En direct
Best of
Best Of
En direct
© JOHANNES EISELE / AFP
Accords Vatican-Pékin
La Chine, ce pays où les évêques "disparaissent"
Publié le 20 novembre 2018
La disparition de l'évêque Shao Zhuming en novembre vient tempérer les espoirs de liberté religieuse des catholiques chinois qu'avait provoqué la signature d'un accord entre Pékin et le Saint Siège. Dans les faits, l'anti-catholicisme reste la doctrine du pouvoir chinois.
Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas More et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois nouvelle Asie. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dubois de Prisque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas More et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois nouvelle Asie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La disparition de l'évêque Shao Zhuming en novembre vient tempérer les espoirs de liberté religieuse des catholiques chinois qu'avait provoqué la signature d'un accord entre Pékin et le Saint Siège. Dans les faits, l'anti-catholicisme reste la doctrine du pouvoir chinois.

Atlantico : Alors que la Chine et le Vatican ont signé un accord provisoire dans  lequel le Pape François reconnaissait 7 évêques chinois illégitimes, ce qui semblait marquer la fin de la période de rupture entre les communistes chinois et l'église catholique, une nouvelle disparition d'un évêque, Mgr Shao Zhuming,, est intervenue en ce début novembre. Comment expliquer cette situation apparemment contradictoire ? 

Emmanuel Dubois de Prisque : La contradiction n’est qu’apparente. Les fonctionnaires en charge de « siniser » les religions (c’est la politique officielle du Parti depuis 2016) et l’association patriotique « catholique », une émanation du gouvernement chinois, utilisent l’accord entre le Vatican et la Chine pour faire pression sur les membres du clergé qui refusent d’intégrer les institutions officielles. C’est le pape lui-même qui vous demande de nous obéir disent-ils en substance aux « réfractaires » dont fait partie Mgr Pierre Shao Zhuming. L’association patriotique tente aussi aujourd’hui de mettre la main sur les ressources financières de l’Église « souterraine » (la partie de l’Église de Chine qui n’est pas contrôlée par Pékin) en intimidant ses membres grâce à cet accord. Il s’agit encore de marginaliser les fidèles qui refusent d’intégrer l’association patriotique. Mgr Shao a été arrêté le 9 novembre dernier quelques jours après qu’il eut célébré une messe consacrée à un membre historique de l’Église souterraine. La police a déclaré que Mgr Shao serait de retour dix ou quinze jours après son arrestation. Entre temps, le pouvoir a tout le loisir de faire pression sur lui pour le pousser à intégrer l’association patriotique et l’inciter à mettre fin au mouvement de révolte qui agite l’Église souterraine depuis l’accord entre le Vatican et le Parti communiste. 

Comment mesurer les forces anti-catholiques en Chine ? Comment anticiper leur évolution future ?

Le Parti communiste qui exerce sur la société chinoise un pouvoir total est par essence dans un rapport d’opposition radical à l’Église catholique. Les membres du Parti doivent faire profession d’athéisme et ne peuvent donc être catholiques. Alors qu’en réalité beaucoup des valeurs que prétendait incarner le Parti communiste au moment de son arrivée au pouvoir en 1949 avaient été introduites en Chine par les églises chrétiennes (c’est sous l’influence chrétienne que la cruelle pratique des pieds bandés a progressivement disparu de Chine, de même qu’a reculé l’infanticide féminin), le Parti veut considérer l’Église comme une institution obsolète ayant vocation à disparaître dans les poubelles de l’Histoire. Ou plutôt, le Parti veut recycler à son profit l’autorité spirituelle de l’Église catholique et plus généralement du christianisme dont l’influence sur les sociétés occidentales (et sur sa propre population dont une bonne part se convertit au protestantisme) l’impressionne au fond beaucoup. Le Parti est contre le christianisme comme Sacha Guitry était contre les femmes : tout contre. Constatant sa perte de légitimité, sa propre absence de puissance spirituelle - alors même que la vertu et le charisme doivent être des attributs essentiels du pouvoir en Chine -, le Parti cherche à capter à son profit l’autorité spirituelle des églises chrétiennes. De plus, dans certaines régions où le catholicisme est bien implanté, il cherche à couper à la racine les efforts d’évangélisation des églises locales en interdisant la messe et le catéchisme aux moins de dix-huit ans. Dans certaines régions, au plus fort du culte de Xi Jinping fin 2017, des membres du Parti investissaient les maisons des fidèles pour leur faire décrocher les crucifix ou les portraits de la Vierge et les remplacer par des portraits de Xi Jinping, sous le prétexte que la foi dans le Parti était plus efficace que celle en Jésus-Christ pour s’enrichir.  

Mais la soif de spiritualité des Chinois reste vive. Même si l’Église catholique peine à se développer, beaucoup de Chinois découvrent le Christ en lisant la Bible ou grâce à des groupes informels de prières. Le Parti vient donc d’interdire la vente de bibles « non autorisées », en particulier sur Internet. Pour le Parti, tout se joue et se jouera sur le plan spirituel, c’est pour cela qu’il faut prendre très au sérieux ce qu’il appelle les programmes de « rééducation » et de « transformation » de la personne qu’il développe aujourd’hui massivement contre les musulmans du Xinjiang pour y substituer la foi patriotique en la Chine à l’islam. 

Alors que les négociations entre Chine et Vatican doivent se poursuivre au cours des prochaines semaines, quels seraient les signes positifs, ou négatifs, à attendre de ces prochaines rencontres ? 

L’autorisation qui serait donnée au pape de se rendre en visite officielle en Chine serait une victoire éclatante pour le Saint-Siège. Il semble que le pape François rêve d’être le premier Souverain pontife à poser le pied dans ce pays. Il ne faut cependant pas trop l’espérer. Le Parti communiste chinois n’a aucune envie que se manifeste aux yeux du monde la ferveur de la foi chrétienne en Chine, soixante-dix ans après son arrivée au pouvoir. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires