En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 25 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 43 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 34 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 7 heures 11 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 18 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 14 heures 1 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 18 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 4 heures 4 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 36 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 15 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 14 heures 56 min
© Vladimir Zivojinovic / STR / AFP
© Vladimir Zivojinovic / STR / AFP
Dommage

Centenaire de 1918 : un rendez-vous manqué avec l’Histoire

Publié le 12 novembre 2018
Nos morts méritaient bien mieux que la cérémonie et l'hommage qui leur a été rendu ce 11 novembre.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos morts méritaient bien mieux que la cérémonie et l'hommage qui leur a été rendu ce 11 novembre.

Les notes d’un boléro de Ravel particulièrement mou s’élèvent sous l’Arc de Triomphe, ne suscitant de la part des invités présents que peu d’attention, alors que la pluie continue nous rappelle que nous sommes bien mi-novembre. Voila l’image, soigneusement mise en scène – malgré un certain nombre de ratages techniques – que la télévision française a diffusé ce matin du centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale. 

Disons-le tout net : les morts, les vainqueurs et les vaincus du premier conflit mondial méritaient en vérité bien mieux ! Ils méritaient surtout une considération, de la part de la Présidence de la République que celle-ci s’est méthodiquement évertuée à leur refuser depuis de longues semaines. Qu’on en juge. 

La polémique avait ainsi commencé par la désastreuse comparaison entre les poilus et « des civils que l’on a armés », transformant des hommes mobilisés pour la défense de leur patrie en une foule plus ou moins consciente de ses actes et de son engagement. Nier le professionnalisme des soldats de 14-18, d’autant plus grand qu’ils étaient dans l’écrasante majorité des conscrits, a été le premier affront que leur aura fait le pouvoir macronien. Officiellement il s’agissait d’éviter toute « militarisation » de ce centenaire alors même que c’est bien la fin des combats d’une guerre immensément meurtrière que l’on célébrait ! Chose inouïe que ce décalage entre la réalité de ce que fut la Première Guerre mondiale et ce que la Présidence eut voulu qu’elle soit : un ciment des relations européennes. Dire que l’Europe d’aujourd’hui commence dans les tranchées est en partie vrai, mais faire d’un conflit par essence total, voué à l’anéantissement de l’adversaire, un pas en avant vers la concorde fraternelle est un peu gros. La Guerre de 14-18 a été une guerre dure, inhumaine, avilissante. La victoire n’en fut que plus amère, 10 millions de morts, plus brillante aussi. Le sacrifice suprême que tant de familles consentirent, que tant de soldats accomplirent ne se comprend qu’à l’aune d’idées transcendantes que sont, pêlemêle, la solidarité du groupe de combattants, la défense du sol français, l’engagement pour la patrie. De cela, rien n’a transparu en ce 11 novembre 2018. 

En vérité c’est avant tout à une démonstration, habile certes, de la part d’Emmanuel Macron à laquelle nous avons eu droit : celle que les idées nationales et l’attachement à son pays ne conduisent qu’aux catastrophes. Travestissant éhontément la pensée des dirigeants de l’époque – pour certains ouvertement nationalistes quand ce mot avait une autre signification – il a choisi de convoquer leurs mânes pour assener son idée préférée du « retour aux heures les plus sombres ». En choisissant l’Arc de Triomphe comme tribune pour ses orientations de politique étrangère et son goût immodéré du multilatéralisme, E. Macron a montré combien il oubliait l’essence de la Première Guerre mondiale. Refusant de considérer la victoire de l’Entente – pourtant bien réelle – il a bafoué la mémoire même de la France et de ses alliés. En choisissant d’oublier dans son discours les alliés les plus proches de la France dans ce conflit, il s’est servi de la mémoire de la guerre pour servir ses intérêts immédiats. Le ballet des chefs d’Etat et de gouvernement réunis à l’Elysée et transportés, pour la plupart, en car de tourisme aurait eu quelque chose de cocasse si ce n’avait été dramatique pour notre diplomatie. Les invités étrangers étaient ainsi triés suivant leur importance pour le Président, peu nombreux avaient droit aux faveurs présidentielles et surtout aux parapluies… En sur-focalisant la commémoration sur la relation franco-américaine – sans minorer l’apport des Etats-Unis, ceux-ci n’ont été que la 5e nation contributrice à l’Entente en nombre de soldats mobilisés et ont représenté moins de 2% des pertes de l’Entente -, tout en oubliant les autres alliés majeurs (Royaume-Uni, Russie, Italie), E. Macron a bien montré que cette commémoration n’avait en réalité rien à voir avec la Première Guerre mondiale.

Le calendrier étant bien fait pour le président jupitérien, ce 11 novembre après-midi est surtout l’occasion du « Forum pour la Paix » qu’il a voulu et organisé. Dans ce contexte on comprend mieux comment et pourquoi les chefs d’Etat ou de gouvernement mis en avant ont été ceux apparaissant aujourd’hui les plus importants pour la politique étrangère d’E. Macron. Etats-Unis, Allemagne mais aussi Maroc et Turquie voire Chine – avec une lettre lue en mandarin – sont bien les pivots de la politique macronienne actuelle. Qu’il s’agisse d’alliés malcommodes ou de pays avec lesquels le Président entretient une certaine proximité, tous représentent un enjeu pour la diplomatie actuelle. Des pays majeurs du premier conflit mondial on retiendra surtout une absence retentissante du Royaume-Uni, sans représentation de la famille royale avec le numéro deux du gouvernement uniquement, une marginalisation de la Russie, de l’Autriche, de l’Italie.

Enfin et surtout, le plus choquant aura été une forme diffuse d’absence réelle de commémoration des soldats. Certes ceux-ci étaient présents physiquement au travers des écoles militaires et des deux régiments ayant perdu des soldats récemment. Pourtant, l’hommage qui a été rendu aux combattants d’hier et d’aujourd’hui était bien maigre et surtout bien rapide. Tout concourrait en vérité aujourd’hui à marteler l’idée selon laquelle la victoire militaire était quelque chose de mal car trop attaché à l’identité nationale et que seul comptait le multilatéralisme, parangon de l’action pour épargner la souffrance des peuples. Cette idée a déjà eu son heure de gloire, justement à la suite de la Première Guerre mondiale, avec les effets que l’on connait.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 14/11/2018 - 12:25
c'est le bazar votre site, je
c'est le bazar votre site, je ne retrouve plus rien meme pas mes commentaires d'hier et les reactions