En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 9 heures 27 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 11 heures 57 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 13 heures 49 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 14 heures 23 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 15 heures 9 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 16 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 18 heures 18 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 18 heures 53 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 19 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 9 heures 45 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 13 heures 20 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 14 heures 1 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 14 heures 53 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 15 heures 48 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 17 heures 42 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 18 heures 25 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 19 heures 6 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 20 heures 7 min
© Capture/ Youtube
© Capture/ Youtube
Pas si vite

Fermeture d’entre 0 et 6 centrales nucléaires : ces détails ennuyeux que semble oublier le gouvernement

Publié le 21 novembre 2018
Le gouvernement devrait annoncer fin novembre la fermeture de zéro à six réacteurs nucléaires entre 2022 et 2028. Un coût à la fois financier et écologique.
Henri Prévot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Prévot est ingénieur général des Mines. Spécialiste des questions de sécurité économique et de politique de l'énergie, il tient un site Internet consacré à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.Il est l'auteur du livre "Avec le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement devrait annoncer fin novembre la fermeture de zéro à six réacteurs nucléaires entre 2022 et 2028. Un coût à la fois financier et écologique.

Atlantico : L'hypothèse de la fermeture des réacteurs aura un coût à la fois financier et écologique. Comment fait-on pour produire de l'énergie après ça ? Par quoi remplacer ces centrales, à quel coût financier et avec quel impact écologique ?

Henri Prévot : Le coût total s’évalue en comparant ce que seront l’ensemble des dépenses de production, de stockage et de distribution dans l’hypothèse où ils sont arrêtés à ce qu’elles seraient si on ne les arrêtait pas. Or ce calcul, aucun organisme officiel ne nous en donne le résultat.

Si l’on ne veut pas augmenter les émissions de CO2, on remplacera les réacteurs par une production éolienne et solaire. Comme cette production est très fluctuante, pour être sûr de pouvoir répondre à la demande à chaque instant il faut non seulement un excédent de capacité de production mais aussi une capacité de production à partir de gaz pour les moments sans vent ni soleil. A l’aide d’une simulation, nous avons calculé cela en reprenant les coûts de production (très optimistes) proposés par RTE.

Si la consommation d’électricité n’augmente pas, avec l’arrêt d’ici 2035 de 9 ou 12 réacteurs en plus de ceux de Fessenheim, il faudra par exemple 35 gigawatts d’éoliennes et autant de photovoltaïque. Les dépenses annuelles seraient alors supérieures de 5 ou 6 milliards d’euros par an à ce qu’elles seraient sans arrêter aucun des réacteurs existants aussi longtemps qu’ils pourront fonctionner. Si la consommation d’électricité augmente la différence de dépenses serait plus importante encore.

Alors, les émissions de CO2 n’auront pas augmenté mais 14000 éoliennes encombreront et gâcheront le paysage et perturberont le voisinage, et les panneaux photovoltaïque, s’ils sont sur le sol occuperont une surface de 1000 kilomètres carré. La production des matériaux pour faire les cellules photovoltaïques ou les aimants permanents des éoliennes est très polluante (tant pis ! c’est en Chine) et alimente les conflits sur les zones de production (tant pis ! c’est en Afrique centrale). Sans oublier la consommation de cuivre et de sable pour produire le béton dont les éoliennes sont grandes consommatrices.

Ces vingt dernières années, les ingénieurs français se sont détournés du nucléaire, avec eux, les compétences pour démonter et remonter des centrales se sont perdues avec le temps. Quelle est la réalité aujourd'hui ? Peut-on réellement fermer nous-mêmes nos centrales nucléaires ?

Contrairement aux idées reçues, on dispose des savoir-faire et technologies nécessaires pour démanteler : ce n’est pas si difficile que cela techniquement. On sait décontaminer, découper (sciage, jet d’eau à haute pression, torche à plasma), on manipuler à distance. Le démantèlement du réacteur de quatrième génération Superphénix, arrêté pour des motifs qui ne sont pas techniques, se déroule normalement. Celui du réacteur de Chooz, dont la technique est la même que celle des réacteurs en fonctionnement (réacteurs à eau sous pression), qui est très avancé n’a pas soulevé de difficultés. Certes, à Brennilis, le démantèlement prend du retard, mais c’est du fait de multiples recours administratifs. Le seul motif technique pouvant retarder un démantèlement est la disponibilité de zones de stockage des déchets faiblement contaminés. A cet égard, la réglementation française, qui interdit le recyclage des matériaux dont la radioactivité est à peine supérieure à la radioactivité naturelle est excessivement restrictive.

Quant aux nouveaux réacteurs EPR, un premier réacteur, en Chine, fonctionne aujourd’hui à pleine puissance, ce qui démontre que le concept est opérationnel. Devra-t-on désormais faire appel à la main d’œuvre chinoise pour en construire en France ? C’est ce qui nous menace – à moins que ce soient des ingénieurs et du personnel russes – si l’on retarde la construction d’un second EPR. Le chantier de Flamanville démontre les dégâts causés par une césure dune vingtaine d’années. En même temps, il a permis de retrouver le savoir-faire et de remettre sur pied une organisation industrielle.

Cette annonce du gouvernement ne serait-elle pas de la communication pour rassurer les anti-nucléaires ? Peut-on parler ici d'une décision de l'ordre de la communication politique plus qu'autre chose ? 

Votre question invite à s’en poser d’abord une autre : pourquoi veut-on réduire la part du nucléaire à 50 % de la consommation française ? On se rappelle l’origine historique de cette affaire : un accord électoral avant l’élection présidentielle de 2012. Depuis, c’est devenu un mantra répété sans le début d’une justification. Si le risque nucléaire est absolument inacceptable, ce « 50% » est un objectif dérisoire. Le vrai but est de n’en point avoir du tout. Ici, je ne dirais pas qu’il est absolument impossible de produire de l’électricité sans nucléaire ni émissions de CO2. Mais il faudrait pouvoir utiliser l’électricité photovoltaïque produite l’été pour produire du méthane pour produire de l’électricité en hiver. En laboratoire, le procédé existe. Mais le rendement industriel ne peut pas être supérieur à 25 %. Il faudrait par exemple 150 gigawatts éoliennes et autant de photovoltaïque. N’étant pas acceptées sur terre, les éoliennes seraient en mer. Quelle que soit la baisse du coût du photovoltaïque, les dépenses totales seraient trois fois supérieures aux dépenses d’un système fait comme aujourd’hui de nucléaire, d’hydraulique et d’un peu de gaz.

On comprendrait donc que le pouvoir politique prenne une décision qui, avant de s’engager inexorablement vers ce fameux « 50% nucléaire », donne le temps de convaincre la population que la seule justification, aller vers zéro nucléaire, est inaccessible. Alors, on pourra voir tous les avantages du nucléaire parmi lesquels, surtout, l’autonomie énergétique et la compétitivité de notre économie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 21/11/2018 - 21:25
UN QUINQUENNAT, CELA SUFFIT ET MÊME CELA FAIT DÉJÀ BEAUCOUP!
À partir de 2022? Mais c'est la date où le peuple de France, pressuré, méprisé et honni, va chasser ce fieffé menteur qui en désindexant les pensions a renié ses engagements solennels envers les retraités et qui ne sait que taxer là où il faudrait réduire la dépense, en nous faisant croire que les taxes servent à la transition écologique ,alors qu'il en détourne la plus grande partie vers le comblement de ses déficits. Non en 2022, tout sauf Macron...
jurgio
- 21/11/2018 - 19:10
Toutes les décisons gouvernementales se résument
à faire ce qui présentement coûtera le moins cher et rapportera le plus : rameuter les écologistes, le seul électorat stable pour lui.
KOUTOUBIA56
- 21/11/2018 - 18:53
la fermeture des centrales
C'est là que l'on voit le degré de connerie vraiment immense qui pollue la tronche des écolos!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! nous sommes encadres d'une bande de tarés de première