En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

07.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 27 min 52 sec
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 2 heures 43 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 3 heures 11 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 4 heures 22 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 5 heures 7 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 7 heures 45 sec
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 7 heures 3 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 1 heure 25 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 2 heures 55 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 4 heures 9 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 6 heures 59 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 7 heures 17 sec
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 7 heures 4 min
info atlantico
© Valery HACHE / AFP
© Valery HACHE / AFP
Misère

Gilets jaunes : ces Français qui vivent dans une économie de rationnement dans l’un des pays les plus riches au monde

Publié le 15 novembre 2018
Le mouvement des gilets jaunes ne concerne pas tous les Français, mais une certaine partie de la population, dans une certaine partie du territoire, qui connaît aujourd'hui un véritable sentiment d'abandon. Et pour qui la hausse du prix de l'essence est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement des gilets jaunes ne concerne pas tous les Français, mais une certaine partie de la population, dans une certaine partie du territoire, qui connaît aujourd'hui un véritable sentiment d'abandon. Et pour qui la hausse du prix de l'essence est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Atlantico : Dans un contexte d'exaspération de la population qui s'incarne cette semaine dans le mouvement des gilets jaunes, comment mesurer la proportion de la population qui se trouve concernée par des problématiques de pouvoir d'achat ? Quel est le poids de cette France des villes moyennes, des campagnes ou d'autres territoires qui subissent par exemple le retrait des services publics ? 

Nicolas Goetzmann : En raisonnant par tautologie, on considère généralement la population aisée comme représentant les 20% les plus riches du pays, les classes moyennes comme étant le bloc qui incarne les 50% de la population qui est coincée entre les plus aisés, et les classes populaires qui sont les 30% les plus pauvres. Ce qui ne dit rien du niveau de vie des Français dont le médian est à 1700 euros par mois, c’est-à-dire que 50% de la population vit avec un niveau de vie inférieur. On peut ensuite voir que l'évolution du niveau de vie au cours de ces 10 dernières années est en légère baisse, avec les déciles les plus pauvres de la population qui ont connu les plus fortes baisses (-3.50% en 10 ans pour les 10% les plus pauvres) alors que les déciles intermédiaires supérieurs ont connu le meilleur sort avec un chiffre pourtant très faible d'une hausse de vie de 1% en 10 ans. La tension qui peut exister dans le pays peut largement s'expliquer par cette stagnation des revenus sur toute une décennie, parce qu'elle concerne pratiquement l'ensemble de la population en dehors des quelques % du haut de la distribution. A ce titre, il faut noter que les inégalités de revenus en France sont beaucoup moins prononcées que les inégalités de patrimoine, puisque 10% de la population détient 50% du patrimoine en France. Finalement, la France qui va bien se cantonne principalement à cette France qui détient le patrimoine et ceux qui sont tout en haut de l'échelle des revenus. Ce qui représente donc au total, et au sens large, environ 15%-20% de la population. C'est aussi ce que l'on peut retrouver dans les différentes enquêtes d'opinion. 84% des Français sont favorables au maintien ou à l'augmentation de l'offre des services publics de proximité. De la même façon 84% des Français considèrent que la politique du gouvernement ne leur permettra pas de gagner en pouvoir d'achat, et 72% estiment que ce pouvoir d'achat a diminué au cours de ces dernières années.

D'un point de vue géographique, il est habituel d'opposer les grandes villes et le reste du territoire, mais ces grandes villes, comme Paris, sont très inégalitaires. On voit par exemple, comme l'indique l'INSEE que "le niveau de vie au-dessus duquel se trouvent les 10 % des Parisiens les plus aisés est 6,7 fois plus élevé que celui au-dessous duquel figurent les 10 % les plus modestes. Ce rapport, dit interdécile, s’élève à 4,6 en Île-de-France et seulement à 3,5 en France métropolitaine". Ce qui signifie que les grandes villes ne sont pas les bastions exclusifs de la France des riches, que la mixité sociale y existe malgré tout, mais dans un cadre plus inégalitaire que le pays pris dans son ensemble.

Peut-on réellement observer une fracture entre deux France sur cette thématique ?

Que cela soit sur le thème de la fracture entre gagnants et perdants de la mondialisation, entre France périphérique et élites, les fractures sont en train d'évoluer vers quelque chose d'encore plus massif, de plus global au sein de la population. On a pu voir que les niveaux de vie des déciles supérieurs en termes de revenus, lorsque l'on écarte les plus privilégies, les 1%, ont également stagné ou reculé au cours de la dernière décennie, ce qui montre que le malaise du pouvoir d'achat est une question globale en France, même chez une bonne partie des cadres. L'IFOP publiait ce 13 novembre un sondage montrant que 62% pensent souvent à démissionner, et majoritairement pour rechercher une meilleure rémunération. Ce malaise des cadres est une réalité en France, mais ce phénomène ne s'est pas encore réellement traduit en termes politiques, avec un niveau de soutien qui reste élevé pour Emmanuel Macron, soit 47% au dernier pointage de l'IFOP. La Fracture est donc finalement plus politique pour le moment, sans doute parce que les partis politiques n'ont pas encore sur faire de cette question du pouvoir d'achat une question transversale de la population française. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 16/11/2018 - 01:22
Et ta soeur ?
Elle vit sur des rations du pétainiosme ?
claira
- 15/11/2018 - 19:47
gilets jaunes
Votre étude est misérabiliste : elle est quantitative et ne tient pas compte de la grande diversité de la classe moyenne. Vous continuez , comme c'est devenu une doxa à opposer les gens en fonction de leurs revenus et vous qualifiez d'élite les hauts revenus alors que certains sont de sinistres crétins .habiter une grande ville ne donnent pas des qualités supérieures aux gens des campagnes .
Les gilets jaunes que vous semblez mépriser appartiennent à tous les groupes et ce qui les unit est un vaste ras le bols du racket institutionnalisé permanent sous couvert de reformes ni faites ni à faire , annoncée à grand cris sans avoir été pensées un instant .....J'arrete , car tout cela va faire monter ma tension