis l’été 2018, mais également la même résilience auprès des sympathisants LREM (plus de 80% de bonnes opinions). Ce quinquennat ressemble sur ce point à celui de Nicolas Sarkozy : en période d’hyper-présidentialisation, tout se concentre sur l’Elysée, le Premier ministre ne joue plus son rôle de fusible et le changer n’apportera pas grand-chose si la ligne du gouvernement n’évolue pas. Par ailleurs, même si la ligne évoluait à l’occasion d'une éventuelle nomination de François Bayrou, Emmanuel Macron devrait gérer un Premier ministre très politique avec lequel il faudrait composer en permanence. Le leader du Modem a démontré lors des remaniements qu’il n’hésitait pas à défier le président pour défendre les intérêts de son parti. Or, les sympathisants LREM ne veulent surtout pas d’une quelconque forme de fronde au sein de gouvernement. 

Si un changement d’hommes ou de femmes ne semble donc pas fondamental, il pourrait en revanche y avoir une meilleure répartition des rôles pour sortir de la crise, comme cela avait été le cas pendant l’épisode de Notre-Dame-des-Landes. Un président qui appelle à l'apaisement en montrant une possible ouverture et un Premier ministre sur le terrain, qui dialogue sans relâche, qui ne braque pas, qui respecte l’altérité tout en étant ferme avec les plus radicaux et qui annonce peut-être en fin de processus des propositions fortes et concrètes aux Gilets Jaunes...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 02/12/2018 - 16:51
l'AN
représente-t-elle encore le pays, vu le sondage en faveur des GJ ?