En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

03.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

06.

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 1 min 36 sec
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 15 min 28 sec
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 33 min 32 sec
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 1 heure 14 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 11 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 12 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 14 heures 2 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 19 heures 11 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 19 heures 40 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 20 heures 26 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 6 min 34 sec
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 16 min 13 sec
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 53 min 42 sec
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 1 heure 31 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 12 heures 15 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 13 heures 11 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 15 heures 19 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 19 heures 26 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 19 heures 58 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 21 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Bottom up ?

Macron et le congrès de l’AMF : le paradoxe de cette “start-up nation” qui ne comprend pas l’agilité à laquelle sont réduit les derniers remparts de la République

Publié le 21 novembre 2018
Le fossé entre le gouvernement et les élus locaux n'est pas prêt de se résorber. Le président de la République a décidé de ne pas se rendre devant le congrès de l'Association des maires de France.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le fossé entre le gouvernement et les élus locaux n'est pas prêt de se résorber. Le président de la République a décidé de ne pas se rendre devant le congrès de l'Association des maires de France.

Atlantico : Quelle est la réalité concernant la situation des maires de France aujourd'hui et le rapport qu'entretient le gouvernement avec les élus locaux ?

Edouard Husson : Il se joue quelque chose de très profond. Il est par exemple significatif que l’impôt supprimé par le président de la République, la taxe d’habitation, concerne les ressources des communes. Comme si l’Etat central ne voulait pas toucher à sa propre fiscalité mais jugeait celle des collectivités locales potentiellement superflue. Il faut bien reconnaître que le gouvernement a mis en place quelque chose de compliqué. On supprime la taxe d’habitation pour 80% des imposés; et l’on annonce que l’Etat compensera le manque à gagner pour les municipalités. Résultat, il y a des municipalités qui en ont profité pour augmenter au passage la taxe, avant compensation. Du coup, il y a des contribuables qui se retrouvent à payer plus. Alors Bercy fait inscrire  sur le formulaire que l’augmentation n’est pas due au Ministère des Finances mais à la collectivité locale concernée. Bel exemple d’injonction paradoxale!  Si vous voulez comprendre pourquoi il y a rejet de la politique nationale, voilà une histoire exemplaire ! 
Entretemps, le Conseil Constitutionnel ayant jugé qu’il y a un risque de rupture d’égalité devant l’impôt, on annonce qu’en 2021 tout le monde sera concerné par la suppression de la taxe d’habitation etc....Ce n’est qu’un exemple d’un phénomène plus général, une véritable recentralisation des décisions, ces dix dernières années, à rebours de l’évolution naturelle qu’engendre la révolution numérique et, surtout, des souhaits des Français. La question communale est essentielle, parce que c’est l’échelon de base, auquel les Français sont le plus attachés. A l’opposé, la constitution de grandes régions, sous François Hollande, a représenté le contraire de ce qu’il faut faire. On n’en tirera aucune économie; et on aura éloigné la gouvernance locale un peu plus des Français. 

Comment évaluez-vous le danger de son positionnement qui se rapproche du "seul contre tous" ?

Emmanuel Macron n’est pas le premier à être la cible d’une désaffection rapide des Français. Ce fut le cas, aussi, de ses trois prédécesseurs, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. En fait, on observe un éloignement progressif de la pratique présidentielle telle que l’avait imaginée le Général de Gaulle. Rappelons-nous que le Général de Gaulle a quitté le pouvoir - pour un référendum perdu de justesse - après avoir proposé un renforcement de la décentralisation. C’était en 1969. Surtout, il faut se rappeler la pratique de la fonction présidentielle par de Gaulle: en 1963, on lui présente une analyse prémonitoire sur l’engorgement qui va se produire dans les universités du fait de l’accès croissant à l’enseignement supérieur. De Gaulle lit, adhère à l’analyse, transmet à son Premier ministre, Georges Pompidou. Ce dernier explique au Général que les craintes sont très exagérées: de Gaulle ne cherche pas à se mettre à la place de Pompidou, il considère que celui-ci connaît le secteur et qu’il prend ses responsabilités. Lorsque, cinq ans plus tard, le manque de lucidité de Pompidou amène la catastrophe de mai, de Gaulle reprend la barre et change de Premier ministre. De Gaulle n’avait pas besoin d’être “hyperprésident” pour exercer un pouvoir plus efficace que celui de ses successeurs. Petit à petit, à partir de Giscard, on voir l’Elysée concentrer toujours plus de “pouvoir”. Et le quinquennat, qui fragilise les présidents, a renforcé ce trait. Alors que les présidents devraient d’autant plus mettre de la distance entre eux et l’administration quotidienne des affaires qu’ils ont moins de temps devant eux ! Macron, quand il est arrivé, a cherché une inspiration un peu plus gaullienne; mais il a confondu les apparences et l’exercice concret du pouvoir par le Général. 
Derrière l'épuisement, on note une vraie agilité. Notamment quand on sait que certains maires sont souvent amenés à contourner les règles. Une attitude provoquée par  les règlementations et les contraintes financières imposées par l'Etat. Un esprit de "débrouille" qui se retrouve  notamment dans une start-up. Ne peut-on pas voir ici un paradoxe quand on sait que le président a déjà comparé la France à une "start-up nation" par le passé ?

Même Emmanuel Macron, sincère dans sa volonté de faire prendre à la France le tournant de la révolution numérique, n’a pas compris comment celle-ci fonctionne. Contrairement à ce qu’on dit habituellement, le numérique n’est pas seulement une rupture technologique. C’est le support d’une révolution de l’information. Tout d’un coup l’information est devenue surabondante et quasiment gratuite. On voit effectivement que la “France d’en bas” commence à essayer de se débrouiller, grâce à l’accès dont chaque individu peut disposer à l’information. Ceci devrait conduire à beaucoup plus de déconcentration de l’Etat, beaucoup plus de décentralisation des décisions, de dévolutions de souveraineté. A l’âge de la révolution de l’information, les regroupements de communes apparaissent soudain des processus lourdement bureaucratiques - sauf exception. Macron n’a pas compris - mais il est loin d’être le seul - qu’à l’âge de la révolution de l’information, dans ce qu’on appelle l’iconomie, la petite taille est un atout ! En fait, le pouvoir central a de moins en moins de contrôle sur un monde où l’information circule de manière instantanée et surabondante. Alors on assiste à des tentatives pathétiques de reprendre le contrôle: création des grandes régions, loi sur les fake news, suppression de la taxe d’habitation sont autant d’illustrations de la tendance du pouvoir central à chercher à reprendre le contrôle. Le paradoxe du système Macron, c’est que beaucoup de dossiers sont bloqués parce que le président veut contrôler et décider par lui-même. Il y a un véritable engorgement des dossiers, qu’on n’avait jamais connu, même sous Sarkozy, qui ne s’intéressait qu’au lancement des sujets et n’exerçait pas un contrôle systématique sur la mise en oeuvre. J’entendais l’autre jour un membre du gouvernement confédéral suisse se moquer gentiment du président français en disant qu’il y avait un paradoxe à vouloir autant de construction européenne quand on est le président le plus jacobin depuis longtemps. Effectivement, s’il y a bien une exception française en Europe, elle est dans l’hypercentralisation du pouvoir. 

Comment expliquez-vous l'incapacité du président à percevoir cette similarité ? Et finalement, à quoi renvoie cette "start-up nation" souhaitée par le président ? 

Vous ne pouvez pas être convaincu de la nécessité d’une gouvernance mondiale ni être, comme Inspecteur des Finances, obsédé par le renforcement de l’euro - cette monnaie à contresens de la révolution de l’information puisqu’on prétend avoir une seule monnaie pour une zone culturellement, politiquement, socialement très hétérogène - et comprendre l’aspiration du pays - très normale, très adaptée à l’époque - à plus d’autonomie et de pouvoir local de décision. Le pays qui s’est le premier défini comme une “start-up nation”, c’est Israël, un tout petit pays du point de vue de la population, de la superficie ! C’est un pays où l’éducation d’excellence pour tous est une réalité! En fait, si l’on veut adapter la notion à la France, il faudrait dire que nous aspirons à devenir la “nation des start-ups”. Il faut parler au pluriel! La France est trop vaste pour obéir, aujourd’hui, à une impulsion unique. Prenons la question de l’écologie, la plus mal traitée aujourd’hui. Si l’on fait confiance à l’esprit d’innovation - et notre pays, malgré toutes les erreurs commises par ses élites depuis des années, n’en manque pas - eh bien, on va disposer naturellement de centaines, de milliers d’innovations techniques et entrepreneuriales au service de l’environnement. C’est beaucoup plus efficace, à terme, que tous les sommets de la terre, pour lesquels des millions de litres de kérosène sont brûlés en vain. A quoi sert le planisme de la gouvernance mondiale quand c’est sur le terrain, par l’initiative individuelle, que l’environnement sera, à long terme, le mieux protégé? Il vaudrait mieux encourager les communes à déposer des brevets quand on y fait de l’innovation environnementale ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires