En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 5 heures 51 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 12 heures 56 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 51 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 23 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 4 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 11 heures 53 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 8 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 13 heures 49 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 3 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 14 heures 46 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 14 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 27 min
© DR
© DR
Bonnes feuilles

Brexit : les enjeux du bras de fer financier entre l'Union européenne et le Royaume-Uni

Publié le 01 novembre 2018
Avec ses rebondissements multiples et ses coups de théâtre, le Brexit ressemble à un vaudeville dont l’issue risque d’être dramatique. Avec "Une brève histoire du Brexit" publié aux éditions Odile Jacob, le grand historien de l’économie mondiale Kevin O’Rourke nous propose la perspective historique indispensable pour y voir plus clair. Extrait 2/2.
Kevin O'Rourke
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kevin O'Rourke, MRIA, est un économiste et historien irlandais spécialisé en histoire économique et en économie internationale. Depuis 2011, il est professeur d'histoire économique à l'Université d'Oxford. Il a publié "Une brève histoire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec ses rebondissements multiples et ses coups de théâtre, le Brexit ressemble à un vaudeville dont l’issue risque d’être dramatique. Avec "Une brève histoire du Brexit" publié aux éditions Odile Jacob, le grand historien de l’économie mondiale Kevin O’Rourke nous propose la perspective historique indispensable pour y voir plus clair. Extrait 2/2.

Si j’avais gagné 1  euro chaque fois que j’ai entendu un poli‑ ticien, un journaliste ou un commentateur britannique dire, en 2017, que les négociations du Brexit n’étaient qu’« une question d’argent », je serais aujourd’hui un homme riche. Il était en effet plus difficile de faire des « progrès suffisants » sur le règlement finan‑ cier. Le gouvernement britannique a toujours considéré l’argent comme son principal atout dans la négociation  : s’il refusait de payer les sommes réclamées par l’Union européenne, cela ferait un trou considérable dans le budget européen. Sans doute cela lui permettrait-il d’obtenir demain un accord commercial favorable ? Du côté de l’Union, en revanche, le fait que le Royaume-Uni doive tenir ses engagements financiers faisait l’unanimité : sans cela, les autres contributeurs nets au budget européen, comme l’Allemagne, devraient payer plus, ou les bénéficiaires nets, comme la Pologne, recevraient moins. L’Union ne considérait pas non plus le règlement financier comme une contrepartie : elle voulait seulement s’assurer que les engagements d’hier soient tenus. C’est pourquoi, comme les autres problèmes du divorce, la question financière devait être réglée de façon satisfaisante avant toute discussion sur les futures relations entre l’Union et le Royaume-Uni : il n’était pas question de permettre aux Britanniques d’associer les deux enjeux. Cette interprétation a été rejetée par beaucoup au Royaume-Uni, où le bus rouge de la campagne du Leave promettait l’arrêt total des transferts financiers à Bruxelles. Le Royaume-Uni ne devait pas payer davantage après le Brexit, sauf à obtenir une contrepartie.

 La position européenne sur le règlement financier était qu’il ne devait y avoir qu’un seul accord, qui couvrirait à la fois les obligations du Royaume-Uni par rapport au budget européen pour 2014‑2020, et la part du Royaume-Uni dans l’ensemble des dettes de l’Union, comme celles liées aux retraites. D’un autre côté, le Royaume-Uni avait aussi droit à une part des créances de l’Union, ce qui devait être pris en compte dans le calcul de sa dette nette. L’approche de l’Union était donc de décider a priori des créances et des dettes qui seraient prises en compte, puis de calculer le mon‑ tant final net dû par les Britanniques. Au Royaume-Uni, les res‑ ponsables politiques préféraient se concentrer sur le montant qu’ils devraient payer. À l’été 2017, on discuta beaucoup de la possibilité que le Royaume-Uni doive entre 60 et 100 milliards d’euros  : à Londres, beaucoup dénoncèrent ce chiffre prétendument exces‑ sif, et les médias britanniques affirmèrent que le gouvernement n’était pas prêt à payer plus de 40 milliards. Ce plafond était bien sûr contraire à l’approche de l’Union européenne, fondée sur ce qu’elle considérait comme les obligations légales d’un futur ex-État membre.

Dans son discours de Florence, Theresa May déclara qu’elle ne voulait pas que les autres États membres « craignent, à cause de notre décision de partir, d’avoir à payer plus ou recevoir moins par rapport à ce qu’il restait du budget actuel. Le Royaume-Uni honorera les engagements qui ont été pris pendant la période où nous étions membres ». De la part des Britanniques, c’était un pas en avant, et l’on crut que cela signifiait que le Royaume-Uni paie‑ rait au moins les 20  milliards d’euros qu’il devait encore dans le cadre de sa contribution au budget dont le terme était fixé à 2020. Cependant, l’Union estimait que le Royaume-Uni avait encore d’autres engagements et d’autres dettes, et qu’on ne pouvait se contenter de quelques mots dans un discours. Comme le disait au Financial Times un responsable de l’Union, « les Britanniques ne comprennent pas que nous ne pouvons pas nous contenter de ce que le Premier ministre dit dans un discours. Nous devons nous baser sur ce qui est mis réellement sur la table à Bruxelles. Et là-dessus, nous n’avons pas vu de mouvement »

Lien direct vers la boutique Amazon : ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires