En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

02.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

03.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

06.

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

07.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 10 heures 23 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 12 heures 4 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 15 heures 34 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 16 heures 13 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 18 heures 5 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 18 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 19 heures 39 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 10 heures 51 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 12 heures 32 min
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 17 heures 46 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 18 heures 14 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 19 heures 43 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Double lecture

Gilets jaunes : contestation sociale certes, mais aussi politique, pour une nouvelle démocratie

Publié le 01 décembre 2018
La lecture politique du mouvement des Gilets jaunes a été négligée ces dernières semaines. Sans doute est-elle plus dérangeante ou désarçonnante pour les commentateurs et analystes que la lecture sociale du mouvement.
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La lecture politique du mouvement des Gilets jaunes a été négligée ces dernières semaines. Sans doute est-elle plus dérangeante ou désarçonnante pour les commentateurs et analystes que la lecture sociale du mouvement.

Il existe deux lectures du mouvement des gilets jaunes : une lecture sociale et une lecture politique. La lecture sociale a déjà fait l’objet de nombreux commentaires et analyses : opposition entre une « France périphérique » et une « France d’en-haut », phénomène de déclassement social, encore mis en lumièreces derniers jours par une note de la Fondation Jean-Jaurès. Inutile d’y revenir ici. La lecture politique a été plus négligée. Sans doute est-elle plus dérangeante ou désarçonnante pour les commentateurs et analystes de l’autre lecture.

Qu’illustre exactement, d’un point de vue politique, ce mouvement des gilets jaunes ? Une opposition entre une démocratie citoyenne, directe, qui aspire à la gouvernance (voir la formation en cours d’une « assemblée citoyenne » en lieu et place, probablement du Sénat dont la disparition est réclamée), et une démocratie représentative, qui entend faire valoir sa légitimité et donc conservée ses prérogatives sorties des urnes.

Cette opposition n’est pas inédite. L’actuel mouvement s’inscrit dans la lignée et la continuité de mouvements, apparus à partir des années 1990, déjà contestataires des corps intermédiaires : syndicats et partis, comme les coordinations d’infirmières, les coordinations étudiantes, l’action des camionneurs menée par le fameux Tarzan, et bien sûr Nuit Debout.

Le mouvement des gilets est un pas de plus, plus profond à l’évidence, moins « catégoriels » en effet, plus « multi-classes », « multi-situations sociales ». Comme jadis, il interpelle la démocratie en place, conteste la représentativité élective, l’impuissance ou la non-volonté des dirigeants à résoudre les problèmes quotidiens des gens. Puisque le pouvoir ne sait pas gouverner, gouvernons à sa place, disent les manifestants. Révoquons la tête de l’Exécutif et l’Assemblée. Réactivons le référendum d’initiative populaire. Ce programme, quoi qu’on puisse en penser, est d’une grande cohérence pour ceux et celles qui ont quelques notions de démocratie directe (que les autres relisent Rousseau sans tarder).

 Lecture politique et lecture sociale du mouvement sont indissociables. La colère sociale et l’aspiration à une autre démocratie se conjuguent, avancent même de concert. Pour l’heure, répétons-le, la lecture sociale reste privilégiée, plus médiatique à l’évidence. Mais l’on aurait tort de négliger l’autre lecture. La « guerre froide », qui opposait jusqu’ici les deux démocraties, représentative et participative ou collaborative, se mue aujourd’hui en « conflit ouvert » sur tous les territoires de la nation.

Comment conjuguer ces deux façons de gouverner, la démocratie des élus ne pouvant plus espérer à présent diriger seule les affaires ? La question est d’importance. Car il est clair que l’élection (dont on peut imaginer qu’elle fera l’objet d’une abstention croissante dans les années à venir) risque ne plus être le temps fort de la vie démocratique. Il est tout aussi clair que les institutions parlementaires devront composer davantage avec des assemblées citoyennes puisqu’elles n’incarneront plus à elles seules toute la légitimité politique.

Il n’est plus, depuis le 17 novembre, de « citoyens passifs ». Tous les citoyens sont devenus « actifs ». N’est-ce pas à l’honneur de la Démocratie ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
walchp
- 02/12/2018 - 05:31
Moins de taxes
Ils veulent mois de taxes? Banco! -10% de dépenses sociales on peut deja supprimer l'impot sur le revenu!!
-40% de ces dépenses,on retrouverait le niveau d'imposition des années 60... Mais il faudra un peu plus se remuer le derrière !!!
Semaine de 42 heures et retraite à 66 ans. Qu'est ce qu'on attend ??
J'accuse
- 01/12/2018 - 22:41
Traitrise des élus
Il y a un problème majeur avec la démocratie dite représentative: lesdits représentants ne représentent pas leurs électeurs ! Et donc il n'y a pas de démocratie.
Les députés ne défendent pas les volontés des citoyens, mais se soumettent à la politique du gouvernement, à un président élu par une minorité, et de plus en plus impopulaire.
Si nos représentants nous représentaient, le gouvernement aurait sauté par son refus de baisser les taxes. Mais il est toujours là, fanfaronne, maintient envers et contre tout une politique rejetée par 4/5e des Français, et la majorité de l'Assemblée "oublie" (on devrait dire: méprise) ceux qui l'ont élue.
Pour une démocratie représentative légitime, les députés élus par le peuple ne doivent pas se soumettre à la loi d'un parti, mais à ce que demandent leurs électeurs.
Cela exige une réforme majeure de la vie politique: l'interdiction des étiquettes politiques pour les candidats aux élections. Ils seront alors les porte-parole de la volonté populaire au lieu d'être la voix de leur maître.