En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 4 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 6 heures 38 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 8 heures 30 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 10 heures 19 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 10 heures 53 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 11 heures 13 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 12 heures 6 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 3 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 6 heures 28 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 8 heures 25 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 9 heures 51 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 11 heures 2 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 12 heures 54 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 5 heures
Tous ensemble

Pourquoi les agriculteurs s’apprêtent à se joindre en nombre aux gilets jaunes

Publié le 16 novembre 2018
Ce 17 novembre, la France doit assister à un mouvement inédit, sans leader véritable, né au départ des augmentations des carburants, mais qui recensera dans les faits les mécontents de toutes les formes d'atteinte au pouvoir d'achat. Les zones rurales seront particulièrement concernées, et in situ, bien sûr, les agriculteurs.
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce 17 novembre, la France doit assister à un mouvement inédit, sans leader véritable, né au départ des augmentations des carburants, mais qui recensera dans les faits les mécontents de toutes les formes d'atteinte au pouvoir d'achat. Les zones rurales seront particulièrement concernées, et in situ, bien sûr, les agriculteurs.

Imaginez un peu. Ces dernières années, il n'y a pas eu un secteur agricole qui n'ait ressenti une crise, et plusieurs d'entre eux n'en sortent pas. Pourtant, dans cette tempête, un des contextes était resté favorable jusqu'en 2017, le poids des charges issues du prix du pétrole. Nous avons connu nombre de mises en redressement judiciaire, d'arrêts d'exploitation, quand ce n'est pas allé jusqu'à des drames tels le suicide, alors que les charges restaient relativement basses...

Aujourd'hui, le prix à la pompe a pris 50 % en à peine plus d'un an pour les particuliers qui roulent en diesel (pas d'après les statistiques officielles qui atténuent largement le phénomène, mais selon mes simples observations en tant qu'utilisateur de véhicule). Et les agriculteurs le ressentent également à leur niveau. Leurs fournitures (aliments notamment) mais aussi leurs productions sont transportées, et ce coût supplémentaire est, comme il se doit dans ces cas-là, répercuté sur les deux extrêmes de la chaine alimentaire, le producteur en amont, et le consommateur en aval. Au premier, on explique que les seconds doivent continuer à acheter, aux seconds que les premiers doivent encore survivre. Aucun des intermédiaires ne perd un centime dans l'affaire, en tout cas dans la très grande majorité des cas, tout le surcoût est supporté par les producteurs et les consommateurs. Et l'Etat remplit ses caisses par les taxes. En d'autres termes, sans même parler de l'utilisation de carburant pour les tâches agricoles (le fameux GNR a pour l'instant échappé à la surtaxation, mais uniquement pour cause de crise agricole, et personne ne se fait d'illusions sur le sujet, il grimpera à la première occasion), l'augmentation drastique du diesel impacte l'activité agricole (comme bien d'autres bien sûr).

Les agriculteurs en particulier ont du mal à comprendre la logique derrière cette taxation : ils doivent obéir à toujours plus de normes environnementales, et ils sont taxés de telle manière qu'ils n'ont plus les moyens d'assurer ces mises aux normes. On voudrait les "faire crever" (l'expression est très souvent reprise sur les forums agricoles ou autres groupes Facebook où ils s'expriment), qu'on ne s'y prendrait pas autrement...

Comment les syndicats agricoles gèrent la demande de leur base

Ce mouvement des gilets jaunes, on le sait, est une initiative citoyenne, et son organisation n'est inféodée à aucun parti ni syndicat. Pour autant, au niveau des têtes des syndicats agricoles, on sait que la base souhaite, en grande partie du moins, participer.

Du côté de la Fnsea, syndicat majoritaire, consigne est donnée : participe qui veut, mais à titre personnel, sans sortir les drapeaux verts identitaires. Et pas de mot d'ordre national.

Pour la Coordination rurale, pas de communiqué de presse officiel non plus, mais on estime légitime de s'associer au mouvement de protestation, la hausse du gasoil étant considérée comme une atteinte non seulement aux agriculteurs mais encore à toute la ruralité. Avec des conseils de prudence, pour ne pas identifier le syndicat avec un parti politique ni participer à des manifestations qui pourraient engendrer une forme de violence.

Même prudence dans la communication nationale du côté de la Confédération paysanne, toutefois un courrier de sa section de Savoie circule sur les réseaux sociaux où il est question, pêle-mêle, de la fermeture des écoles, des bureaux de poste, de la diminution des services publics, de la concentration des emplois dans les villes, de la rareté des médecins, de l’éloignement des hôpitaux... qui accroissent significativement les distances à parcourir pour les usagers, avec donc une consommation accrue de carburants pour les résidents du monde rural. Une façon d'inviter à participer également.

Sans doute faut-il rappeler aussi que près de la moitié des agriculteurs ne sont pas syndiqués, et qu'il existe aussi des mécontents parmi ceux-ci. Impossible toutefois de savoir comment ils vont se joindre aux mouvements citoyens.

Participer ? Pas si simple...

Au niveau de la forme de participation, dans la majorité des cas, les agriculteurs vont se contenter de suivre des rassemblements organisés par les comités départementaux des gilets jaunes. Pour bloquer certaines routes, ou autres échangeurs routiers ou entrées de grandes surfaces, des regroupements sont prévus. La répression de l'Etat est crainte par beaucoup, car dernièrement des syndicalistes manifestants agricoles ont été plus lourdement condamnés que ce n'était le cas par le passé. Du coup, pas question de s'engager dans un blocage sans assurance, cela dépendra aussi du nombre de manifestants : mettre 10 tracteurs sur une deux fois deux voies, c'est voué à l'échec et surtout au contrôle des forces de l'ordre. A moins de 50, pas question d'y aller.

Il y a aussi la question de la légalité des actions. Parfois, des demandes officielles ont été déposées comme il se doit en préfectures. Mais qui s'en est occupé ? Très souvent, des personnes connues également pour des engagements politiques et au fait de ces formalités. Or, l'organisation se veut apolitique, et les agriculteurs qui participeront veulent respecter cette vocation. Ce ne sera pas si simple d'y aller, tout en se démarquant de quelques autres intérêts que ceux visant montrant à montrer un ras-le-bol face aux atteintes au pouvoir d'achat.

Autre crainte, se trouver confronté à une intrusion à l'intérieur de la manifestation. On a vu des casseurs à l'œuvre récemment dans Paris, on imagine que si un groupe de 50 personnes décidées à tout casser venait s'ajouter à un cortège à l'origine pacifique, mais en province cette fois, loin des forces de l'ordre, cela pourrait faire des dégâts. J'ai vu circuler sur les réseaux sociaux des messages prévoyant ce cas de figure, demandant dès lors aux manifestants de se retirer au plus vite pour éviter toute confusion entre le mouvement et les casseurs.

Comment les agriculteurs vont participer

Les agriculteurs ne figurent pas, dans leur grande majorité, parmi les organisateurs. Ils vont amplifier le mouvement, sans être à son origine. Bloquer des échangeurs routiers ou autres actions de ce genre, ils savent faire. Cette fois, ils ne seront pas à l'initiative.

Sur un forum agricole, j'ai pu lire cette réflexion pleine de bon sens : "Ma position locale, est d'aller à ces blocages. Nous subissons une double peine, pour nos déplacements privés avec des services qui sont de moins en moins de proximité et pour nos entreprises. Ma consigne est d'y aller sans signe d'appartenance syndicale, afin de respecter l'esprit de ce mouvement citoyen. C'est une occasion d'échanger avec nos concitoyens sur notre métier. Pour une fois que nous avons un point commun de contestation, profitons-en." Elle montre bien l'esprit qui anime la majorité des agriculteurs qui participeront : pas de mise en avant particulière de leurs revendications sans les taire pour autant, et en étant actif sur le front.

Beaucoup aussi vont aller sur place et observer, leur engagement dépendra de comment ils sentent le mouvement. Le côté "mouvement spontané", sans chef ni mot d'ordre, peut sembler bizarre quand on est habitué à manifester avec son syndicat. Il faudra s'en accommoder...

Si le mouvement devait durer... Il faudrait le structurer !

Qui sifflera la fin du match ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Quelles sont les revendications précises région par région ? Pour l'instant, aucune réponse n'existe à toutes ces questions. J'ai appelé Thierry Merret, président de la Fdsea du Finistère qui fut aussi l'un des leaders des Bonnets Rouges, peut-être le dernier grand mouvement citoyen qui ait fait plier un gouvernement (celui de François Hollande), en l'occurrence en faisant reporter sine die le projet d'écotaxe en Bretagne. "Personnellement, je vais me rendre à une manifestation, me dit-il. Je ne sais pas encore laquelle, j'irai près de chez moi, simplement pour suivre en tant que citoyen, car j'estime que ces hausses posent de réels problèmes à notre profession. Je ne sais pas encore si je porterai le gilet jaune. Le bonnet rouge ? Je l'ai toujours dans la poche, ça m'arrive toujours de le porter. Vais-je le ressortir samedi ? Franchement, ça dépendra du contexte que je vais découvrir."

Mais au-delà de son cas personnel, sa réflexion est intéressante quant à l'organisation de telles manifestations, lui qui en a l'expérience. "Les organisateurs du mouvement seront-ils satisfaits dès le samedi soir ? Si oui, il faudra arrêter. Si ce n'est pas le cas, alors il deviendra obligatoire de structurer le mouvement. L'Etat, les préfets de région, les préfets, doivent avoir des interlocuteurs, doivent connaitre les revendications, nationales mais aussi locales. Les remontées de terrain seront indispensables. Je dis ça, personnellement je ne suis candidat à rien, ce n'est pas mon mouvement à l'origine, ce sera à des citoyens préoccupés par cette cause de s'en occuper. Pour obtenir des résultats, il faut une demande claire. Et celle-ci ne peut être transmise que par des interlocuteurs tout aussi clairement identifiés."

Beaucoup de questions restent en suspens par rapport à cette journée du 17 novembre, qui semble promise à être bien plus ressentie en province que dans les grandes villes. Aujourd'hui, une chose est sûre : de nombreux agriculteurs feront partie des participants. Et dans la réponse que le gouvernement devra apporter, il faudra intégrer, aussi, ce paramètre...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires