En direct
Best of
BEST OF DU 1 AU 7 DECEMBRE
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Pas très Haussmanien
Les bonnes et mauvaises nouvelles de l'urbanisation récente en Ile-de-France
Publié le 13 novembre 2018
Grand Paris, construction de quartiers résidentiels, l'Ile-de-France s'urbanise tous azimuts. Une vague de construction qui amène son lot d'inconvénients avec elle.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grand Paris, construction de quartiers résidentiels, l'Ile-de-France s'urbanise tous azimuts. Une vague de construction qui amène son lot d'inconvénients avec elle.

Quels sont les aspects positifs à retenir de l'urbanisation récente en Île de France ? 

Laurent Chalard: Avant d’en déterminer les aspects positifs, il convient de rappeler le contexte de mise en place de l’urbanisation récente de l’Ile de France. A la fin des années 2000, la région capitale se caractérisait par une pénurie importante de logements du fait d’un rythme de construction insuffisant depuis les années 1990 avec peu de terrains disponibles immédiatement à la construction dans un contexte de PLU et de SDRIF malthusiens. Il s’en suivait des tensions importantes sur le marché du logement avec une multiplication des ménages en suroccupation, la prolifération des marchands de sommeil et la difficulté de la décohabitation pour les jeunes. Pour résorber la pénurie en logements, la politique d’urbanisation lancée par l’Etat, impulsée sous Nicolas Sarkozy dans le cadre de sa politique du « Grand Paris » puis prolongée sous François Hollande par le gouvernement Manuel Valls, visait à produire « un choc de l’offre », avec comme objectif chiffré affiché : construire 70 000 logements par an. Qu’en est-il donc en 2018 ?

Le premier point positif de l’urbanisation récente en Ile de France, qui n’en est pas un des moindres, puisque c’était l’objectif premier recherché, concerne le plan quantitatif, avec un rythme de construction qui n’a jamais été aussi élevé depuis la fin des Trente Glorieuses, soit 81 300 logements mis en chantier pour l’année 2017, un doublement par rapport aux années de vaches maigres et 22,8 % de plus qu’en 2016. Les incitations de l’Etat ont donc été couronnées de succès, permettant de surmonter les réticences de nombreux élus locaux à construire plus. Un deuxième point positif concerne la politique d’urbanisation, qui privilégie la densification des zones déjà construites, que ce soit par la récupération de friches industrielles ou la destruction de pavillons pour laisser place à de l’habitat collectif. Contrairement à ce qui a pu se constater auparavant, l’augmentation du volume de construction ne contribue pas à la progression de l'étalement urbain. Enfin, un troisième point positif porte sur la localisation des nouveaux logements, qui privilégie, en règle générale, les axes de transport existants (métros, tramways) ou à venir (Grand Paris Express).

Quels en sont les aspects négatifs ? 

Si au premier abord, il pourrait paraître légitime de considérer que l’action de l’Etat central a pleinement atteint, tout du moins temporairement, ses objectifs, il n’en demeure pas moins que l’urbanisation récente de l’Ile de France souffre de nombreux maux, d’ordre qualitatif, le quantitatif l’ayant emporté sur le reste.

Le premier point négatif concerne l’architecture médiocre de la plupart des nouveaux quartiers de logements, avec des bâtiments géométriques (l’angle droit a fait son retour en force !), très souvent avec des toits plats et de couleur blanche. Ils donnent l’impression d’être des immeubles des années 1960 améliorés. Un deuxième point négatif a trait à la politique de densification de l’habitat, qui ne se fait pas toujours de manière pertinente, dans le sens qu’elle s’applique dans des zones sans centralité préexistante, or, l’expérience nous montre que les centralités créées ex-nihilo fonctionnent mal. Un troisième point négatif, consécutif de la densification, est que le pavillon devient une denrée rare, inabordable, contribuant à cantonner la majorité des franciliens à vivre dans un habitat collectif alors qu’une part non négligeable préfèrerait résider en maison. Ce processus renforce l’exode vers la Province. Enfin, dernier point négatif, certaines opérations massives, d’au moins un millier de logements, rappellent grandement les grands ensembles des Trente Glorieuses, comme « l’écoquartier » des Temps Durables à Limeil-Brévannes.

Quelles sont les priorités à suivre pour améliorer la situation actuelle ? 

Si les améliorations doivent concerner le plan qualitatif, néanmoins, sur le plan quantitatif, il convient de poursuivre l’effort car, étant donné les retards accumulés, il faudra au moins une décennie de construction massive de logements pour espérer amorcer une réduction des tensions sur le marché.

Sur le plan qualitatif, il convient que les acteurs locaux, à commencer par les édiles municipaux, comprennent l’intérêt qu’ils ont à ce que l’urbanisation soit qualitative, s’ils ne veulent pas que se constituent de nouveaux ghettos sur le modèle des grands ensembles des Trente Glorieuses. Il ne s’agit donc pas de construire n’importe où, n’importe quoi, n’importe comment, juste parce que c’étaient les seuls terrains urbanisables, mais d’avoir une réflexion poussée sur les densités à mettre en place (élevée dans les zones centrales, faible dans les zones périphériques même si elles sont desservies par un transport en commun), la qualité architecturale des bâtiments (abandonner la géométrie, refaire des toits à tuile, mettre de la couleur) ou encore sur l’intérêt de multiplier les petites opérations d’urbanisme plutôt que d’en effectuer de grandes, comme les écoquartiers, qui risquent de poser à terme les mêmes problèmes que les grands ensembles. Par ailleurs, la question de la place de l’habitat individuel en Ile de France doit être posée. Quel est son devenir ? 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traque à Strasbourg : révélations sur l’itinéraire de Chérif Chekatt
02.
Ces services publics hors catégorie que nous paient nos impôts… Mais au fait quelles catégories ?
03.
2019 est-elle bien partie pour être un nouveau 1929 ?
04.
La crise des Gilets jaunes pourrait bien offrir une opportunité de relance à l’économie et au modèle français
05.
François Bayrou est-il en train d'annoncer un virage politique majeur sans que personne ne s'en rende vraiment compte ?
06.
Et si les nouveaux crédits accordés à l’armée étaient utilisés pour payer le mouvement Gilets Jaunes ?
07.
Attentat de Strasbourg : pourquoi l'antiterrorisme français se fourvoie dans un logiciel de pensée dépassé
01.
Laura Smet se marie sous escorte policière; Laeticia Hallyday aurait caché des maisons; Demi Moore : après les jeunots, une femme; Vexée par sa défaite à DALS, Iris Mittenaere retombe dans les bras de Kev Adams; Ces stars qui revêtent leurs gilets jaunes
02.
Emmanuel Macron, chronique d'une mort (politique) annoncée
03.
François Bayrou est-il en train d'annoncer un virage politique majeur sans que personne ne s'en rende vraiment compte ?
04.
La Nasa annonce que les glaciers de l’Antarctique de l’Est que l’on pensait stables fondent eux aussi rapidement
05.
Gilets jaunes : ce qui se cache derrière le silence assourdissant de Nicolas Sarkozy
06.
La France s’est réveillée. L’Union Européenne tremble sur ses bases
07.
Toulouse : un Gilet jaune entre la vie et la mort après un tir de flash-ball en pleine tête
01.
Ce désastre sécuritaire national que révèle l’attentat de Strasbourg
02.
La France s’est réveillée. L’Union Européenne tremble sur ses bases
03.
L’existence de l’euro, cause première des "gilets jaunes"
04.
Branko Milanovic : "Emmanuel Macron pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a profondément changé depuis 1980"
05.
Et après quoi ? 41% des Français affirment qu'ils pourraient voter pour une liste Gilets Jaunes aux européennes et 13% en sont certains
06.
François Bayrou est-il en train d'annoncer un virage politique majeur sans que personne ne s'en rende vraiment compte ?
01.
Ce désastre sécuritaire national que révèle l’attentat de Strasbourg
02.
Branko Milanovic : "Emmanuel Macron pensait pouvoir relancer la croissance française en utilisant des méthodes thatchériennes. Mais le monde a profondément changé depuis 1980"
03.
Jours de colère : qui du gouvernement ou des Gilets jaunes a marqué le plus de points ce samedi ?
04.
Ce double effet de blast sans lequel Emmanuel Macron ne pourra pas apaiser la France
05.
Attentat de Strasbourg : pourquoi l'antiterrorisme français se fourvoie dans un logiciel de pensée dépassé
06.
Le modèle démocratique français : violence partout, neurones nulle part
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires