En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 2 heures 2 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 35 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 22 heures 13 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 24 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 45 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 22 heures 33 min
© FRED DUFOUR / AFP
© FRED DUFOUR / AFP
Santé

Autorisation officielle du baclofène dans le traitement de l’alcoolisme : l’étrange aveuglement sur les dangers de ce médicament

Publié le 26 octobre 2018
L'écrivaine Alix de Saint-André a expérimenté le Baclofène pour arrêter le tabac. Elle a été plongée dans un épisode très douloureux suite à la prise de ce médicament. Elle avait retracé ce combat dans un ouvrage, L'angoisse de la page folle, publié chez Gallimard.
Alix de Saint André
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alix de Saint André est journaliste et écrivaine. Elle a passé plusieurs années sous Baclofène.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'écrivaine Alix de Saint-André a expérimenté le Baclofène pour arrêter le tabac. Elle a été plongée dans un épisode très douloureux suite à la prise de ce médicament. Elle avait retracé ce combat dans un ouvrage, L'angoisse de la page folle, publié chez Gallimard.

Atlantico : L'autorisation de prescription du baclofène pour le traitement de l'alcoolisme est-il une bonne nouvelle ?

 
Alix de Saint-André : Non : c’est remplacer une drogue par une autre, censée avoir moins d’effets secondaires indésirables. L’alcool est une drogue létale, autorisée sur le marché, mais ni prescrite ni remboursée, et la particularité du baclofène est que sa prise n’entraîne pas l’obligation totale d’arrêter de boire de l’alcool en même temps. 
 
Cette autorisation très encadrée, interdisant de trop fortes doses, rendra  furieux tous ceux qui en prennent déjà énormément! 
 
Car c'est un traitement que vous ne pouvez pas arrêter; il ne guérit pas, vous en avez pour toute votre vie. Pour couper  l'envie de boire, il faut en prendre tous les jours, selon une dose variable selon chaque patient, mais qui peut être forte.
 
Son promoteur, le Dr Olivier Ameisen, cardiologue alcoolique qui expérimentait le traitement sur lui-même en étant sa propre souris blanche, et en prenait de fortes doses tous les jours, est mort lui-même d’une crise cardiaque, à 60 ans, le 18 juillet 2013. Sans autopsie.
 

Ce médicament peut-il être dangereux même à faible dose ?

Oui, il existe -au moins- un syndrome : le "Baclofen induced psychosis »  (psychose induite par le baclofène) qui vous expédie à l’HP en compagnie d’éléphants roses à des doses minimales au bout de trois semaines. Ce qui m’est arrivé, alors que j’essayais ce traitement contre le tabagisme. A l’époque, le Dr Olivier Ameisen disait que ça n’avait pas plus d’effets secondaires qu’un verre d’eau, et comme je le croyais,  j’ai mis très longtemps à comprendre ce qu’il m’était arrivé, dont j’ai fait un livre.
 
Sur le blog des patients, il n’existait même pas de rubriques « effets indésirables », tous attribués aux erreurs des patients, et quand les gens envoyaient des mails de 15 km, en expliquant qu’ils entendaient des trucs bizarres, personne ne s’en inquiétait. Ce n’est plus le cas aujourd'hui. Au contraire.
 
Le baclofène a le même effet que les amphétamines: il enlève les appétits naturels : soif, faim, sommeil.  Et c’est donc aussi dangereux. Même si ça ne crée pas une addiction au médicament lui-même.
 

Faut-il définitivement l'interdire dans le traitement de l'alcoolisme ?

 
Je l’avais pris contre le tabagisme, certains médecins le prescrivent aussi contre la boulimie, puisqu’il s’attaque à l’addiction. Une patiente a déjà fait un livre là-dessus. Il ne s’agit pas d’interdire ou d’autoriser, car on trouve toujours des dealers ou, des gens, comme moi, qui ont envie d’essayer toutes les nouveautés…
 
Il faut surtout informer que le baclofène est aussi une drogue, comme l’alcool, et pas un cachet d’aspirine. Un médicament de type neuroleptique dont la prise doit être adaptée à chaque patient en permanence, et dont l’entourage doit être prévenu et disponible pour réagir en cas de pépin, ce qui a été ma chance.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires