En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex

02.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

03.

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

06.

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

07.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

05.

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

06.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Majorité plus faible qu'Edouard Philippe
L'Assemblée nationale accorde sa confiance au gouvernement de Jean Castex
il y a 7 heures 23 min
pépite vidéo > Insolite
Calme et sang-froid
Covid-19 : le tutoriel d’un parc d’attractions japonais pour adopter les bons gestes face au virus
il y a 9 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Nomination
Antiterrorisme : Laurent Nuñez sera nommé patron de la "task force" de l’Elysée
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : La ballade du soldat Odawaa" de Christian Rossi et Cédric Apikian, ambiance crépusculaire pour ce western moderne

il y a 12 heures 49 min
light > Justice
Taxes
Apple remporte une victoire importante face à Bruxelles
il y a 13 heures 26 min
décryptage > France
AJ+

Désirer une Noire, c'est du racisme !

il y a 14 heures 40 min
décryptage > International
"Avec Castro, à l’heure du crime"

Les connexions castristes du tueur de Dallas : questions sur l’assassinat de John F. Kennedy et ses relations avec le gouvernement cubain

il y a 15 heures 38 min
pépite vidéo > France
Tour eiffel
14 juillet 2020 : revivez l'intégralité du feu d'artifice de Paris
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Consommation
Révolution

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

il y a 18 heures 41 min
light > Media
Parole présidentielle
14 juillet : près de 9 millions de téléspectateurs étaient réunis pour l'interview d'Emmanuel Macron
il y a 8 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Fin du quinquennat
Retrouvez l'intégralité du discours de politique générale de Jean Castex
il y a 9 heures 58 min
pépites > Politique
Premier ministre
Discours de politique générale : retrouvez les principales annonces de Jean Castex à l'Assemblée nationale
il y a 12 heures 18 min
pépites > Politique
"Premier ministre bis"
Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex
il y a 13 heures 7 min
pépites > Faits divers
Incidents lors de la Fête nationale
14 juillet : un pompier a été blessé par balle lors d'une intervention à Etampes
il y a 13 heures 49 min
décryptage > International
Panorama

COVID-19 : la pandémie s’étend et se politise aux États-Unis

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Défense
Opération Serval

Depuis 2012, la menace terroriste a évolué dans sa nature et sa géographie mais n’a pas diminué en intensité

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Politique
Et en même temps

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Politique
Le grand flou

Le mystère du financement de la relance

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Politique
Oral de rattrapage

Macron, l'incompris... mais la faute à qui ?

il y a 18 heures 52 min
© JEFF PACHOUD / POOL / AFP
© JEFF PACHOUD / POOL / AFP
Bye bye Dalaï

“Démission” sous pression du patron d’Interpol : l’Occident s’est-il résigné à ne plus demander d’explications à la Chine sur ses dérives autoritaires ?

Publié le 12 novembre 2018
Ce n'est pourtant pas notre liberté de critiquer Pékin qui s'est réduite, c'est notre volonté d'exercer cette liberté.
Emmanuel Dubois de Prisque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dubois de Prisque est chercheur associé à l'Institut Thomas More et co-rédacteur en chef de la revue Monde chinois nouvelle Asie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce n'est pourtant pas notre liberté de critiquer Pékin qui s'est réduite, c'est notre volonté d'exercer cette liberté.

Atlantico : Suite à la démission, dans des conditions troubles, de Meng Hongwei- président d'Interpol-lors d'un voyage dans son pays, l'organisation "se refuse à contrarier" Pékin, comme le révélait Le Monde ce 9 novembre. Alors qu'Interpol est basé sur le territoire français, comment analyser le silence français dans cette affaire ? 

Emmanuel Dubois de Prisque : La déclaration de la diplomatie française sur le sujet, le 8 octobre dernier, est en effet particulièrement timorée. La France « prend acte » d’une démission du président d’Interpol dont on peut suspecter qu’elle a été rédigée sous la contrainte, à moins qu’elle n’ait pas été rédigée du tout par l’intéressé, comme semble l’indiquer les éléments réunis par Le Monde : extrêmement laconique, le document par lequel Meng Hongwei est censé démissionner n’est pas signé par lui.  Il fait officiellement l’objet d’une « enquête » en Chine pour avoir « reçu des pots-de-vin », mais rien n’indique qu’il était plus corrompu que les autres dignitaires du régime. Ce que l’on sait en revanche, c’est qu’il n’était pas particulièrement bien en cour : il vient semble-t-il d’être remplacé en tant que vice-ministre de la Sécurité publique par Lin Rui qui lui vient du Fujian, où Xi a longtemps officié et dont il est semble-t-il très proche. Complètement laissée dans l’ignorance par Pékin, Interpol subit les conséquences des luttes de clan qui se poursuivent encore à la tête du Parti communiste chinois. Difficile dans ces conditions de prendre au sérieux la volonté de la Chine d’être considérée comme une grande puissance responsable sur la scène internationale. 

L’embarras de la France et plus largement des Occidentaux vient de ce qu’il est bien difficile dans le même temps de traiter la Chine comme un partenaire à qui on devrait accorder toute la vaste place qu’elle réclame dans la direction des instances internationales, et de réagir en la critiquant lorsqu’elle contrevient à l’État de droit qu’elle prétend garantir. Difficile d’imaginer qu’Interpol puisse lancer un mandat d’arrêt international contre le responsable de la détention arbitraire de Meng Hongwei, qui serait Zhao Leji, secrétaire de la commission centrale de contrôle de la discipline et numéro six du régime. A qui transmettre ce mandat? A Zhao Leji lui-même ? Organisation internationale ou pas, il n’est jamais facile de critiquer le patron, surtout lorsque celui-ci se montre généreux financièrement.  

Peut-on considérer que notre "liberté de parole" vis à vis de Pékin s'est réduire au cours de ces dernières années ? Sommes nous entrés dans une phase de "subordination" vis à vis de la Chine ? 

Ce n’est pas notre liberté qui s’est réduite, mais notre volonté de l’exercer. Rien n’empêche la France de se prononcer plus clairement sur les arrestations arbitraires dont souffrent nombres de citoyens chinois, sur les programmes de « transformation » et de rééducation qui vident les villes et villages ouighours de leurs habitants, sur les pressions exercées par la Chine sur nos compatriotes d’origine ouïghours juste sur notre territoire, sur les libertés civiles religieuses qui sont systématiquement bafouées en Chine. Dans ce pays, qui interdit dans certaines régions la fréquentation des églises aux mineurs, le régime politique s’auto-sacralise dans un morne culte nationaliste auquel il ne croit plus lui-même, et étouffe toute aspiration à autre chose, comme s’il préférait entraîner avec lui dans la mort spirituelle toute sa population. 

Quelles pourraient en être les causes ? Une telle attitude ne peut-elle pas avoir des effets inverses à ceux recherchés ? 

La cause est évidente : nous ne voulons pas heurter la Chine qui est une puissance majeure, déterminée…et particulièrement susceptible. Mais plus nous cherchons à apaiser la Chine et plus les motifs qu’elle a de se vexer semblent se multiplier. L’expulsion de touristes chinois d’un hall d’hôtel en Suède a provoqué un incident diplomatique et l’ire de millions d’internautes chinois tandis que le sort de leurs compatriotes ouighours ne suscite chez ces mêmes internautes qu’une indifférence de plomb. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires