En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

03.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

06.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

07.

Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 4 heures 27 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 10 heures 6 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 11 heures 8 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 13 heures 35 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 14 heures 32 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 17 heures 42 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 9 heures 53 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 14 heures 12 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 15 heures 16 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 18 heures 4 min
© AFP
© AFP
Solitude

Elections européennes : Macron seul contre tous

Publié le 04 novembre 2018
Pour Emmanuel Macron, la campagne des élections européennes de mai 2019 a largement commencé
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Emmanuel Macron, la campagne des élections européennes de mai 2019 a largement commencé

En déplacement en Slovaquie et en Tchéquie il y a quelques jours, le président français est allé lancé sa campagne continentale au coeur du « groupe de Visegrad » (ou V4) qui le défie depuis le début de son mandat. Qualifiant les dirigeants polonais et hongrois qui dominent largement ce V4 « d’esprits fous qui mentent à leurs peuples », il a résolument la thérapie de choc pour réveiller les courants pro-européens au coeur de cette Europe centrale et orientale qui se méfie du couple franco-allemand et de la Commission de Bruxelles. Pour faire souffler un véritable esprit européen à travers la Mitteleuropa comme à travers toute l’Union, le leader des européistes aura bien des défis à relever : ses alliés traditionnels sont affaiblis et divisés ; ses adversaires récents ou anciens bénéficient d’une conjoncture favorable. Le principal enjeu est de passer du statut d’avant-gardiste à celui de rassembleur.

Des alliés affaiblis

A l’heure actuelle, les principaux soutiens du président français et de sa relance de la construction européennes sont notablement contestés. Qu’on songe à la situation de la chancelière allemande : suite aux défaites électorales dans les Länder de Bavière et de Hesse, la révolte a de nouveau grondé au sein de la coalition CDU-CSU ; en raison des récriminations des courants conservateurs, la position d’accueil des migrants d’Angela Merkel a depuis longtemps été abandonnée par la République Fédérale ; face aux contestations de la « Grande Coalition » actuellement au gouvernement, la Chancelière a dû publiquement annoncer qu’elle ne briguerait plus la Chancellerie. Principale alliée de l’exécutif français à Bruxelles, Angela Merkel laisse Emmanuel Macron aborder presque seul l’échéance de mai 2019 : elle n’est plus qu’un acteur du passé.

Où qu’il tourne ses yeux, le président français ne trouve que des alliés en situation précaire : le Premier ministre PSOE espagnol, Pedro Sanchez, pro-européen déclaré, est parvenu à la fonction suprême à la faveur d’un retournement de majorité au Parlement, les Cortes. Encore en « période d’essai » il ne peut figurer parmi les leaders d’opinion incontesté ni à l’échelon national, ni à l’échelon européen. Le Premier ministre grec, européiste critique, aborde lui des élections législatives en position de faiblesse dans les sondages et est toujours considéré avec méfiance par les orthodoxes de l’Union.

Quant aux responsables européens, ils sont en fin de mandat. Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission, Donald Tusk, à la présidence du Conseil et Fédérica Mogherini à la tête de la politique extérieure de l’Union espèrent en Emmanuel Macron. Mais ils sont victimes du syndrome du sortant que les Américains, impitoyables, appellent le « canard boîteux » ou lame duck. C’est bien plutôt le président français qui les soutient que l’inverse.

Le chef du parti européen ne peut aujourd’hui compter que sur ses propres forces sur l’échiquier européen pour aborder les élections de mai prochain.

Des adversaires à la manoeuvre

Les adversaires d’Emmanuel Macron et de sa relance de l’Union sont, eux, en essor. Le principal opposant déclaré à la ligne macroniste en Europe est assurément le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Tout oppose les deux hommes : l’un milite pour une Europe ouverte alors que l’autre construit un mur pour protéger ses frontières ; l’un promeut un continent de liberté alors que l’autre chante les louages de l’autorité ; l’un veut raffermir les mécanismes de solidarité entre Etats-membres alors que l’autre a pour priorité la réaffirmation des souverainetés nationales. Le choc Macron-Orban sera celui de la campagne de mai. Or, de ce point de vue, force est d’admettre que le chef de file des souverainistes est plutôt en essor. Vainqueur haut la main en avril dernier d’élections législatives qui ont raffermi sa majorité au Parlement ; leader d’opinion au sein du V4, il a réussi à se donner un statut bien au-delà de son camp. Il a rallié le chancelier autrichien Sebastian Kurz, séduit le ministre de l’intérieur italien Salvini et est la figure de proue incontestée de ceux qui haïssent la construction supra-nationale que constitue l’Union.

L’anti-fédéralisme et l’anti-libéralisme sont aujourd’hui mainstream sur le continent. La règle est même l’anti-macronisme. Là encore, un bref tour d’Europe est éloquent : en Italie, c’est une coalition populiste et eurosceptique entre la Ligue 5 et 5 Stelle qui gouverne, défiant régulièrement la Commission, notamment en matière budgétaire. Dans le Nord de l’Europe, la méfiance envers la redistribution des ressources européennes à l’est et au sud infuse dans les vieux partis conservateurs et dans les nouveaux partis populistes comme les « Vrais Finnois » en Finlande, l’AfD en Allemagne, le Parti de la Liberté (PVV) au Pays-Bas...

Contrairement à ce que tous les souverainistes déclarent, dans la bataille électorale qui s’annoncent, les favoris et les challengers ne sont pas ceux qu’on croit. Les souverainistes partout en essor sont mainstream et favoris. Quant aux européistes, Emmanuel Macron en tête, ils sont des challengers qui ont à s’imposer.

De l’avant-garde au rassemblement

 

S’imposer dans un environnement continental hostile : voilà qui n’est pas pour déplaire au président français. Ne l’a-t-il pas fait sur l’échiquier politique français, face à des partis bien implantés, y compris à l’extrême droite ? Mais tout l’enjeu des prochains mois est de faire changer la construction européenne de statut. Il est temps de cesser de la considérer comme vieux jeu, épuisée ou en crise. La construction européenne est disruptive, séduisante et novatrice. Aujourd’hui cruellement privé d’alliés forts, le président français doit aller chercher des soutiens directement dans les opinions nationales partout en Europe. De pionnier, devenir fédérateur. Sept mois de campagne seront hautement nécessaires.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires