En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© ERIC FEFERBERG / AFP
Stature
Quand Jean-Luc Mélenchon manque à la gauche (et à la République) en préférant l’outrance à sa reconstruction
Publié le 20 octobre 2018
L'incapacité de Jean-Luc Mélenchon à se dominer jette un sérieux doute, non seulement sur sa stature et ses qualités d’homme d’Etat – mais encore sur son envie intime d'accéder au pouvoir.
Gilles Clavreul est un ancien délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah). Il a remis au gouvernement, en février 2018, un rapport sur la laïcité. Il a cofondé en 2015 le Printemps...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Clavreul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Clavreul est un ancien délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah). Il a remis au gouvernement, en février 2018, un rapport sur la laïcité. Il a cofondé en 2015 le Printemps...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'incapacité de Jean-Luc Mélenchon à se dominer jette un sérieux doute, non seulement sur sa stature et ses qualités d’homme d’Etat – mais encore sur son envie intime d'accéder au pouvoir.

En voyant Jean-Luc Mélenchon, éructant « ma personne est sacrée ! », les yeux exorbités devant des fonctionnaires qui restaient tant bien que mal impavides, on n’a pu s’empêcher de repenser aux improbables signes démentiels de Marine Le Pen lors du débat de l’entre-deux tours, signant d’elle-même sinon son arrêt de mort politique, du moins sa reddition dans la lutte pour le pouvoir suprême. Il y eut ce soir-là, on s’en souvient, quelque chose comme un retour dans la maison du Père de la part de Marine Le Pen, ce père effacé à grand’peine par des années de dédiabolisation, et qui s’invitait une dernière fois dans le débat, via la gestuelle erratique de sa fille, comme pour signifier que, non, les Le Pen ne voulaient pas vraiment du pouvoir parce qu’au fond, ils en avaient peur.

Est-ce une névrose semblable qui frappe Jean-Luc Mélenchon ? Ce qui est certain dans son cas est que son incapacité à se dominer jette un sérieux doute, non seulement sur sa stature et ses qualités d’homme d’Etat – mais encore sur son envie intime : le président de la France Insoumise est bien trop intelligent pour ignorer que les images de ses colères – feintes ou réelles, qu’importe – comme celle, désastreuse, qui le voit moquer l’accent méridional d’une journaliste, ne collent en rien à l’idée qu’on se fait d’un Président de la République. Même parmi ceux de ses électeurs qui attendent, précisément, qu’on fasse rendre gorge au « système ». Trop « limite », Mélenchon ? Trop pour être le grand Président de la gauche réunifiée qu’il dit aspirer à être. Et pour autant, trop peu pour devenir un imprévisible leader populiste à la Trump : quand son ADN de notable socialiste se rappelle à son bon souvenir, comme lorsqu’il croise opportunément le Président de la République à Marseille, il retrouve l’urbanité et la bienséance de l’ancien sénateur.

Une affabilité qui lui fait défaut quand de « petits » fonctionnaires qui font leur travail osent lui résister. S’en prend-il à des séides du pouvoir, à des hommes de main tout spécialement délégués par quelque cabinet noir ? Non, il s’en prend, l’homme des « gens », aux premières lignes de la République. Or ce que Jean-Luc Mélenchon ne comprend pas, c’est que ce n’est pas seulement un problème de comportement personnel : c’est un problème politique. Invectiver les représentants de l’Etat, les agresser au besoin, est devenu tristement banal. On s’esclaffe devant une voiture de police brûlée dont deux gardiens de la paix ont à peine eu le temps de s’extraire. On frappe des pompiers, les hommes du secours : 2280 agressions recensées en 2017. Idem dans les hôpitaux ou les écoles. Au-delà des condamnations d’usage, on entend bien peu la gauche sur ces atteintes ; or non seulement elles en disent long sur l’état de notre société et son rapport, à la fois consumériste et suspicieux, envers la chose publique, mais elles touchent celles et ceux qui forment la base électorale même des progressistes. Faut-il s’étonner qu’ils se détournent de plus en plus des partis de gauche, qui ne leur parle plus ?

Au lieu de partir à la reconquête de ses valeurs – le service public en fait partie – et de son électorat, la gauche retombe dans ses vieilles passions, l’émiettement et les guerres de boutique. Affaiblie et divisée comme jamais depuis les années 1970, elle semble résignée à assister en spectatrice aux futures grandes explications, laissant à Emmanuel Macron, à la droite classique peut-être, la tâche d’affronter la vague autoritaire et populiste. Invité au début du mois par la Fondation Jean-Jaurès et L’Aurore, Mark Lilla, professeur à Columbia et auteur de La gauche identitaire – l’Amérique en miettes (Stock), invitait la gauche à reprendre de fond en comble le travail des idées, et à redéfinir sa vision de l’homme et de la société. Autrement dit, à oser se poser, à nouveau, la question anthropologique. Fantaisie d’intellectuels ? Pas du tout : urgence politique.

Article publié initialement sur le site du think-tank L'Aurore

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
05.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
07.
Une directrice de collège alerte sur "l'hypersexualité" des élèves de 6e et de 5e
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires