En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© ERIC FEFERBERG / AFP
"Agression politique"
Rébellion Mélenchon : la justice française abuse-t-elle de l’intimidation pour mener à bien ses enquêtes ?
Publié le 23 octobre 2018
Les révélations de Mediapart sur la relation entre Chikirou et Mélenchon ont, au-delà de l'enquête, montré la capacité d'intimidation de la justice lors d'une enquête. Mélenchon s'est ainsi plaint de voir ses photos personnelles saisies.
Rodolphe Bosselut est avocat à la cour. Il intervient régulièrement dans les médias.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe Bosselut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe Bosselut est avocat à la cour. Il intervient régulièrement dans les médias.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les révélations de Mediapart sur la relation entre Chikirou et Mélenchon ont, au-delà de l'enquête, montré la capacité d'intimidation de la justice lors d'une enquête. Mélenchon s'est ainsi plaint de voir ses photos personnelles saisies.

Atlantico : La justice a-t-elle une fâcheuse tendance en France à utiliser dans certains cas de cette capacité d'intimidation ? 

Rodolphe Bosselut : Je ne parlerai pas d’intimidation stricto sensu.

Ce qui est certain, pour une personne mise en cause c’est qu’elle ressent le déploiement de force de l’institution judiciaire, pour prendre une image parlante, comme un train lancé à toute vitesse sur les seuls rails tracés par l’accusation..

Cette impression est renforcée lorsque l’enquête menée se manifeste avec un zèle particulier dans sa mise en œuvre.

De ce point de vue, si l’on s’en tient aux enquêtes ouvertes contre des partis français (MODEM, LFI et RN) sur l’emploi des assistants parlementaires européens, la palme de l’enquête la plus zélée revient à celle ouverte contre le Rassemblement National : qui a fait l'objet de deux perquisition l’une en 2016 et l’autre au moment de la campagne présidentielle, outre de nombreuses perquisition au domicile des assistants parlementaires, de certains députés, voire dans les bureaux de certains au Parlement européen sans oublier une commission rogatoire internationale en Belgique….

Disons qu’il y a un zèle géométrie variable dans la poursuite des enquêtes.

Ce "zèle à dimension variable" pourrait-il selon vous être plus contrôlé ?

Vaste sujet….

À mon niveau modeste d’avocat je ne vois qu’une seule solution pour enrayer de telles logiques, c’est de faire appliquer le droit.

Je regrette que par ses gesticulations et ses postures excessives, Monsieur Jean-Luc Mélenchon ait en définitive obscurci le vrai sujet qui est à mon sens essentiel.

Selon moi ces  procédures violent le principe constitutionnel de la séparation des pouvoirs. L’accusation prétend que les assistants parlementaires européens auraient été davantage utilisé au bénéfice du parti dont sont issus les députés qui les emploient, que pour une mission strictement définie auprès du parlement européen. Autrement dit il n’est pas reproché une fictivité du travail, mais le fait  que le  travail politique des assistants ne serait pas conforme aux exigences du règlement intérieur du parlement européen, que les juges français ont décidé d’infractionnaliser….

Étant précisé que ces règles internes sont déjà sanctionnées par une procédure de remboursement quasi automatique, lorsque le parlement considère que les sommes payées aux assistants parlementaires serait indues. Le député se voit ponctionner du montant desdites sommes sur sa rémunération.

À suivre la logique de l’accusation, le juge pénal devra s’ériger en arbitre du contenu et de la nature même du travail parlementaire. Bref il appartiendrait  aux juges judiciaires de dicter la nature du travail du législateur.

Montesquieu doit se retourner dans sa tombe !

La capacité qu'a la justice à intimider n'est-elle pas surtout problématique quand elle est appuyée par une forte médiatisation ? N'est-ce pas dans ce lien entre médiatisation et intimidation que réside le malaise actuel qu'exprime par exemple Jean-Luc Mélenchon devant l'enquête menée par Médiapart sur sa vie privée ?

Il est certain la médiatisation intense des affaires tend à substituer à la présomption d’innocence, logiquement protégée par le secret de l’enquête ou de l’instruction, une nouvelle présomption de culpabilité.

Surtout lorsque le calendrier judiciaire est calqué, par pure coïncidence bien sûr, sur l’agenda politique.

Je note cependant que dans le cas des perquisitions de LFI, Monsieur Jean-Luc Mélenchon s’est chargé tout seul de la médiatisation de l’affaire ou a minima de l’amplifier.

Mais là encore il y a deux poids deux mesures. Je prends comme exemple plutôt topique celui de l’affaire dite des Tweets dans laquelle Marine le Pen a communiqué sur sa convocation en vue d’une expertise psychiatrique.Pour s’en scandaliser et dénoncer un choix étrange de poursuites.

Immédiatement le parquet a ouvert une enquête considérant que la publication sur les réseaux sociaux de l’ordonnance de désignation de l’expert violait l’interdiction de publier des actes de l’instruction.

Alors que quelque temps auparavant Marine Le Pen avait poursuivi des journaux qui avaient publié durant la campagne présidentielle des extraits in extenso des procès-verbaux d’enquête concernant l’affaire des assistants parlementaires, enquête à laquelle elle n’avait nullement accès.

Or le parquet a classé sa plainte considérant que le secret des sources des journalistes et les nécessités de l’information justifiaient de telles violations.

En revanche lorsqu’il s’agit de communiquer sur sa propre mise en examen et d’assurer ainsi les droits de La défense les plus élémentaires, le parquet a manifestement une appréciation plus intransigeante et plus zélée…

On peut des lors s’interroger sur certains traitement de défaveur, sans pour autant sombrer dans le complotisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires