En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

03.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

05.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

ça vient d'être publié
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 2 heures 40 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 3 heures 57 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 9 heures 2 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 10 heures 21 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 20 heures 43 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 22 heures 16 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 3 heures 22 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 4 heures 16 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 7 heures 53 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 10 heures 39 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 21 heures 35 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 22 heures 53 min
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Réalisme

Quelles chances les gilets jaunes ont-ils d’obtenir une baisse du niveau d’imposition en France ?

Publié le 22 novembre 2018
Avec H16
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec H16

On pourrait ergoter, mais comme je le notais dans un précédent billet, le mouvement débuté samedi 17 novembre a effectivement permis de lancer un premier message : la taxation que les Français subissent a atteint le point haut où il commence à devenir rentable de sortir de chez soi pour rouspéter. Comme je le notais aussi, cela n’a absolument pas empêché le sommet et son gouvernement ni de cordialement mépriser le cri du cœur venu de la base, ni de continuer à la taxer.

C’est avec consternation mêlé d’une absence totale de surprise qu’on apprend ainsi que le Sénat a donc, probablement pour fêter l’entrée en jeu des Gilets Jaunes, augmenté une taxe sur les mutuelles de 40%.

C’est ainsi qu’on apprend qu’une taxe supplémentaire sera bientôt mise en place pour la collecte des poubelles (pourtant déjà couverte par les taxes locales, d’habitation et foncières, dont les modifications récentes n’ont pas fait que des heureux).

On pourra se rassurer en constatant que l’avalanche taxatoire touche aussi les Parisiens (hormis leurs élites, ne nous égarons pas) qui verront bientôt une nouvelle taxe sur les meublés touristiques. Notons au passage que malgré cette taxe, instaurée pour compenser l’hypothétique baisse de la taxe d’habitation, la Mairie s’empresse d’expliquer pourquoi elle a bien pu augmenter. L’ingénierie financière dans la Capitale (et son trou de plusieurs milliards d’euros maintenant), c’est du sérieux.

Une bonne nouvelle dans ce fatras de taxes naissantes : celle instituée sur les Netflix et autres Youtube a fini par rapporter 7 millions « pour le cinéma français ». Rappelons qu’à l’instar des taxes sur le lait qui sont payées – comme chacun sait – par la vache, les taxes sur les vidéos en ligne sont bien évidemment payées par les sociétés de distribution. Mais si. Puisqu’on vous le dit. Le Français, heureux, en redemandera sans doute.

Comme il redemandera sans doute une grosse louchée de sécurité routière ; la limitation à 80 km/h ayant déjà eu des résultats fumants, on va à présent proposer les « contrôles routiers furtifs » : puisque la signalisation des radars par des panneaux et sur les applications mobiles dédiées permettait à beaucoup d’éviter la prune, il a été judicieusement décidé de mettre fin à cette signalisation. On appréciera la raison invoquée (la lutte contre la criminalité) qui est à la sécurité routière ce que la taxe carburant est à la lutte contre la pollution ou la tournante des Cités au romantisme amoureux : un bon gros foutage de gueule des familles ; il suffira d’apprendre que, dans le cadre du projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2018, le gouvernement a choisi de réaffecter 577 millions d’euros de ces taxes « écologiques » vers le budget général pour bien le comprendre.

Devant ces derniers éléments récents, pas de doute : la prise de conscience que la bastonnade taxatoire est allée trop loin semble bien lente au gouvernement.

En revanche, elle est bien présente chez les politiciens d’opposition et chez les syndicats.

Chez les premiers, le simple fait qu’ils tentent par tous les moyens de récupérer le mouvement montre qu’ils ont nettement perçu son caractère populaire et transversal à la société française. Voir un Wauquiez ou un Mélenchon trainer leurs yeux globuleux et humides de désir populaire dans ces manifestations ne laisse pas l’ombre d’un doute sur l’ampleur du mouvement qui ne les aurait jamais intéressés s’il n’avait concerné qu’une trop faible proportion de votants…

Chez les seconds, la nature même du mouvement, indépendant de tout syndicalisme, empêchera nos amis encartés de se rattacher, même de loin, à ce genre de manifestations. Griller de la merguez achetée sur les fonds du syndicat ne pose aucun souci ; envisager de le faire pour de la merguez sauvage, non sanctionnée officiellement par un baron syndical, c’est absolument impensable et introduirait une concurrence malsaine qu’en bons anticapitalistes, ils ne supportent pas.

Bref : un gouvernement résolument sourd, des politiciens concernés parce que cupides (au moins électoralement), des syndicalistes terrorisés de voir leur terrain de jeu se dérober sous leurs pieds… La situation, quasi-inédite, est en place.

On doit à présent s’interroger sur les suites possibles sachant que le mot d’ordre (la baisse des taxes et donc, au final, la baisse de la dépense publique) est parfaitement légitime.

En effet, comme la grève de l’impôt n’est guère envisageable (et qu’elle est sévèrement punie par la loi à tel point qu’il vaut mieux tuer un policier, la clémence de la justice sera plus facile à réclamer), il n’y a plus qu’un nombre limité d’options pour aboutir à l’effet désiré.

Au-delà de l’extension du mouvement avec une démonstration de force dans Paris même, qui est d’ores est déjà envisagée, et outre les propositions que je développais ici qui reviennent à gripper les abominables tubulures multiples de nos administrations empesées dans leurs décrets, circulaires et procédures bureaucratiques ubuesques, notons celle déjà mise en place par certains Gilets Jaunes : bloquer certaines administrations.

L’idée de ces Gilets Jaunes est intéressante : eux ont bien compris que le nerf de la guerre ne résidait finalement que dans un nombre fort réduit d’institutions. Principales perceptions des impôts, caisses locales de l’URSSAF, les quelques endroits névralgiques en France où les amendes, PV et autres taxes sont collectées… On a vite fait le tour des quelques « places fortes » dont le blocage en bonne et due forme entraînerait une nervosité extrêmement grande de la part de l’élite en place (et je passe sur Bercy, forteresse symbolique).

Eh oui : à la place du blocage des routes, l’impossibilité pour certains fonctionnaires des finances, des URSSAF, de l’inspection du travail ou des douanes de faire leur travail ne provoquerait aucune espèce d’angoisse existentielle auprès d’une écrasante majorité de Français qui ne se bousculeront pas pour savoir ce qu’il est advenu de leur aimable contrôleur fiscal ou inspecteur du travail ayant déboulé dans leur commerce pour y trouver motif à redressement pharaonique.

Un blocage ciblé, en somme, dont toute la subtilité résidera dans sa durée, la plus longue possible. Après quoi le gouvernement, les mains moites, sera obligé de faire intervenir l’armée – oui, rappelez-vous, ces gens entraînés à utiliser la force et dont la solde et la motivation a été consciencieusement sabotées par Louvois.

On peut imaginer que cette armée, cette police et cette gendarmerie exécuteront sans broncher les ordres lancés d’utiliser la violence pour assurer que les impôts et les taxes continueront de rentrer même si cela ne servira effectivement pas à alimenter leurs salaires mais plutôt à perfectionner le merdier dans lequel tout le monde semble barboter avec un délice discutable.

Ou on peut aussi se rappeler que tout ce beau monde a bien du mal à gérer quelques banlieues susceptibles. Certes, on ne doutera pas que viendra bien vite de la part de nos dirigeants l’ordre de tirer à balles réelles lorsque ce seront leurs voitures qui brûleront et leurs lieux de vie qui seront visés, et non plus ceux de « la base » et ces quartiers émotifs. À partir de là, les choses seront sans doute plus claires.

On peut cependant s’attendre à un éparpillement du mouvement. Au contraire de certaines catégories de salariés ultra-protégés, cette France qui se lève tôt n’a pas les moyens de faire durer l’opération.

Manifestement, le gouvernement, parfaitement hermétique aux demandes, compte là-dessus.

Vu sur : Hashtable
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/11/2018 - 02:05
Samedi 24 Novembre, on transforme l’essai!
Après une semaine de lutte contre la dictature des taxes macronistes, les gilets jaunes ont marqué un très bel essai contre les marcheurs, englués dans leur très vieille idéologie ultra-socialiste-ultra-libérales...Samedi, à Concorde, on transforme l’essai au dessus de l'obélisque! Et si les nobles macronistes sont pas contents, on ira s’occuper de la rénovation de la salle des fêtes de l’Elysée...gratuit! Pour Marie-Antoinette Macron, ce sera cadeau...
HOBBES17
- 22/11/2018 - 21:08
la fiscalité est une cause accessoire au mouvement
des gilets jaunes ; c'est le sentiment d'être laissé au bord de la route, de subir moults problèmes ou d'être désavantagé par rapport à d'autres :
- le chômeur
- la smicard qui se défonce et vit moins bien que le travailleur au noir
- le français qui voit tous les avantages accordés au peuple de remplacement
- l'habitant de la campagne qui a un emploi peu payé, ne trouve plus de médecins et de service public à proximité et qui a un besoin vital de la voiture
- le jeune confronté au chômage, à la violence du monde du travail, à la décomposition de sa famille, au recul de l'âge de la retraite
- le citoyen (chômeur, salarié, retraité) qui voit que tous ses revenus sont connus à 100 % de l'administration fiscale alors que les entreprises capitalistes et leurs dirigeants peuvent pratiquer l'optimisation fiscale, l'évasion fiscale et la fraude fiscale.
assougoudrel
- 22/11/2018 - 11:17
Il y a deux jours, on montrait le
gros "Lard-cher" qui demandait à Macron au gouvernement d'écouter les français et dans ce bel article on apprend que le Sénat vote une augmentation de 40% sur les mutuelles alors qu'elles ont augmenté fortement depuis Sarkozy. Une seule solution, c'est que la foule en colère casse tout que les dirigeants gardent jalousement et tout ce qui leur rapporte, radars routier en premier et ensuite les foutre dehors à coups de pieds au cul, n'en déplaise à Aristide41.