En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 49 min 21 sec
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 7 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 3 heures 58 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 6 heures 35 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 8 heures 42 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 13 heures 25 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 1 heure 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 2 heures 42 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 3 heures 28 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 34 sec
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 9 heures 38 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 22 sec
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 14 heures 20 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Conservateurs

Jérôme Besnard : "La droite est la seule à pouvoir tenir un discours compatible avec ce qui est en train d’arriver en Europe"

Publié le 11 novembre 2018
Dans son dernier ouvrage, Jérôme Besnard revient sur deux cents ans de déchirements, de réconciliations et d’unions des conservateurs en France et fait le constat que la droite affronte aujourd’hui une vraie crise.
Jérôme Besnard est conseiller national LR - Élu de Mont-St-Aignan. Né en 1979, il a travaillé pour différents médias (Le Figaro, Valeurs Actuelles, Le Monde, la chaîne Histoire). Il est l’auteur notamment d’un essai sur le philosophe Pierre Boutang et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Besnard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Besnard est conseiller national LR - Élu de Mont-St-Aignan. Né en 1979, il a travaillé pour différents médias (Le Figaro, Valeurs Actuelles, Le Monde, la chaîne Histoire). Il est l’auteur notamment d’un essai sur le philosophe Pierre Boutang et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son dernier ouvrage, Jérôme Besnard revient sur deux cents ans de déchirements, de réconciliations et d’unions des conservateurs en France et fait le constat que la droite affronte aujourd’hui une vraie crise.

Atlantico : Votre dernier livre,  "La droite imaginaire, de Chateaubriand à François Fillon" (éditions du Cerf) fait un inventaire des deux cents années qui ont forgé l’imaginaire de la droite, faisant le constat que la droite affronte aujourd’hui une vraie crise. Votre dernier chapitre revient sur l’échec de la candidature de François Fillon. En quoi cette candidature s’insère-t-elle particulièrement dans l’imaginaire de la droite ?

Jérôme Besnard : La candidature de François Fillon restait sur les mêmes problématiques que celles décrites par Chateaubriand sous la Restauration : comment réconcilier le traditionalisme qui est un des piliers de la droite française avec les aspirations à la liberté qui sont l’horizon indépassable des temps modernes. On peut faire un parallèle entre l’échec de Chateaubriand et l’échec de François Fillon. Chateaubriand cherchait à conforter la Restauration en tant que régime venu apaiser tous les troubles résultant de la Révolution et de l’Empire. François Fillon de la même façon cherchait de la même façon à moderniser la droite sans renier l’héritage gaulliste qui était le sien.

Les grands hommes qui ont forgé l’imaginaire de droite sont souvent particulièrement critiques à l’égard du libéralisme dans vos pages. La droite semble aujourd’hui s’orienter vers une forme de libéralisme conservateur, à l’image de la campagne de François Fillon. Votre livre ne montre-t-il pas que ce libéralisme conservateur qui semble rassembler la droite est plus une tension entre libéralisme et conservatisme qu’une  complémentarité entre les deux ?

Je dirai qu’il s’agit plus qu’il s’agit d’une tension entre traditionalisme et libéralisme qui aboutit à ce que François Huguenin avait appelé dans un ouvrage paru il y a une dizaine d’année le « conservatisme impossible ». Tout le drame de la droite depuis le XIXe siècle est de ne pas être parvenu à ce niveau de maturité de conservatisme qui est celui des Anglais. En Angleterre, cette tension n’existe pas. Derrière la querelle des hommes entre François Fillon et Alain Juppé, il y a en fait une incapacité d’une partie de la droite à voir qu’elle ne peut pas se contenter d’être dans la course à la modernité. L’option de François Fillon consistait en une refondation programmatique de la droite. Mais de l’autre côté, il y avait une droite chiraquienne devenue juppéiste dont la seule caractéristique est d’essayer de donner un peu de souffle au renoncement devant les seuls acteurs économiques. Il y avait donc d’un côté une droite qui se voulait politique, celle qu’a tenté de tracer François Fillon, et de l’autre une droite qui s’est principalement reportée sur Emmanuel Macron et qui se trouve cantonnée à un pragmatisme économique en évacuant les questions régaliennes (sur l’immigration, l’Europe, les valeurs familiales). C’est une droite du refus du politique… et finalement on peut se demander s’il s’agit encore d’une droite, ou bien d’un radical-socialisme avec un verni gaulliste.

Cette ambiguïté se retrouve dans la personnalité de Jacques Chirac. D’un certain côté, Valéry Giscard d’Estaing était plus à droite que Jacques Chirac.

L’échec de la droite en 2017 s’explique par le fait qu’une partie de la droite a préféré courir derrière l’efficacité à court terme plutôt qu’essayer de refonder la nation.

Avec un aire de déjà vu : que ce soit avec l’Algérie, Dien Bien Phû, ou dans un pessimisme propre aux Hussards… on sent le panache propre à l’échec. Le paradoxe de l’imaginaire constitutif de la droite n’est-il pas qu’il semble surtout marqué par ses glorieux échecs, plus que par ses victoires ?

La droite en est souvent réduite à désespérer de l’abaissement du pays. C’est tout le drame de la France qui était une des premières puissances mondiales il y a deux cents ans, et qui aujourd’hui (ce qu’avait compris de Gaulle) en est réduit à être une puissance moyenne. Ce qui ne veut pas dire qu’elle a pour autant perdu toute possibilité de peser sur les affaires du monde. Mais elle devait s’adapter. Et le drame pour la droite est qu’elle s’est heurtée sur ce point à une série de défaite. Et le paradoxe de la droite est qu’elle a beaucoup de mal à arriver au pouvoir, mais que pour autant se maintient un continuum dans l’imaginaire de cette même droite. La droite n’est pas seulement une option politique qui serait dépassée, qui devrait se retirer au profit d’une modernité policée. Elle réapparait sous différentes formes : on l’a vu en 1958, au moment de l’école libre, pendant la Manif pour Tous et d’une certaine façon sur le Trocadéro en 2017 (et contrairement à ce qu’on croit, ce n’était pas la même sociologie que lors de la Manif pour Tous). Il y a une droite qui n’est pas passée par pertes et profits. Cela fait hurler les libéraux qui ne comprennent pas que se maintienne cet état d’esprit de droite aujourd’hui. De sorte qu’on pourrait retourner le titre de mon livre : c’est à la fois une droite imaginaire, parce que la droite est souvent dans un rêve qui n’arrive pas à se réaliser, et à la fois un imaginaire de droite, qui lui survit aux temps. Ce qui horripile la droite conservatrice est son incapacité à stabiliser le pouvoir (droite imaginaire) et ce qui horripile les libéraux est la permanence de ce fond culturel traditionnel (imaginaire de droite).

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron ou de Donald Trump, le clivage gauche-droite est régulièrement décrié, voire nié, au profit d’un nouveau clivage qui opposerait partisan d’un monde « ouvert » et partisan d’un monde « fermé ». L’héritage de la droite permet-il d’intégrer ce nouveau paradigme ?

Le problème est que le monde ouvert est chaque jour un peu plus un rêve. Le décalage entre le discours d’Athènes ou de la Sorbonne d’Emmanuel Macron sur l’Europe et la réalité qui est le retour des vieilles nations devraient nous obliger non pas à continuer à sauter, comme le disait le général de Gaulle, « comme des cabris en criant l’Europe, l’Europe, l’Europe ! » mais à savoir comment faire alors qu’on avance non pas vers une Europe fédérale mais vers une Europe des nations. La où la droite peut encore jouer son rôle, c’est qu’elle est à mon avis la seule à pouvoir tenir un discours compatible avec ce qui est en train d’arriver sur le vieux continent. Le populisme qui monte soit avec la France Insoumise soit avec le Rassemblement National n’arrive pour l’instant pas à la ramener sur des positions rationnelles. Comme elle l’avait fait en 1958, quand De Gaulle avait digéré le poujadisme, le communisme et les populismes d’alors. Tout le problème pour la droite d’aujourd’hui est d’aboutir au résultat obtenu par De Gaulle, qui lui même est fantasmé, en ce qu’il n’est pas bonapartiste ou étatiste… Car De Gaulle ne peut arriver au pouvoir sans le soutien de René Coty et Antoine Pinay, d’où le plan Jacques Rueff, et sur ce point je vous renvoie à l’excellent livre que vient de faire paraître Jean-Louis Thiériot chez Tallandier « De Gaulle, le dernier réformateur ». Fillon s’inscrivait dans cette veine là : une volonté réformatrice sur le plan économique, et une vision de la place de la France dans le monde qui n’est pas le renoncement propre au macronisme.

 "La droite imaginaire, de Chateaubriand à François Fillon", de Jérôme Besnard, publié aux éditions du Cerf.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires