En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 30 min 8 sec
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 2 heures 1 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 4 heures 9 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 7 heures 58 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 17 heures 5 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 18 heures 20 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 1 jour 1 heure
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 1 heure 17 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 2 heures 25 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 5 heures 36 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 8 heures 8 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 17 heures 33 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 18 heures 49 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 1 jour 2 heures
© REUTERS/Gonzalo Fuentes
© REUTERS/Gonzalo Fuentes
Complaisances médiatiques, lâchetés politiques

Les idiots utiles de la pensée décoloniale

Publié le 26 octobre 2018
Par le biais d’associations, et grâce à l’arrogance folle d’apprentis sorciers qui pensent pouvoir la manipuler à leur profit, la pensée décoloniale progresse partout.
Nicolas Moreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d'école de commerce, Nicolas Moreau a exercé en tant qu'auditeur pendant une décennie, auprès de nombreux acteurs publics, associatifs et privés.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Par le biais d’associations, et grâce à l’arrogance folle d’apprentis sorciers qui pensent pouvoir la manipuler à leur profit, la pensée décoloniale progresse partout.

Dans un tweet récent, un collectif d’employés de l’éducation nationale annonçait sa naissance. Cette association, dont il n’est pas souhaitable de faire la publicité, se présentait comme luttant contre le « racisme systémique » à l’école.

Le « racisme systémique », ou « racisme d’Etat », est un pilier de l’idéologie décoloniale, qui gangrène une part croissante de nos institutions. Il s’agit d’un rejet de la définition universaliste du racisme vu comme la croyance en l’existence de races au sein de l’humanité, et la hiérarchisation de celles-ci.
 
Au contraire, en termes volontairement nébuleux, le « racisme systémique » est défini comme une violence institutionnalisée héritée d’une histoire d’oppression, qui renvoie ceux qui le subissent à cette histoire, et qui a des conséquences sur eux en matière d’expérience sociale. Pour l’exprimer plus simplement, le « racisme systémique » est vu comme l’expérience négative que subissent les non-blancs, mais que ne subissent pas les blancs car elle est héritée du passé colonial ou esclavagiste desdits blancs. Elle expliquerait selon ses tenants les inégalités d’expérience face à la police, face à l’emploi, ou encore face au logement.
 
La définition du racisme est ainsi remodelée sur mesure pour qu’elle soit applicable à tous, sauf aux blancs. Ces derniers sont exclus du rôle de victime, et sont cantonnés à un rôle d’éternels bourreaux. C’est cette définition qui amalgame l’ensemble des blancs pour les présenter sous un angle uniquement négatif, cette définition raciste du racisme, que ce collectif décolonial se propose de porter dans l’école de la République. 
 
En vérité, aujourd’hui déjà, et sans faire de vague, ces personnels de l’éducation nationale répandent leurs idées puantes auprès de nos enfants. Mais la création d’un collectif répond à une stratégie plus perverse encore.
 
Par la création d’associations bidon, ou par le parasitage d’associations bien établies comme AIDES ou Act Up Paris, ces militants décoloniaux gagnent un accès aux grands médias nationaux, qui invitent plus volontiers une carte de visite bien pleine qu’une tête bien faite.
 
Au-delà, et ces militants l’ont bien compris, le fond des débats passe souvent après leur forme, et l’intelligence des propos vend moins que la violence des clashs. Or, dans ce domaine, la réunion sur un même plateau de plusieurs tenants d’idéologies extrêmes est un ingrédient essentiel. Les idéologies racistes mais présentables, car camouflées sous un vocabulaire pompeux, sont évidemment les plus explosives, et donc les plus appréciées des producteurs.
 
A l’heure où les opinions politiques se radicalisent partout, et où les vieilles idéologies ont échoué misérablement, les partis politiques de gauche apprécient eux-aussi ces discours forts, présentables et nouveaux.
 
Mais tous jouent un jeu dangereux. Récemment, des chercheurs de l'Institut polytechnique Rensselaer ont déterminé que si elle était défendue par plus de 10% de la population, une opinion minoritaire se répandait comme une traînée de poudre dans le reste de la population. L’Histoire elle-même a montré qu’il est fou de croire qu’une opinion minoritaire le restera éternellement. 
 
Pour quelques voix grappillées ou quelques points d’audience gagnés, des irresponsables se comportent ainsi en idiots utiles de la pensée décoloniale, contribuant à répandre cette idéologie dangereuse réunissant culture de l’excuse d’extrême gauche et racisme décomplexé d’extrême droite. 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires