En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Edito

Quand l’Allemagne s’apprête au freinage de son économie qui fragilise l’Europe

Publié le 09 novembre 2018
Le poids lourd de l’économie européenne, l’Allemagne est victime d’un trou d’air dont on ne peut encore mesurer l’ampleur, mais qui va perturber le fonctionnement de ses partenaires du vieux continent.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le poids lourd de l’économie européenne, l’Allemagne est victime d’un trou d’air dont on ne peut encore mesurer l’ampleur, mais qui va perturber le fonctionnement de ses partenaires du vieux continent.

Le comité des Sages de Berlin, composé de cinq économistes conseillers du gouvernement vient d’attirer l’attention dans un rapport de 450 pages sur les menaces qui pèsent sur le pays, car l’environnement économique qui avait propulsé l’Allemagne à un véritable état de surchauffe n’est plus porteur. La décélération est déjà à l’œuvre depuis plusieurs mois. Un premier coup de semonce a été donné par l’industrie automobile sous le double effet des mesures prises par Donald Trump à l’encontre des grosses cylindrées d’outre-Rhin pour lesquelles il veut réduire le débouché américain, mais aussi en raison des nouvelles normes d’homologation des voitures qui vont déjà entraîner cette année une diminution de la production de sept pour cent en moyenne pour Daimler, BMW et dans une moindre mesure Volkswagen. Ce secteur phare va affecter par contagion l’ensemble des grandes entreprises et un dégonflement de l’activité. Certes, le pays avait besoin de souffler après une année 2017 impressionnante, marquée par la création de 638 000 emplois – deux fois et demi de plus qu’en France – et une pénurie criante de main d’œuvre malgré les importations massives de travailleurs étrangers au cours des année qui précédaient, obligeant à recourir à des embauches de personnels de moins en moins qualifiés faute de mieux, au détriment de la productivité et de la qualité. Pour freiner la surchauffe, on aurait eu recours à un relèvement des taux d’intérêt, impossible aujourd’hui avec l’euro dans la mesure où la banque centrale européenne entend maintenir un niveau bas du loyer de l’argent.

 

 

C’est pourquoi le Comité des Sages envisage une baisse de l’activité, car un trop fable chômage finit par appeler la récession. Ainsi le rythme de croissance pourrait tomber de 2,3% à 1,6% seulement cette année et 1,5% en 2019. Une chute particulièrement sensible, qui s’accompagnerait d’une réduction de l’investissement avec un impact sur les autres partenaires européens. La Commission de Bruxelles vient d’ailleurs de revoir à la baisse les performances attendues des différents Etats membres, d’autant qu’à côté de l’Allemagne où la panne de gouvernance commence à se faire cruellement sentir, l’Italie inquiète, alors que son économie pourrait quasiment stagner en raison des divergences que la coalition au pouvoir affiche publiquement. C’est aussi une mauvais nouvelle pour la France, dont l’Alle magne est le premier partenaire commercial avec un déficit qui pourrait encore se creuser.

Mais c’est toue la planète qui est concernée par un ralentissement général comme le redoute Christine Lagarde, la directrice du Fonds Monétaire International, qui vient d’abaisser les prévisions de la croissance mondiale à moins de deux pour cent l’an prochain. D’autant que les Etats-Unis pourraient donner le la du fléchissement si les résultats des élections de mid-term se traduisaient par un blocage institutionnel dont l’économie ferait les frais. Au demeurant, les milieux financiers commencent à penser que les marchés s’attendent plutôt à un recul d’ici la fin de l’année, recul qui a déjà gagné le marché du pétrole, en repli de vingt pour cent en quelques semaines, ce dont le gouvernement français ne pourrait se plaindre car cela l’aiderait à résoudre le casse-tête pétrolier à quelques jours d’une manifestation délicate contre la hausse récente des taxes qui affectent l’or noir.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires