En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© EMMANUEL DUNAND / AFP
"Libérer et protéger"
Pourquoi les énarques parviennent-ils si peu à protéger les Français tout en parlant autant ?
Publié le 13 novembre 2018
Protection! C’est probablement la doctrine fondamentale, le maître-mot, de tous les énarques… Il faut fabriquer de la protection pour tous. Emmanuel Macron en a fait sa doctrine, d’ailleurs: « libérer et protéger ». Ce vocabulaire de la protection dans toutes les bouches énarques tranche avec la détestation dont sont l’objet ceux qui l’utilise et le manie avec autant d’empressement. Mais pourquoi les énarques veulent-ils développer tant de protection pour les autres, et pourquoi sont-ils si peu aimés malgré tout?
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Protection! C’est probablement la doctrine fondamentale, le maître-mot, de tous les énarques… Il faut fabriquer de la protection pour tous. Emmanuel Macron en a fait sa doctrine, d’ailleurs: « libérer et protéger ». Ce vocabulaire de la protection dans toutes les bouches énarques tranche avec la détestation dont sont l’objet ceux qui l’utilise et le manie avec autant d’empressement. Mais pourquoi les énarques veulent-ils développer tant de protection pour les autres, et pourquoi sont-ils si peu aimés malgré tout?

C’est quand même curieux, cette caste aristocratique qui fonde sa légitimité, son droit à commander la société, en expliquant à tour de bras qu’elle est là pour protéger les autres. Tel est le cas de l’énarchie, qui s’est auto-proclamée grande protectrice de la nation, et grande pourvoyeuse de protection pour tous: minorités, femmes, vieux, pauvres, etc. Partout, le point commun de tous les énarques tient bien à cette volonté, à ce projet, de doubler tous les piliers de notre société par des mécanismes de protection toujours plus sophistiqués: aides sociales, subventions, fonds de garantie en tous sens. 

Surtout, cette ambition mono-maniaque de la protection va de pair avec une forme d’arrogance qui suscite désormais la détestation universelle. Plus moyen de se dire, où que l’on soit, ancien élève de l’ENA sans être l’objet de railleries sans limite, voire d’opprobre sans vergogne. Tout ceci mérite bien un peu d’explication. 

Les énarques et la protection: une longue histoire

Avec le « libérer et protéger », Emmanuel Macron a définitivement érigé la « protection » en pilier de sa conception de la société et de l’action publique. Il l’a décliné, par exemple, dans son interview en début de semaine sur Europe 1, où il a déclaré: « on a besoin d’une Europe qui protège davantage les salariés, qui soit moins ouverte à tous vents ». 

L’Europe qui protège, comme la France, comme l’État doivent aussi le faire. Pour un Emmanuel Macron, qui résume assez bien toute la pensée énarchique, le sens de l’action publique est de protéger contre tout: les menaces militaires, sécuritaires, mais aussi les dangers de la concurrence, du progrès technologique, de la vie elle-même. À l’entendre, seule l’idéologie de la protection aurait encore du sens.

Il rejoint ici un grand mouvement historique caractéristique de la France, où la protection collective serait l’apanage de l’État, selon les élites administratives qui la gouvernent. On en connut les prémices avec Pierre Laroque et Alexandre Parodi, conseillers d’État qui nationalisèrent dès les années 40 la protection sociale. On en vit la permanence historique avec le haut fonctionnaire Alain Juppé qui sauva la sécurité sociale en 1995 en la faisant définitivement entrer dans les comptes publics. Philippe Bas et Renaud Dutreil, conseillers d’État devenus ministres parachevèrent l’oeuvre en créant le RSI, la sécurité sociale des travailleurs non-salariés, en 2005, absorbé par le régime général sous la férule d’un autre conseiller d’État: Édouard Philippe…

On le voit, « libérer et protéger » n’est pas seulement un slogan. C’est un guide de conduite pour les grands corps de l’État depuis 1945, une sorte de scansion acharnée de l’histoire. 

Les énarques et leur vieux réflexe aristocratique

Cette idée que les élites publiques doivent protéger la population n’est pas nouvelle, bien au contraire. On la trouve au fondement de l’ordre social français de toujours. 

Ainsi, la proéminence d’une caste aristocratique tient essentiellement à la fonction protectrice (militairement) dévolue aux « chevaliers ». Ceux-ci prêtent le secours de leur épée au reste de la population, moyennant un rôle de conduite des affaires et le droit de lever l’impôt. En poussant le trait jusqu’à la caricature, on dira même qu’en France le rôle des élites a historiquement mélangé l’exercice de la force et la fonction de protection. On dirige parce qu’on protège. 

En ce sens, les énarques n’innovent guère lorsqu’ils consacrent l’essentiel de leur temps à mettre en place des mécanismes de protection contre l’adversité. Disons même qu’ils se fondent dans le moule façonné depuis plus de mille ans par l’aristocratie – moule qui constitue un véritable creuset identitaire. À la différence de pays neufs comme les États-Unis où les élites exercent plus volontiers leur pouvoir de façon brutale et inégalitaire, les élites françaises, en tout cas lorsqu’elles sont administratives, sont plus soucieuses de garantir une cohésion collective par cette fameuse protection qui les occupe. 

Protéger hier, protéger aujourd’hui

Bien entendu, la grande mission de protection qui incombe en France aux élites en contrepartie de leur autorité a changé de visage. De la protection essentiellement militaire (et politique, notamment vis-à-vis de l’autorité royale) qui prévalait au Haut-Moyen-Âge, le modèle social est progressivement passé à une protection à la fois plus abstraite, plus sophistiquée, et plus large. L’élite administrative française place plus la protection dans un rôle assurantiel et réglementaire désormais: protection contre les risques sociaux, économiques, écologiques. Cette protection procède de la loi et de mécanisme d’intervention financière comme des allocations ou des crédits d’impôt. 

D’une certaine façon, la modernisation de la protection est allée de pair avec la modernisation de l’État. Mais, sur le fond, la société française continue à ne légitimer que les élites qui assument ce rôle. 

Protéger les autres, se libérer soi-même

Protéger les autres ne signifie pas automatiquement s’inclure dans le processus de protection collective. Bien au contraire! les élites françaises distinguent deux mondes: celui des va-nu-pieds qui doivent être protégés par un financement public obligatoire, et le leur, qui obéit à d’autres règles et apporte d’autres bénéfices. 

L’exemple le plus caricatural de cette exonération est donné par l’histoire de la sécurité sociale. Depuis toujours, les grands corps de l’État prônent un système de protection universel… qui n’engloberait pas les fonctionnaires. C’est ainsi que le régime général de l’assurance vieillesse n’a jamais « touché » aux pensions civiles qui dispensent les retraites des fonctionnaires. Celles-ci continuent à être calculées sur les six derniers mois de salaire, comme les retraites du secteur privé sont calculées sur les 25 meilleures années. 

Bien entendu, lorsqu’on écoute les cris d’orfraie des fonctionnaires, cette différence majeure ne présente aucune forme d’importance. Il n’en reste pas moins que le système de protection que s’accordent les fonctionnaires est bien plus favorable que celui qu’ils accordent au reste de la population. 

Protéger et asservir

Si les élites administratives françaises apprécient de protéger les autres sans se mêler aux mêmes filets de protection, il en existe une raison profonde: la stratégie de protection est d’abord une stratégie de domination de la société. Plus l’État protège la société, mieux ses élites la contrôlent et la dominent. 

Toute protection suppose en effet un financement, un impôt levé, ou une contribution de toute nature, et donc un contrôle sur les ressources donc chacun dispose, ainsi qu’une obligation faite à chacun d’obéir un peu plus à l’État. Protéger donne le pouvoir d’imposer, fiscalement et plus globalement politiquement. Protéger permet en outre d’infantiliser, de déresponsabiliser, de créer un besoin d’État chez celui qui vit dans le confort de la protection. 

Ainsi, la logique de protection est en quelque sorte le cheval de Troie, le visage masqué, de la domination que l’État et ses élites exercent sur la société. C’est par la protection que la domination de la société tout entière par une classe de « clercs » est légitime. 

L’exemple du flicage sur les réseaux sociaux

Si certains avaient un doute sur la nature bifide et profondément trompeuse de l’idéologie de la protection véhiculée par les énarques, l’actualité nous en donne de superbes illustrations chaque jour. 

Par exemple, le ministre du Budget vient d’annoncer que les services fiscaux traqueraient désormais les Français sur les réseaux sociaux, à la recherche de signes extérieurs de richesses. Est-ce la vocation de l’État de surveiller la vie privée des citoyens et d’en retirer un droit à sanction? Non, bien sûr, mais l’ensemble ne tardera pas à être justifié au nom du besoin permanent de lutter contre la fraude fiscale pour financer un État protecteur… Si vous voulez des allocations bienfaisantes, soumettez votre vie privée au détecteur de mensonges.

On voit ici comment l’idéologie de la protection agit comme un rouleau compresseur sur toutes les libertés publiques. On vous contrôle pour votre bien!

Les limites momentanées d’un modèle?

Malgré un océan inlassable de déclarations sur la protection, et de nouvelles normes chaque jour ajoutées pour mieux protéger l’ensemble de la population, les énarques font aujourd’hui l’objet d’un rejet de la part d’une grande majorité de Français. 

On trouvera plusieurs facteurs d’explications à ce phénomène, mais nous en retiendrons principalement trois. 

La première raison tient à la mauvaise gouvernance du pays qui se traduit par un chômage de masse persistant, une faible croissance et une pression fiscale élevée. Dans ce contexte, n’importe quelle élite ferait l’objet d’une désapprobation profonde. 

La deuxième raison tient à l’avarice des énarques, qui ne manquent pas une occasion de s’accorder des avantages, voire des privilèges, refusés par ailleurs aux autres catégories de la société. Par exemple, le maintien de l’emploi à vie, c’est-à-dire de la garantie statutaire de l’emploi est mal vécu lorsque le pouvoir exécutif facilite le licenciement dans le secteur privé. 

Verticalité des énarques contre horizontalité de la société française

Mais une troisième raison domine sans doute les deux autres s’il s’agit d’expliquer le désamour des Français pour leurs énarques: la verticalité extrême de la domination par l’énarchie heurte de plein fouet l’horizontalité grandissante de la société. 

D’un côté, une population désormais rompue aux arcanes des réseaux sociaux, qui est capable de divulguer n’importe quelle information secrète en quelques minutes. Cette population-là n’est pas rompue à toute autorité, pourvu que cette autorité s’inscrive dans écosystème informationnelle.  

D’un autre côté, des énarques étrangers à l’horizontalité de ces réseaux sociaux et immodérément attachés aux vieilles formes de l’autorité. Dans l’énarchie, tout n’est que hiérarchie à l’ancienne, règles, normes bureaucratiques, décisions venues d’en haut, préparées dans le secret et appliquées de façon discrétionnaire. 

La confrontation entre ces deux univers, entre ces deux mondes, sera de plus en plus violente. Et si la caste des énarques ne s’adapte pas, elle sera balayée par le changement de paradigme de la société. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
04.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
05.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
07.
La résignation des chômeurs face à la loi d’airain de l’offre et de la demande
01.
"Benghazi ne tombera pas en un jour"
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 14/11/2018 - 23:52
@Atlantico
Où est passé mon commentaire dans votre nouvelle ratatouille ?
Cepatoufau
- 14/11/2018 - 17:06
Le cercle vicieux qui malheureusement s'auto-alimente
Les énarques qui se posent en protecteurs et justifient toujours plus d'impôts nécessaires pour assurer cette mission, les électeurs qui se disent, on va bien aller vers celui qui promet le plus, j'en bénéficierai toujours plus que mon voisin. Sans se rendre compte qu'on le prend pour un imbécile et que cela fait longtemps qu'en France on n'a plus beaucoup de liberté. Notamment la liberté de s'exprimer qui est sous la coupe de la bienpensance omniprésente.
Le véritable puni étant la classe moyenne qui paye toujours plus, reçoit toujours moins et dont les libertés se restreignent tous les jours. Le mouvement des gilets jaunes est exactement sur ce sujet. La hausse des taxes n'étant qu'un alibi.
Malgré tout on doit reconnaitre que ceux qui ne sont pas énarques sont des incompétents notoires (Mélanchon, Duflot, Cambadélis, pour n'en citer que trois célèbres) et que leurs projets ou réalisations font vraiment peur.
Une seule solution à tout cela : diminuer la part de l'état et rendre l'argent qu'ils gagnent au Français qui sauront bien quoi en faire.
Tous coupables