En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 9 heures 28 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 11 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 14 heures 54 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 16 heures 1 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 17 heures 6 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 17 heures 58 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 23 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 19 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 19 heures 26 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 10 heures 10 sec
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 11 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 15 heures 41 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 16 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 17 heures 45 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 18 heures 12 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 19 heures 27 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bonnes feuilles

L'entrée fracassante d'Emmanuel Macron sur la scène européenne

Publié le 02 décembre 2018
Luuk Van Middelaar publie "Quand l'Europe improvise : dix ans de crises politiques", aux éditions Gallimard, dans la collection Le Débat. Cet ouvrage raconte l'émergence d'une scène politique à partir de l'ovni bruxellois. Protagonistes et visions d'avenir s'y affrontent, de tragiques dilemmes s'y creusent. Extrait 2/2.
Luuk Van Middelaar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luuk Van Middelaar est professeur de fondation et de pratique de l'Union européenne et de ses institutions à l'Institut Europa de l'Université de Leiden. Luuk Van Middelaar était le rédacteur des discours et le conseiller du premier président permanent...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luuk Van Middelaar publie "Quand l'Europe improvise : dix ans de crises politiques", aux éditions Gallimard, dans la collection Le Débat. Cet ouvrage raconte l'émergence d'une scène politique à partir de l'ovni bruxellois. Protagonistes et visions d'avenir s'y affrontent, de tragiques dilemmes s'y creusent. Extrait 2/2.

Pour cette Europe qui improvise malgré elle depuis une décennie, l’élection d’Emmanuel Macron a constitué l’entrée en scène d’un nouvel acteur, d’un véritable protagoniste au moment même où le grand décor transatlantique s’écroulait. 

Avec son programme centriste et pro-européen, l’acteur Macron redessine le paysage politique français et brise la vague populiste qui a déferlé d’outre-Atlantique jusqu’au continent européen. Ses partenaires, la classe politique allemande en premier lieu, lui en sont encore reconnaissants. La presse européenne a salué le retour de la France en Europe, après la léthargie du quinquennat « hollandais ». Le jeune premier ne paraît pas homme à reculer devant les incertitudes de l’avenir. Ainsi, estime-t-on, la France va retrouver son rôle d’initiatrice et de promotrice au sein de l’Union ; elle va recourir aux nouvelles structures exécutives, bref, mener la « politique de l’événement » que la situation exige. 

Qu’en est-il au juste une bonne année plus tard ? Pour ce qui est du discours et des paroles, le nouvel acteur s’est imposé sur la scène, en particulier grâce à deux formules. Sa notion de « souveraineté européenne », lancée lors d’un discours de campagne à Berlin, donne du sens au moment. Par cette tournure, Macron revendique pour l’Europe une capacité d’action : « nous protéger et défendre nos valeurs ». La notion, qu’il décline lors de toutes ses grandes apparitions européennes, gagne peu à peu les esprits. Elle correspond, non pas aux faits, mais à une aspiration européenne actuelle. Nous avons vu comment la chancelière Merkel tient le même discours quand elle parle de la nécessité « de prendre notre destin entre nos mains ». Étant donné que face aux critiques de tous bords l’Union européenne est restée pendant longtemps bouche bée, cette revalorisation de la parole publique représente une vraie réussite. Une difficulté surgit malgré tout dès lors qu’il s’agit de traduire cette idée, cette perspective, tant sur le plan technocratique de la décision européenne que sur celui de l’expérience des citoyens. 

Un même défi plane sur l’autre slogan de Macron, celui d’ « une Europe qui protège », qu’il a repris à son compte au moment opportun. En effet, à la suite du vote en faveur du Brexit, les dirigeants européens se sont rendu compte qu’il fallait trouver un meilleur équilibre entre libertés produites par l’Union et protection qu’elle offre. L’Europe ne peut plus se contenter d’être la figure de proue de tous ceux qui apprécient l’ouverture, l’échange, les opportunités que procure un grand espace de libre circulation : entrepreneurs, étudiants, touristes, jeunes gens, polyglottes diplômés, personnes fortunées — en gros, l’électorat de Macron. Bruxelles se doit par ailleurs de servir les citoyens plus sédentaires, qui voient dans cette Europe non une opportunité, mais un « cheval de Troie de la mondialisation », une menace pour leur emploi, leur sécurité, leur quotidien — en gros, l’électorat de Le Pen et de Mélenchon. Ce n’est pas tant d’une affaire d’« élites » contre le « peuple » qu’il s’agit que d’une profonde divergence entre une moitié du peuple et l’autre. Pour éviter une révolte et regagner la confiance de majorités solides de l’opinion, reconnaît le président français, à l’instar des responsables bruxellois, il convient de recadrer l’action commune et d’ajouter à l’Europe de l’ouverture une Europe de la protection. (Macron compte quelques succès à cet égard, notamment la renégociation de la directive sur les travailleurs détachés.) 

Occuper le terrain sémantique est une chose, infléchir les politiques dans le sens souhaité en est une autre. À l’épreuve des faits, le programme européen du président se heurte à des contraintes et des résistances dont le candidat Macron ne se souciait pas. On ne conquiert pas l’Europe comme on se rend maître de Paris. Ses deux projets phares, l’euro et la défense européenne, le montrent. Pour la zone euro, Macron souhaitait un « ministre » et un « budget ». Les deux propositions, dès le stade flou de leur conception, ont rencontré une vive résistance difficile à surmonter en Allemagne et dans l’Europe du Nord.

Extrait de l'ouvrage "Quand l'Europe improvise, dix ans de crises poltiques"  de Luuk Van Middelaar, publié aux éditions Gallimard. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 02/12/2018 - 23:12
Une sacrée couche (suite)
Quant à parler de la réussite du mignon sur la scène politique européenne,il faut en tenir une sacrée couchr,ou du moins être un professionnel de la courtisannerie pour idôlatrer un personnage aussi répugnant.Dans tous les cas, mr vVan middeeaar à déjà gagné le mirifique privilège d'être un des derniers fossiles vivants de la macronie
spiritucorsu
- 02/12/2018 - 23:02
Une sacrée couche (suite)
Il faut effectivement en tenir une sacrée couche ou bien être un professionnel de la courtisannerie pour idôlatrer à ce point un personnage aussi dépourvu d'éthique..Dans tous les cas,mr Van middelaar à déjà gagné le mirifique privilège d'être un des derniers fossiles vivant de la macronie.
spiritucorsu
- 02/12/2018 - 22:56
Une sacrée couche!
On voudrait bien savoir ce que le génie élyséen a promis à mr Van middelaar pour faire à son sujet une éloge aussi dithyrambique,au moment ou la couronne et le trône du monarque vacille sous les coups de boutoir d'un peuple dont l'exaspération,la colère voire la haine n'ont d'égale que le mépris dans lequel le Madoff de la politique le tient.