En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Et maintenant... Le blackout

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 22 min 7 sec
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 3 heures 11 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 4 heures 56 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 6 heures 27 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 7 heures 19 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 9 heures 6 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 10 heures 54 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 58 min 37 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 2 heures 56 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 3 heures 37 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 5 heures 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 6 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 11 heures 12 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Atlantico Business

Zone euro,Taxe Gafa, Defense europeenne, Migrants, la France et l Allemagne veulent répondre à la pression populiste

Publié le 19 novembre 2018
Tout arrive : à Berlin, Emmanuel Macron obtient un renforcement de la zone Euro.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tout arrive : à Berlin, Emmanuel Macron obtient un renforcement de la zone Euro.

La réaction est plutôt paradoxale et inattendue : tout se passe comme si les courants populistes qui traversent les démocraties européennes et les institutions menacent l’Union Européenne et la monnaie unique, l’euro. Mais pendant que cet orage gronde partout, le noyau dur de la zone Euro réussit à renforcer sa cohésion.

L‘objectif non officiel mais évident est de faire évoluer l’Union européenne pour la protéger contre tous ceux qui lui prédisent l‘explosion en pensant que les choses iraient mieux si chacun restait chez soi.

Emmanuel Macron a eu beaucoup de mal à fédérer les 27 pays membres autour de cette ambition qui était au cœur de son programme électoral, mais il est évident aujourd’hui que la nécessité d’une réforme s’est imposée à tous, y compris aux Allemands.

La visite du président français à Berlin, ce dimanche, a sans doute permis là encore de mesurer l’évolution de la position de Angela Merkel. Alors, beaucoup diront que la chancelière est fragile, prête à quitter le pouvoir, il n’empêche que le sentiment de ceux qui la fréquentent est de considérer qu‘elle n’a sans doute pas encore abandonné la partie.

Du moins, pas avant d’avoir remis l‘Allemagne en position de co-leader de l’Union européenne réformée, «seul moyen, rapporte son entourage, d’échapper à la pression nationaliste qui peut resurgir en Allemagne à la première difficulté».

C’est aussi le sentiment de beaucoup de membres de la délégation qui accompagnaient Emmanuel Macron à Berlin.

Les signes du renforcement de l’Union européenne sont désormais beaucoup plus nombreux et visibles que ceux qui marquent les désaccords.

Le plus spectaculaire de ces signes de cohésion, c’est l’unanimité sans faille des 27 pays membres de l’Union dans la négociation avec la Grande Bretagne pour fixer les modalités du Brexit.

D’abord, le négociateur Michel Barnier a toujours veillé, pendant plus de deux ans, à obtenir l’avis et le soutien des pouvoirs politiques : Conseil des ministres plusieurs fois par semaine, et Conseil de chefs d’Etat et de gouvernement. Il y a eu certes des débats, mais ces débats ont toujours accouché d’une position de compromis unanime et par conséquent politiquement légitime. Si les dirigeants de la Grande-Bretagne ont toujours expliqué qu‘ils appliquaient les décisions du peuple britannique, on n’a jamais pu faire le procès à Bruxelles, que Michel Barnier négociait sans mandat politique.

Ensuite, les 27 ont défini une doctrine et une position claire. Pour les Européens, le départ de la Grande Bretagne a été immédiatement considéré comme une erreur historique dont il faudra payer le prix des deux cotés du Channel, mais si les Anglais l’avaient décidé, personne ne pouvait s’y opposer. Dont acte pour le Brexit.

Sauf qu’à partir du moment où le divorce était prononcé, la Grande Bretagne ne pouvait plus prétendre aux avantages de l’Union européenne. «Le beurre ou l’argent du beurre».

Les pays-mêmes de l’Union n’ont jamais cédé sur le respect des valeurs européennes, c’est-à-dire, essentiellement les 4 libertés de circulation : liberté pour les hommes, les produits, les services et les capitaux.

L’Union européenne, à qui on reproche à juste titre le déficit d’harmonisation sociale et fiscale, ne pouvait pas accepter que la Grande Bretagne se transforme en paradis fiscal et financier avec des portes grandes ouvertes sur l’Europe. Pas question d’accepter l’installation d’un grand Singapour et de lui donner l’autorisation de venir piller le continent.

C’est face à cette intransigeance que la Grande Bretagne s’est aperçue que ces revendications étaient très utopiques et que Theresa May a essayé de proposer un Brexit soft.

L’autre exemple de renforcement des positions pro-européennes au seuil de l’Union concerne l’Italie. Il ne s’agissait pas, pour Bruxelles, pour la Commission et le Conseil des ministres, de refuser d’adouber la politique économique du gouvernement italien pour des raisons éthiques et morales, il s’agit de refuser les projets italiens pour ne pas avoir à en payer les factures.

L‘Italie ne peut pas proposer à son peuple des mesures qui dépassent ses capacités budgétaires. Pas question pour Bruxelles de faire prendre aux 27 membres de l’Union, les mêmes risques que l’Italie. Cette mutualisation-là ne peut que fragiliser l’Europe.

Refuser le budget italien, c’est protéger l'Union européenne, tout comme refuser de tomber dans les petits arrangements du Brexit n’était pas viable.

Maintenant, le noyau dur de la zone Euro, qui est le cœur et le poumon du système européen, fait pression pour renforcer les mécanismes de cohésion politique et les mécanismes de fonctionnement des systèmes de garantie de la zone Euro. Deux avancées.

La principale avancée va être d’élargir le domaine de compétence du MES. Sans être trop technique, le Mécanisme européen de stabilité avait été créé au moment de la crise, fin 2008, avec pour objectif de distribuer de l'argent aux pays qui se retrouveraient en difficulté. Le MES a joué un rôle déterminant dans le sauvetage de la Grèce. La réforme porterait sur deux points. D’une part, le MES devrait partager son pouvoir de décision et de surveillance des pays en difficultés avec la Commission et le Conseil des ministres, ce qui changerait sans doute son approche beaucoup trop technocratique jusqu'à maintenant. Et d’autre part, on devrait autoriser le MES à tirer des lignes de crédit au bénéfice des pays qui sont économiquement sains, mais dont l’accès au marché des liquidités serait limité à cause d’une crise dans un pays plus pauvre mais une crise systémique qui le toucherait.

La France et l‘Allemagne, par exemple, n’excluent pas un risque de défaut d’une banque italienne si le gouvernement s’obstine dans des positions ingérables. Dans ce cas, le défaut d’une grande banque aurait en Europe les mêmes effets que la chute de Lehmann en septembre 2008. Les marchés interbancaires se fermeraient de facto, et le système serait asséché de liquidités.

Une autre avancée à l’étude porterait sur la création d’un budget de la zone euro, ce qui permettrait à la zone euro de devenir emprunteur sur le marché et démarrer un mécanisme de mutualisation des dettes. La question est de savoir à quel montant et selon quels critères seront fixées les contributions de chacun des Etats membres, mais l’idée serait aussi de prendre cette contribution à l'intérieur de celles qui sont versées au budget de l'Union européenne. Actuellement, la contribution de chaque pays est plafonnée à 1% des richesses crées.

Cette réforme-là ne serait pas neutre politiquement parce qu’elle reviendrait à appauvrir l’Union des 27 pays membres au profit des seuls pays membres de la zone euro. L’objectif est toujours de renforcer le cœur du réacteur.

Enfin, France et Allemagne seraient désormais sur la même longueur d’onde concernant la création de la taxe sur les Gafa - qui n’entrerait en vigueur qu en 2020 - et sur la création d’une Europe de la Défense.

Il est évident que les attitudes très pro-américaines de Donald Trump, dont l’objectif est évidemment d'affaiblir l’Union européenne, et le départ de la Grande Bretagne, ont été des accélérateurs de rapprochement au sein de l’Union européenne. De la légitime défense

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Et maintenant... Le blackout

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires