En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Angoisses budgétaires
Baisse de la confiance des ménages : l’extinction successive des moteurs de la croissance met le gouvernement sous pression
Publié le 28 novembre 2018
Selon l'INSEE, la confiance des ménages aurait atteint son plus bas en France depuis février 2015, et ce, au travers d'une enquête menée entre le 31 octobre et le 19 novembre, soit essentiellement avant le mouvement des gilets jaunes.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'INSEE, la confiance des ménages aurait atteint son plus bas en France depuis février 2015, et ce, au travers d'une enquête menée entre le 31 octobre et le 19 novembre, soit essentiellement avant le mouvement des gilets jaunes.

Dans une conjoncture européenne marqué par un niveau proche du plus bas de 4 ans, comment estimer la contrainte budgétaire qui pourrait commencer à peser sur le gouvernement au cours des prochains mois ? 

Philippe Crevel: Le moral des ménages après avoir atteint un point bas en 2012 était orienté à la hausse depuis. L’élection présidentielle de 2017 s’était accompagnée d’une forte progression de l’indice de l’INSEE qui mesure la confiance des ménages sur la situation économique. Mais, depuis le début de l’année, cet indice est en baisse. La question du pouvoir d'achat et le mouvement des "gilets jaunes" ont certainement pesé sur son évolution au mois de décembre. L'indice de l'INSEE a perdu 3 points au mois de novembre et se trouve à son plus bas niveau depuis février 2015. Il est désormais nettement au-dessous de sa moyenne de longue période (100). Cette chute est un mauvais présage pour la croissance de fin d’année d’autant plus que l’indicateur sur le climat des affaires est également en berne. 

Indicateur synthétique de confiance des ménages (source INSEE)

Cette dégradation concerne tous les pans de la vie des ménages. Ainsi, ils sont moins confiants en ce qui concerne  leur situation financière future. Mauvais signe pour la consommation et les fêtes de fin d'année, la proportion de ménages estimant qu'il est opportun de faire des achats importants diminue fortement. Le solde correspondant perd 8 points et se situe au-dessous de sa moyenne de longue période pour la première fois depuis décembre 2015.

Ce pessimisme joue également sur l’épargne. En novembre, l'opinion des ménages sur leur capacité d'épargne future diminue fortement. Le solde correspondant perd 6 points et repasse au-dessous de sa moyenne de longue période. Sans surprise, la part des ménages qui considèrent que le niveau de vie futur en France va s'améliorer au cours des douze prochains mois diminue fortement. L'indicateur perd  11 points nettement restant nettement au-dessous de sa moyenne de longue période.

Dans un contexte de ralentissement de la croissance, les craintes des ménages concernant l'évolution du chômage augmentent très fortement en novembre. Le solde correspondant gagne 21 points et se situe à son plus haut niveau depuis novembre 2016. Il demeure cependant au-dessous de sa moyenne de longue période.

 Toujours en phase avec le ressenti sur le pouvoir d'achat, en novembre, les ménages estimant que les prix ont augmenté au cours des douze derniers mois sont plus nombreux que le mois précédent. En revanche, les ménages estimant que les prix vont augmenter au cours des douze prochains mois ne sont pas plus nombreux que le mois précédent : le solde correspondant est quasi stable, nettement supérieur à sa moyenne de longue période.

La baisse combinée des indices sur le climat des affaires et sur le moral des ménages présage rien de bon pour la croissance du dernier trimestre. Pour obtenir une croissance annuelle de 1,6 %, il faudrait 0,4 point au minimum or, cela n’est pas gagné. La croissance pour 2018 ne pourrait s’élever cette année qu’à 1,5 %. En outre, pour 2019, du fait du caractère très étale de l’activité cette année, les acquis de croissance seront très faibles. Il sera très difficile d’atteindre l’objectif de croissance fixé à 1,7 % l’année prochaine. Une moindre croissance signifie de moindres rentrées fiscales et un accroissement des dépenses sociales. Dans de telles conditions, la ligne rouge des 3 % de déficit a malheureusement de forts risques d’être dépassée. Des moins values fiscales peuvent survenir au niveau de la TVA du fait d’une consommation en panne. Par ailleurs, les annonces gouvernementales afin de désamorcer le conflit avec les « gilets jaunes » auront un coût qui contribueront également à la dérive des finances publiques. 

Alors que le gouvernement souhaite vouloir remplir ses obligations européennes, dans un contexte également marqué par un budget italien "retoqué" par la Commission européenne, quels sont les risques de voir la France être mise en défaut sur son propre budget ?

La Commission de Bruxelles avant de mettre en accusation la France enverra des admonestations d’usage. Cette situation accentuera le courroux des Italiens à notre égard. De plus en plus de manifestations en Italie prennent pour cible la France accusée de tous les maux. Cela ne devrait pas s’arrêter. En repassant en 2019 au-dessus de la barre des 3 %, la France risque d’être assez rapidement mis sous la procédure des déficits excessifs surtout si aucune mesure n’est prise pour modifier la trajectoire. Certes, le Gouvernement d’Edouard Philippe pourra compter sur la mansuétude pré-électorale qui sera de mise avant le mois de mai prochain.

Comment le gouvernement pourrait se sortir de cette ornière ? Quelles pourraient être les décisions à prendre ? 

La France est un pays structurellement en crise budgétaire. Les rares années d’équilibre depuis la Seconde guerre mondiale l’ont été durant les Trente Glorieuses quand Valéry Giscard d’Estaing était Ministre des Finances. De la Révolution française aux Gilets jaunes, les jacqueries fiscales sont légion dans notre pays. Pour autant, tout cela n’a pas empêché les prélèvements obligatoires d’augmenter au point de représenter en 2017 le niveau record de 43,5 % du PIB. 

La solution miracle pour sortir de l’ornière n’existe pas. Face aux corporatismes, les gouvernements privilégient les expédients. L’objectif est de remporter ou de ne pas trop la prochaine élection. In fine, la priorité est donnée à la redistribution sociale qui accapare désormais 34 % du PIB et aux niches fiscales pour masquer la hausse des prélèvements. 

La solution nécessite du temps et du courage. Le Canada, le Royaume-Uni, l’Allemagne sous Gerhard Schröder, la Nouvelle Zélande ont rénové leur gestion publique. Mais, pour la France, la refondation budgétaire et fiscale est bien plus complexe à mener car elle est un Etat hypercentralisé, la décentralisation n’étant qu’une façade permettant à l’Etat de transférer certaines charges tout en conservant le pouvoir normatif. La véritable rupture serait d’oser l’Etat fédéral. La vrai rupture serait d’assumer le régime présidentiel en dotant le parlement d’un véritable pouvoir. AUjourd’hui, le Premier Ministre est ravalé au rang de collaborateur du Président et le Parlement en chambre d’enregistrement. La véritable rupture serait de réduire le champ d’intervention des pouvoirs publics. La véritable rupture serait de fermer comme au Royaume-Uni les musées sans visiteur et les bibliothèques sans lecteur. La véritable rupture serait oser affronter les intermittent du spectacle en supprimant leur régime exorbitant du droit commun. La véritable rupture serait de supprimer un ou deux échelons territoriaux. Faut-il maintenir les départements, les intercommunalités et les communes….. Mais, évidemment, c’est plus facile à écrire qu’à faire…..

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
05.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
CasCochyme
- 30/11/2018 - 07:48
de retour ?
"France is back", disait le rigolo entré au Palais par effraction et par le choix de millions de veaux ayant veauté pour lui, alors qu'ils se débrouillent maintenant. Les indicateurs sont en berne? Quel hénaurme étonnement, comme aurait dit Flaubert...
Loupdessteppes
- 28/11/2018 - 22:18
l'INSEE : les collabos dans l'angoisse
Voilà bien l'exemple d'une institution collabo qui ne sert qu'à tromper le peuple et soutirer l'argent des contribuables... A gerber d'urgence : c'est cela le mal français...
AZKA
- 28/11/2018 - 19:21
Avant les gilets jaunes
Confiance en berne, alors maintenant il n'y plus de drapeau et le mât est enterré.