En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

05.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

06.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

07.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un homme a été placé en garde à vue
il y a 1 heure 34 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 6 heures 25 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 7 heures 19 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 19 heures 13 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 19 heures 57 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 21 heures 23 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 23 heures 4 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 2 heures 16 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 3 heures 20 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 19 heures 38 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 20 heures 48 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 22 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 23 heures 48 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Contre-productif

Pourquoi Emmanuel Macron risque d’aggraver l’affaiblissement de l’Europe en agitant la chimère de la souveraineté européenne

Publié le 16 novembre 2018
Lors de son intervention sur TF1 le mercredi 14 novembre, Emmanuel Macron a, une nouvelle fois, indiqué qu'il croyait dans la souveraineté européenne.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de son intervention sur TF1 le mercredi 14 novembre, Emmanuel Macron a, une nouvelle fois, indiqué qu'il croyait dans la souveraineté européenne.

Atlantico : D'un point de vue pratique, comment pourrait-on imaginer une telle souveraineté, avec qui et comment pourrait-elle s'exercer, et ce, alors même, et par exemple, que la candidate à la succession d'Angela Merkel, Annegret Kramp-karrenbauer a déclaré qu'elle défendrait les intérêts nationaux avant ceux du pays "l'Allemagne d'abord" ?

Edouard Husson : Depuis Hans Kelsen, la philosophie politique confond souveraineté et puissance. La souveraineté est une question de juridiction. Et, dans une grande mesure, il y a aujourd’hui une souveraineté européenne, puisqu’il existe une hiérarchie des normes, au sein de l’UE, qui donne souvent la prééminence aux textes européens sur les textes nationaux. La faiblesse de la position de la plupart des souverainistes que je connais, c’est qu’ils sont eux aussi imprégnés de Kelsen et ils s’intéressent moins aux enjeux de la souveraineté qu’à ceux de la puissance. Mais restons un moment sur le sujet de la juridiction. Les Brexiteers sont les premiers qui ont posé correctement la question: ils ont voulu ramené la souveraineté, le pouvoir de créer la loi, au sein du Parlement britannique. Cela vous explique la virulence d’une partie des conservateurs britanniques vis-à-vis de Theresa May ce 15 novembre à la découverte de l’accord mal ficelé entre le gouvernement britannique et l’UE.

Venons-en maintenant au président de la République. J’ai tendance à penser que lorsqu’il dit “souveraineté européenne”, il entend « puissance européenne ». Peut-on aujourd’hui créer une véritable puissance européenne? Emmanuel Macron plaide pour une “vraie armée européenne”. Or il existe deux obstacles: les traités européens, en l’espèce, n’établissent pas de souveraineté européenne dans ce domaine puisqu’ils affirment le caractère central de l’OTAN. Et puis les contraintes budgétaires qui pèsent sur les membres de l’eurozone, à commencer par la France, empêchent de financer sérieusement cette armée.

Quant à Madame Kramp-Karrenbauer, elle montre bien, par sa déclaration, comment il va y avoir, de plus en plus, une contradiction entre souveraineté, aujourd’hui européenne dans la plupart des secteurs, et retour à la politique nationale, de plus en plus réclamée par l’électorat, en particulier celui menacé de déclassement. L’Allemagne n’a toujours pas digéré d’avoir été mise en minorité plusieurs fois au conseil des gouverneurs de la BCE depuis le début de la décennie. Mais si elle n’accepte pas ces règles du fonctionnement de la monnaie européenne, alors c’en sera fini de celle-ci.

Peut-on réellement imaginer Emmanuel Macron accepter la règle majoritaire d'une souveraineté européenne qui n'irait pas dans le sens de son action politique ? Cette souveraineté européenne n'est-elle pas en ce sens une chimère ?

Il y a deux façons d’envisager la question. D’un côté, Emmanuel Macron est un idéaliste européen. Comme vous le rappeliez, l’Europe, la souveraineté européenne, sont pour lui des questions de foi. Je pense que son idéalisme va si loin qu’il faut prendre au sérieux les informations dont nous disposons sur la disposition à européaniser le siège de la France au Conseil de sécurité et, même, la dissuasion nucléaire française. C’est pourquoi je l’imagine bien acceptant d’être mis en minorité dans une instance européenne. D’un autre côté, Emmanuel Macron est un saint-simonien: il est plus intéressé par l’administration des choses que par la conduite des hommes. Il est l’héritier de cet immense courant de pensée qui rêve, depuis 1830, d’abolir la politique. Il faut bien comprendre que dans son esprit les progressistes doivent finir par marginaliser définitivement les populistes. Il ne doit plus y avoir qu’un seul parti, celui des experts technocrates qui gouvernent au centre, c’est-à-dire qui ne font plus de politique. Et dans ce cadre-là, Emmanuel Macron refuse d’accepter que, politiquement, Viktor Orban, Matteo Salvini ou le Parlement britannique soucieux de récupérer sa souveraineté puissent avoir le dernier mot.

Ce qui m’a fasciné et attristé à la fois durant son « itinérance mémorielle », c’est l’obstination avec laquelle le Président s’est efforcé de gommer la réalité de l’engagement des combattants pour la nation, la République, la démocratie. Cela peut nous paraître bizarre mais nos aïeux ont eu le sentiment de mener une guerre pour la défense de la patrie contre une domination, allemande, dont ils ne voulaient pas (plus, dans le cas des Alsaciens et des Lorrains). Le président n’a pas désigné les belligérants. Ce faisant, Emmanuel Macron est parfaitement cohérent. Un saint-simonien ne peut pas comprendre la guerre plus qu’il ne comprend la vraie politique démocratique, celle où deux partis canalisent et miment une forme de guerre civile ritualisée, aux règles à la fois archaïques et sacrées.

Comment interpréter une telle vision, à la veille des élections européennes ? Comment analyser cette position du point de vue de la philosophie politique ?

En fait, le monde auquel croit Emmanuel Macron existe de moins en moins. Angela Merkel s’en va. Elle n’a rien fait, il est vrai, pour aider le président français en matière de réforme de la zone euro; mais elle a maintenu, sans conviction, le cadre des relations franco-allemandes. Peut-être se sont-ils mis d’accord sur une initiative prochaine dans le domaine de la défense et de la diplomatie. Mais le fait que, dans son discours devant le Parlement Européen, la Chancelière ait rappelé qu’une vraie défense européenne restait liée à l’OTAN montre que les deux pays campent sur des positions aussi anciennes que le Traité de l’Elysée. Quand bien même, dans un geste absolument antipolitique, Macron ferait don du siège au Conseil de Sécurité et de la dissuasion nucléaire à l’Union Européenne, je ne crois pas qu’il trouve de véritable interlocuteur. Dans ce cas, il faudra se battre chez nous, réclamer que toute la lumière soit faite sur les intentions présidentielles; mais on peut espérer que tout cela soit un gigantesque flop.

En fait, le ton des candidats à la succession d’Angela Merkel montre bien que ce n’est plus seulement la Hongrie, l’Autriche et l’Italie qui reviennent à des modèles politiques classiques mais aussi l’Allemagne. Friedrich Merz, Jens Spahn et Annegret Kramp-Karrenbauer sont plus proches des gouvernements du Groupe de Visegrad ou de Sebastian Kurz que d’Emmanuel Macron. Faut-il avoir peur du réveil du sentiment national à la CDU? C’est tout de même infiniment préférable d’avoir une CDU patriote que de voir continuer à monter l’AFD. Et puis la RFA va se comporter comme la démocratie exemplaire qu’elle est: l’opposition de gauche à la CDU va se réorganiser. Et c’est une très bonne chose. Si l’on passe par une phase de transition (accord de gouvernement CDU-Libéraux-Verts), le prochain chancelier saura déléguer, à la différence d’Angela Merkel.

Les choses vont tellement vite partout qu’on ne peut pas exclure qu’il faille rapidement redécouvrir que la vision qu’avaient le Général de Gaulle et Georges Pompidou de la concertation européenne était beaucoup plus solide et pragmatique que ce qui s’est développé après eux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 17/11/2018 - 19:34
Souveraineté
En quoi l'Europe peut-elle prétendre à la souveraineté tant elle est dépendante des grandes puissances? Belle utopie, née ruinée de la guerre, tombée immédiatement sous la dépendance des USA et de l'URSS elle n'a jamais eu de liberté d'action et n'en a pas plus après 70 ans de figuration, rêvant aujourd'hui d'une force armée commune pour enfin croire qu'elle existe. Mais qui accepterait de mourir pour elle, et une armée est constituée de gens prêt à sacrifier leur vie? En bon progressiste, Macron est un antimilitariste qui agite des idées militaristes auxquelles il ne croit pas.
Winter
- 17/11/2018 - 18:03
Donneur de leçons.
Macron a beaucoup de préjugés et de croyances. C’est pour cela qu’il ne s’entend pas avec les autres leaders européens qui sont nettement plus pragmatiques.
gerint
- 17/11/2018 - 15:43
Macron est assez dégénéré
Pour vouloir un tel système de gouvernance dictatoriale et insipide conduisant les peuples à la résignation, l’indiffétence, au communautarisme comme ressource identitaire