En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 2 heures 50 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 5 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 6 heures 25 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 6 heures 56 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 7 heures 33 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 8 heures 49 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 3 heures 11 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 5 heures 9 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 5 heures 33 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 6 heures 5 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 6 heures 36 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 7 heures 42 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 9 heures 15 sec
© Reuters
© Reuters
Orientalisme

Nouvelle pique lancée depuis le Bundestag, Emmanuel Macron rêve-t-il d’être le président d’un autre peuple que les Français ?

Publié le 20 novembre 2018
Devant le Bundestag, Emmanuel Macron a défendu la vision allemande de l'Union européenne avec beaucoup de conviction. Mais pourrait-il défendre la vision française de l'Europe ?
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Devant le Bundestag, Emmanuel Macron a défendu la vision allemande de l'Union européenne avec beaucoup de conviction. Mais pourrait-il défendre la vision française de l'Europe ?

Atlantico : Lors de son discours devant le Bundestag, Emmanuel Macron a déclaré : « En France, la souveraineté résonne, en Allemagne, je sais qu'elle peut étonner ou effrayer. En Allemagne, l'Unité européenne est cardinale, l'Europe à 28, demain à 27 rassure. La France vit, en revanche, dans la nostalgie d'un club des 6 en oubliant qu'il l'effrayait déjà quand il s'est mis en place dans les années 60. Ici, les règles créent la confiance et l'adhésion. De notre côté du Rhin, elles ont souvent engendré la méfiance et trop souvent l'art du contournement" ». Comment évaluer une telle déclaration, entre le courage que pourrait y voir Emmanuel Macron, et une forme d'aveuglement du président pour ce que veulent les Français ?

Christophe Boutin : C’était dimanche. Dans le temple du Buntestag, le frère prêcheur du renforcement de l’Union européenne, le R.P. Macron, officiait, de ce ton patelin qui est devenu le sien et laisse ses auditeurs partagés entre le haut le coeur que suscite la fausseté de chaque mot et l’assoupissement devant le profond ennui en même temps distillé. C’était dimanche, mais tandis qu’en France les « Gilets jaunes » se levaient contre ses gaffes répétées, loin de battre sa coulpe, le Président n’hésitait pas à fustiger, devant leurs anciens ennemis, les citoyens de cette République française qu’il incarne sur la scène internationale. On commence à y être habitué : au Danemark Jupiter s’était plaint des « Gaulois réfractaires » ; à l’ONU il déclarait : « Je viens d’un pays qui a fait beaucoup d’erreurs, beaucoup de mauvaises choses » ; et à Berlin don voici la France en retard d’une Europe, et, pire encore, les Français trop peu respectueux des règles.

Et, certes, nos voisins d’outre Rhin respectent les règles, nul ne le nierait, même si le Prussien considère le Bavarois comme un méridional indiscipliné. Ils les ont d’ailleurs toujours respectées ces règles, et pas moins entre 1933 et 1944 qu’avant ou après. On peut s’en féliciter, mais encore faut-il comprendre que ce respect de la norme, qui est aussi respect de la hiérarchie, est lié à un esprit national, et que cette légèreté dont abusent parfois les Français n’est peut-être pas la caractéristique première de ce monde des « professor-doktor » qui semble parfois prendre un malin plaisir à ressembler aux caricatures que l’on en fait

Voilà pour les respectueux. Mais quels sont ensuite ces Français frondeurs qui se méfient des règles et les contournent ? Les caïds des zones de non-droit et leurs affidés ? Les humanitaires qui donnent des véritables cours de contournement des normes aux nouveaux arrivants, pour mieux tromper les administrations ? Non. Le baudet sur lequel il faut crier haro, « ce pelé, ce galeux » d’où vient tout le mal, c’est le Français qui ne comprend pas assez vite qu’une norme n’est plus en fait, devant l’épuisement de nos démocraties, que la volonté des puissants du moment, et ne lui laisse d’autre choix que de se soumettre sans discuter. TINA, « There Is No Alternative » est l’incantation que psalmodient les médias passés au service des « sachants », en fait pseudo-savants, bêtes à concours incapables de dépasser ces notes de lecture mal assimilées qui sont l’unique fond de leur discours.

Emmanuel Macron souhaite que les Français respectent les normes ? On peut lui proposer pour cela deux solutions somme toute assez simples. D’abord, moins réglementer, éviter les petites normes tatillonnes inutilement vexatoires qui n’ont d’autre but, on le comprend bien, que d’habituer à obéir toujours et en tout. Ensuite, qu’il veille à ce que les politiques écoutent un peu plus les Français avant de réglementer, voire – on ose à peine le lui suggérer – qu’il donne à ces derniers la possibilité de faire eux-mêmes ces textes par référendum… Il serait surpris alors de l’adhésion aux normes qu’il rencontrerait !

Quant à l’Europe, pour comprendre pourquoi elle serait « cardinale » chez nos voisins et effrayante pour nous, il suffirait de voir ce qu’en retirent actuellement les deux pays sur les plans économique et politique pour avoir des éclaircissements…

Comment comprendre les origines de cette « incompréhension » entre Emmanuel Macron et « la France » décrite ici par Emmanuel Macron ?

Christophe Boutin : Sur le rapport des Français non à « la » norme, mais en fait, nous l’avons dit, à « sa » norme, Emmanuel Macron reste, dans sa déception même, qu’il ne parvient pas à cacher, cet adolescent doué qui voudrait avant tout être aimé. Au-delà du regret intellectuel qu’il a de ne pas parvenir à les convaincre de ses visions du futur, il a surtout  le sentiment que les Français ne l’aiment pas assez pour lui faire confiance en tout, et il leur en veut. Il est vrai qu’à l’enthousiasme du début a succédé une chute dans les sondages qui ne peut être que douloureusement ressentie. Certes, elle n’aura été épargnée à aucun de ses prédécesseurs, mais Emmanuel Macron pensait sincèrement sans doute réconcilier les Français avec leurs dirigeants. Ne lui reste alors pour ne pas s’avouer son échec, comme à nombre de politiques et, en tout cas, comme à tout utopiste, qu’à critiquer ces faiblesses des autres – y compris des disciples - qui expliqueraient tout : Etienne Cabet n’agissait pas autrement en examinant les malheureux qu’il avait entraînés dans son aventure icarienne.

Sur le rapport des Français à l’Union européenne et à l’Allemagne, les choses sont tout aussi ambiguës. Emmanuel Macron ne peut ignorer la place prédominante qu’a prise l’Allemagne, économiquement bien sûr, mais aussi au-delà, politiquement. Il ne peut ignorer aussi qu’elle fait tourner les « coopérations » de ce « couple franco-allemand » qu’il défend dans ses discours à son seul avantage, arrachant ici de nouvelles attributions dans un projet commun, pénalisant là ce qui ne sert pas ses intérêts. C’est peut-être pour cela qu’il essaye de la ligoter dans une « souveraineté européenne » qui inclurait une Europe de la défense où il veut croire que les armées françaises ou l’arme nucléaire rééquilibreraient les choses. Mais les Français, s’ils veulent bien envisager des partenariats européens de défense, ne se retrouvent ni dans la disparition nécessaire de leur propre souveraineté, ni dans les inquiétudes macroniennes face aux menaces, tellement caricaturales qu’elles rappellent le ridicule clip des « eurolapins » actuellement diffusé par la l’UE.

Alors qu'Emmanuel Macron a, à plusieurs reprises, pu faire entendre sa proximité idéologique avec Jürgen Habermas et son patriotisme constitutionnel, faut-il voir dans ses propos une forme de validation de cette approche ?

Christophe Boutin : Bien sûr. Le patriotisme constitutionnel d’Habermas se situe dans une perspective post-nationale, exactement comme Emmanuel Macron, qui ne cesse de dénigrer les nationalismes fauteurs de guerre. L’adhésion à un projet – celui de l’État de droit – dépasserait dans ce cadre l’adhésion à une identité, et le lien entre citoyens naîtrait en fait d’un même partage de pratiques politiques – nécessairement démocratiques – et non d’une culture commune.

Ce que démontrent pourtant dans la pratique l’idéologie muliculturaliste et le « vivre ensemble » imposé – et imposé justement par les normes, par la Constitution, par les libertés garanties par les textes de l’État de droit, le tout relu, traduit, interprété par des juges devenus les tout-puissants gardiens du temple – c’est l’impossibilité de créer ainsi du lien. Non seulement de nouvelles solidarités n’apparaissent pas, mais c’est tout le lien social préexistant, toute une solidarité – avec sa conséquence qu’est le consentement à l’impôt – qui disparaissent peu à peu. Le seul jeu est dès lors de faire pression, par l’usage abusif des libertés octroyées, pour obtenir, comme individu, des droits à tout et à n’importe quoi, menaçant si besoin est l’équilibre de la société qui avait permis à ces mêmes libertés de naître. Une sorte de « prise au tas » où le plus rapide à se présenter comme victime gagne le gros lot.

La révolte identitaire en cours, qu’Emmanuel Macron baptise successivement dans ses discours « conservatisme », nationalisme » ou « populisme », vient de cette permanente pression juridique exercée sur des groupes pour qu’ils renoncent à perdurer dans leur être. Mais les peuples n’entendent pas être tués à coups de normes abstraites, et il n’est pas impossible, et notre Président devrait y attentif, que les Allemands, qui n’ont peut-être guère bougé jusqu’ici que parce que le nouveau système ne menaçait pas leur primauté, notamment économique, ne deviennent devant les récentes évolutions, comme ces satanés Français, de moins en moins obéissants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 21/11/2018 - 07:09
UN PEUPLE MAL AIMÉ
Au fil des petites phrases, au fil des sentences méprisantes, au fil de l'arrogance présidentielle, il y a une citation de Sacha Guitry qu'il conviendrait de rappeler à Jupiter et qu'implicitement les Français ont adoptée à son égard. En effet si le Président savait exactement ce que pensent de lui les Français dont il dit tant de mal, il en dirait bien davantage. Par ailleurs, lui qui se plaint tant du peuple français, pourquoi donc a-t-il tant fait pour en prendre la tête? Il voudrait changer ou échanger le peuple de France ? Fort bien, un nombre sans cesse plus important de Français souhaiteraient changer de Président! Il y a peut-être pour une fois moyen de s'entendre?
KOUTOUBIA56
- 20/11/2018 - 19:05
MACRON AU BUNDESTAG
Macron semble avoir oublié qu'il a adoubé les socialistes en la personne de Hollande, lesquels socialistes ont mis la France a genoux en 1981, souvenez vous 39 h payées 40// 5° semaine de congés payes hausse de 43% du Smic en 2 ans, loi Auroux doublant le nombre de syndicaliste, taxation à 20% des frais generaux des entreprises retraite a 60 ans (ok pour la generation née entre 1910 et 1930 mais surement pas après) création de l'Isf veritable machine à détruire le tissu des pme et enfin les 35 heures de Mme AUBRY qui ont été le coup de grâce. AVEZ VOUS REMIS CELA EN CAUSE MR MACRON REPONSE //NON donc fermez la
Adrien Dufourquet
- 20/11/2018 - 17:48
Etonnant.
Etonnante cette manie de toujours critiquer les Français depuis l'étranger.
Il veut vraiment que la liste EN MARCHE aux européennes s'affale à la troisième ou quatrième place?