En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 min 8 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 14 min 16 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 47 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 2 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 23 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 4 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 12 min 48 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 44 min 51 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 51 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 15 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 44 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 28 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 20 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 41 min
© REMY GABALDA / AFP
© REMY GABALDA / AFP
Vérité des chiffres

Gilets jaunes : pourquoi certains Français ont nettement plus de raisons que d’autres de se plaindre de l’évolution de leur pouvoir d’achat

Publié le 13 novembre 2018
Alors que le mouvement des gilets jaunes est attendu pour ce 17 novembre, il est régulièrement rappelé que les prix à la pompe ont déjà été plus élevés dans le passé. Les statistiques de l'INSEE mettent cependant en évidence une baisse du niveau de vie depuis 10 ans pour les 4 premiers déciles de la population, et une hausse symbolique pour les autres.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le mouvement des gilets jaunes est attendu pour ce 17 novembre, il est régulièrement rappelé que les prix à la pompe ont déjà été plus élevés dans le passé. Les statistiques de l'INSEE mettent cependant en évidence une baisse du niveau de vie depuis 10 ans pour les 4 premiers déciles de la population, et une hausse symbolique pour les autres.

Atlantico: L'absence de prise en compte du niveau de vie pour déterminer l'impact du prix du carburant ne met-il pas en évidence une forme de méconnaissance de la situation ?

Philippe Crevel : L’analyse du pouvoir d’achat à partir d’un seul produit ou service n’a que peu d’intérêt. En effet, ce qui compte, c’est le pouvoir d’achat global. En outre, les comparaisons dans le temps n’ont qu’une valeur très relative En 1970, les impôts étaient moins élevés et il n’y avait pas Internet. Ce qui est certain, c’est que depuis le début de la crise de 2008, le pouvoir d’achat des ménages est en berne. Le chômage élevé, la hausse des prélèvements obligatoires n’y est pas pour rien. Les Français les plus modestes ont été les plus touchés tout à la fois par les taxes que par la faible revalorisation des revenus professionnels.

Pour les classes moyennes et les classes aisées, les gains ont été également faibles. Par ailleurs, il est certain que les habitants en zone rurale sont touchés par la hausse des taxes quand ceux des villes le sont par le relèvement des prix des transports publics. Les retraités ont eu à subir depuis 10 ans des hausses répétées de leurs prélèvements quand dans le même temps leurs pensions sont gelées. Les jeunes sont confrontés à des problèmes d’insertion, réduisant leur pouvoir d’achat.

Il est notamment rappelé que les prix à la pompe étaient plus élevés dans le courant des années 70. La part de dépenses contraintes (immobilier par exemple) entre aujourd’hui et les années 70, pour les ménages français n'est-elle pas sous évaluée dans cette approche ?

Les ménages français ont du, depuis les années 70, faire face à l’augmentation des dépenses dites pré-engagées, c’est-à-dire des dépenses sur lesquelles ils n’ont pas réellement la main. Figurent notamment les dépenses de logements, les abonnements aux réseaux, les assurances, etc. Il faudrait ajouter les impôts et taxes. Ces dépenses absorbent plus de 30 % du budget des ménages. Le poids du logement a explosé ces vingt dernières années surtout pour les jeunes locataires. Le pouvoir d’achat hors dépenses pré-engagées a diminué drastiquement.

Certes, il faut néanmoins relativiser cette affirmation car certains postes de dépenses ont diminué ces 30 dernières années. Le poste habillement et transport collectif est en baisse. Pour le premier, ce sont les importations en provenance des pays d’Asie qui expliquent cette évolution quand pour le second, c’est l’accroissement de la concurrence qui a fait baisser les prix. Les produits agricoles ont eu tendance à baisser des années 80 aux années 2010 mais depuis plusieurs années, ils augmentent en raison de la consommation accrue des produits bios. Il n’en demeure pas moins que le ressenti joue en défaveur de l’amélioration de la situation. Le problème numéro un est, en France, le logement qui est cher et cela malgré plus de 37 milliards d’euros d’aide.

Au delà de telles comparaisons, le mécontentement actuel n'est-il pas simplement le résultat de la stagnation ou de la baisse des niveaux de vie depuis 10 ans, alors que les périodes précédentes avaient pu permettre une croissance de ces niveaux de vie ? 

La France a perdu une décennie. Nous avons mis dix ans à effacer les stigmates de la crise de 2008. Le PIB par habitant vient juste de retrouver son niveau d’avant crise. Cette stagnation est une source évidente de frustration. Certes, les inégalités n’ont pas augmenté dans notre pays comme au Royaume-Uni, aux Etats-Unis ou en Allemagne. Certes, le taux de pauvreté est resté stable autour de 14 %. Cette situation a été obtenue au prix d’une augmentation des dépenses sociales qui absorbent un tiers de notre PIB. Elle s’est accompagnée d’une forte progression de l’endettement. Nous avons acheté de la croissance à crédit, nous avons acheté du pouvoir d’achat fictif qu’il faudra rembourser. Face à la progression des dépenses publiques qui ont atteint 56 % du PIB, les pouvoirs publics sont contraints d’augmenter les prélèvements obligatoires.

La France, avec un taux de plus de 45 % du PIB, détient le record d’Europe. La croissance française est faible et sous contrainte. Elle génère peu d’augmentation de pouvoir d’achat car notre économie est centrée sur la production de gamme moyenne à la différence de notre partenaire allemand. Nous avons fait fausse route. En multipliant les dispositifs en faveur des bas salaires, nous avons généré une économie de bas salaires. Il y a une erreur de positionnement dont la preuve est la persistance du déficit commercial. La conséquence est l’absence de progression du niveau de vie ; l’écart avec l’Allemagne devient conséquent, plus de 20 points. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires